Back to Index English German Italian Spanish Dutch
Science & Exploration

N° 6–2020: C’est en 2022 qu’ExoMars décollera pour la planète rouge

12 March 2020

L’Agence spatiale européenne (ESA) et l’entreprise d’État pour les activités spatiales Roskosmos ont décidé de reporter à 2022 le lancement de la deuxième mission ExoMars, consacrée à l’étude de la planète rouge.

L’équipe conjointe de projet ESA-Roskosmos a défini, au regard d’une analyse des risques et du calendrier, toutes les activités à conduire pour obtenir l’autorisation de lancement. Compte dûment tenu des recommandations formulées par les inspecteurs généraux européen et russe, les experts d’ExoMars sont convenus de la nécessité d’un délai supplémentaire afin de mener à bien les essais destinés à vérifier que tous les éléments du véhicule spatial soient au point pour l’aventure martienne.

Composée d’un robot mobile et d’une plateforme de surface, cette mission a pour objectif principal de déterminer s’il y a eu de la vie sur Mars par le passé et de mieux connaître l’histoire de l’eau sur cette planète. Rosalind Franklin, le robot mobile d’ExoMars, est équipé d’une foreuse permettant d’accéder au sous-sol de Mars ainsi que d’un laboratoire miniature conçu pour rechercher des traces de vie, situé dans un compartiment parfaitement stérile.

Lors d’une réunion ad hoc, Jan Wörner et Dmitri Rogozine, les directeurs généraux de l’ESA et de Roskosmos, se sont entendus sur le fait qu’il fallait soumettre le satellite à de nouveaux essais après intégration du matériel et des logiciels finaux. Les deux parties ont en outre reconnu que la phase finale des activités ExoMars était compromise par l’aggravation générale de la situation épidémiologique dans les pays européens.

« Nous avons décidé de reporter le lancement à 2022. C’était une décision difficile mais mûrement réfléchie, principalement motivée par la nécessité d’optimiser la fiabilité de tous les systèmes d’ExoMars, ainsi que par des circonstances de force majeure liées à l’aggravation de la situation épidémiologique en Europe, qui limite considérablement les possibilités pour nos experts de se rendre sur les sites de nos partenaires. Je suis persuadé que l’avenir montrera le bien-fondé des mesures que nos collègues européens et nous-mêmes prenons pour assurer le succès de la mission », a déclaré Dmitri Rogozine.

 « Nous voulons nous assurer que nous sommes parfaitement prêts à mener à bien cette mission et nous ne nous accordons aucune marge d’erreur. Ces activités de vérification supplémentaires garantiront le bon déroulement du voyage et, une fois sur Mars, les meilleurs résultats scientifiques possible », a expliqué Jan Wörner.

« Je tiens à remercier les équipes industrielles qui travaillent nuit et jour depuis près d’un an pour achever l’assemblage et les essais d’ambiance de l’intégralité du satellite. Nous sommes très satisfaits du travail qui a été accompli pour faire de ce projet exceptionnel une réalité. Les connaissances dont nous disposons nous permettront de terminer le travail restant le plus rapidement possible. »

À ce jour, tout le matériel de vol d’ExoMars a été intégré au satellite en vue de son lancement. L’ensemble de ses 13 instruments scientifiques ont été montés sur la plateforme d’atterrissage Kazatchok ; le robot mobile Rosalind Franklin et ses neuf instruments ont récemment passé avec succès les derniers essais thermiques et sous vide en France. 

Les derniers essais d’extraction dynamique des parachutes d’ExoMars ont été menés à bien au Laboratoire de propulsion spatiale de la NASA, et les parachutes principaux sont prêts pour les deux derniers essais de chute à haute altitude, qui seront réalisés en mars, dans l’Oregon (États-Unis).

Le mois dernier, le système de propulsion du module de descente a fait l’objet d’essais de qualification. Ce module et la plateforme d’atterrissage d’ExoMars ont subi des essais d’ambiance à Cannes (France) destinés à éprouver leur résistance aux rudes conditions qu’ils rencontreront dans l’espace lors de leur voyage vers Mars.

Le nouveau calendrier prévoit un lancement entre août et octobre 2022. En effet, compte tenu de la mécanique céleste, il n’est possible d’atteindre Mars depuis la Terre qu’à la faveur de fenêtres de lancement relativement courtes (10 jours chacune), qui se présentent tous les deux ans seulement.

ExoMars sera la première mission à rechercher des signes de vie jusqu’à deux mètres sous la surface martienne, profondeur à laquelle les signatures biologiques de la vie sont susceptibles d’avoir été particulièrement bien préservées. 

À propos d’ExoMars

Le programme ExoMars est une initiative conjointe de l’entreprise publique russe Roskosmos et de l’ESA. Il couvre, outre la mission de 2022, celle de l’orbiteur pour la détection de gaz à l’état de traces (TGO), lancé en 2016. À l’heure actuelle, non seulement le TGO fournit des données d’un grand intérêt scientifique provenant de ses propres instruments russes et européens, mais il retransmet aussi des données du robot mobile Curiosity et de l’atterrisseur InSight de la NASA. Il relaiera également les données de la mission ExoMars 2022 quand elle sera arrivée à destination.

Ressources multimédias

Images d’ExoMars : http://www.esa.int/ESA_Multimedia/Search?SearchText=exomars&result_type=images

Conditions d’utilisation des images de l’ESA : www.esa.int/spaceinimages/ESA_Multimedia/Copyright_Notice_Images

Pour toute question ou pour plus d’informations sur les images de l’ESA, veuillez contacter spaceinimages@esa.int.

Vidéos d’ExoMars : http://www.esa.int/ESA_Multimedia/Search?SearchText=exomars&result_type=videos

Conditions d’utilisation des vidéos de l’ESA :
http://www.esa.int/spaceinvideos/Terms_and_Conditions

Pour toute question ou pour plus d’informations sur les vidéos de l’ESA, veuillez contacter directement spaceinvideos@esa.int.

Réseaux sociaux :

Suivez la mission sur @ESA_ExoMars #ExoMars 

Suivez l’ESA sur

Twitter : @esa

Facebook : EuropeanSpaceAgency

Instagram: europeanspaceagency

YouTube : ESA

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à œuvrer au développement des capacités spatiales de l’Europe en veillant à ce que les investissements dans le secteur spatial bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte 22 États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. La Slovénie a le statut de membre associé.

L’ESA a mis en place une coopération officielle avec six autres États membres de l’UE.  Par ailleurs, le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel. Elle coopère en particulier avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus ainsi qu’avec EUMETSAT pour le développement de missions météorologiques.

Grâce aux lanceurs, aux satellites et aux moyens sol développés par l’ESA, l’Europe joue un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, l’ESA développe et place en orbite des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, expédie des sondes jusqu’aux confins du Système solaire et participe à l’exploration humaine de l’espace. L’ESA mène également un vaste programme d’applications couvrant le développement de services dans le domaine de l’observation de la Terre, de la navigation et des télécommunications.

Pour en savoir plus sur l’ESA : www.esa.int  

À propos de Roskosmos

ROSKOSMOS est une entreprise publique créée en 2015 dans le but de réformer dans son ensemble l’industrie spatiale russe.

ROSKOSMOS traduit les politiques nationales en activités spatiales et établit leur cadre juridique. Elle guide l’industrie dans le domaine de l’ingénierie spatiale et du développement d’infrastructures. Elle est en outre chargée du développement de la coopération internationale dans le domaine spatial et d’exploiter les retombées des activités spatiales au profit du développement socioéconomique de la Russie. 

Roskosmos comprend plus de 90 entités industrielles réparties sur l’ensemble du territoire russe et emploie près de 200 000 personnes.

Pour en savoir plus sur ROSKOSMOS : www.roscosmos.ru

For further information:

ESA – Bureau Relations avec les médias – Ninja Menning

Email: media@esa.int

Tel: +31 715 656 409

Service de presse de Roskosmos – Dmitri Belkin

Email: press@roscosmos.ru

Tel: +74 956 319 707