Le journal de Frank De Winne - Lundi 16 novembre 2009

Au travail pour détacher le HTV

Comme vous l’aviez remarqué dans mes récits précédents, nous n’avons guère le temps de nous ennuyer, à bord de la station spatiale internationale. A la fin du mois dernier, l’équipage de l’ISS a fait ses adieux au vaisseau cargo automatique HTV 1. Et, entretemps, la station s’est encore un peu agrandie.

Comme ce fut le cas pour la procédure qui a permis de fixer sur l’ISS le cargo japonais H-II Transfer Vehicle (HTV), j’ai été fort impliqué dans le désarrimage du vaisseau spatial le 30 octobre. Avec mes collègues Nicole Stott et Robert Thirsk, j’ai utilisé le bras robotique pour détacher de la station le HTV, qui avait été rempli par plus d’une tonne et demie de déchets et de matériels devenus inutiles. Avant cette opération, j’avais aidé à préparer le HTV pour son détachement, jusqu’à la fermeture de l’écoutille entre l’ISS et le HTV.

Le HTV et le bras robotique

Le HTV est resté attaché à l’ISS pendant environ un mois et demi. Le 2 novembre, le vaisseau spatial, comme c’était prévu, s’est consumé dans l’atmosphère au-dessus de l’Océan Pacifique. Pour le Japon, ce fut une mission de grande importance. De mon côté, j’ai connu une expérience formidable en me servant des bras de télémanipulation de la station et en exploitant la partie japonaise de l’ISS. Vraiment, l’astronautique est devenue une affaire internationale…

Au travail dans le laboratoire Japonais Kibo

Le 30 octobre était pour moi le jour d’un anniversaire spécial. Il y a précisément sept ans, je m’envolais pour la première fois dans l’espace pour rejoindre l’ISS à l’occasion de la mission spatiale OdISSea. Il s’agissait alors d’une mission spatiale de relativement courte durée : moins de deux semaines, ce qui est bien différent du vol d’une demi année que je suis en train d’accomplir. Entre ces deux missions, je me suis rendu compte combien la station s’est agrandie.

L'agrandissement le plus récent de l'ISS: le petit module russe Poisk

L’agrandissement le plus récent de l’ISS a été réalisé avec l’arrivée du vaisseau russe Mini-Research Module 2 (MRM 2). Il fut lancé le 10 novembre du cosmodrome de Baïkonour pour s’arrimer deux jours plus tard sur le module russe Zvezda de la station.

Cette partie MRM 2, alias Poisk – ce qui signifie recherche – constitue l’ajout le plus significatif procédé par la Russie depuis 2001. Poisk servira de système d’arrimage pour les vaisseaux Soyouz et Progress, ainsi que de sas pour les sorties dans l’espace.

Ce module court, qui a un diamètre de 2,6 m, une longueur de 4,6 m et une masse de quelque 4 tonnes, offre un volume supplémentaire pour des instruments scientifiques. Avec l’installation de Poisk sur la station, nous disposons d’un supplément de 12,5 m3 pour l’espace de vie à bord de la station.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.