Préparatifs au lancement à Baïkonour

Préparation de l'adaptateur entre GIOVEet Soyuz
12 December 2005

A Baîkonur, tandis que les équipes de l’ESA associée aux ingénieurs de SSTL bichonnent le satellite GIOVE et lui font passer toutes sortes d’épreuves pour s’assurer qu’il peut être lancé dans les meilleures conditions d’autres équipes s’activent aussi pour que ce lancement soit un succès.

Ainsi dans une autre installation de Starsem, l’UCIF (Upper Composite Integration Facility pour Installation d’Intégration du composite supérieur) abrite la préparation de la partie haute de la fusée Soyuz, l’élément sur lequel sera posé le satellite à quelques jours de son lancement.

Par exemple, venue spécialement de Madrid une équipe de 5 personnes de EADS Casa travaille sur l’adaptateur entre le lanceur et le satellite : c’est un cône sur lequel va être fixé le satellite, avant que le tout ne soit ensuite posé sur l’étage Fregat, l’étage supérieur réallumable de la fusée Soyuz.

Comme pour leurs collègues de l’ESA la responsabilité est lourde! D’autant que c’est aussi sur cet adaptateur, déjà utilisé pour Mars Express et Venus Express, qu’ils vont poser une sangle avec un dispositif pyrotechnique qui permettra de séparer le satellite du lanceur : c’est l’étape finale pour le lancement de GIOVE A par la fusée Soyuz.

A l’intérieur de ce cône adaptateur des ressorts sont déjà mis sous tension : quand auront été coupé par pyrotechnie les deux boulons qui retiennent la sangle fixant le satellite au lanceur, ces ressorts vont se déployer et donner l’impulsion pour séparer GIOVE de Soyuz.

Pas question de se tromper là non plus. On le voit les points délicats sont très nombreux, un lancement de satellite est ainsi une succession de différents taches, petites ou grandes, qui toutes doivent s’enchainer à la perfection. C’est pourquoi chaque action chaque intervention doit être prévue, notée, analysée sans pour autant bouleverser le calendrier des préparatifs.

Réunion ESA/SSTL

Les journées à Baikonur sont longues pour les équipes de préparation, rythmées par des réunions permettant de passer en revue ce qui a été fait, ce qui doit être fait, ce qui sera fait ! Discussions entre experts ESA, rencontres ESA et SSTL, le constructeur du satellite, rendez- vous réguliers aussi, bien sûr, avec les équipes de lancement de Starsem qui de leur coté travaillent sur la mise en œuvre de Soyuz. Un travail de fourmi, une patience d’orfèvre pour que rien ne soit oublié dans cette campagne de lancement dont la meilleure récompense sera bientôt la mise sur orbite de GIOVE A, le premier satellite européen de navigation.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.