ESAEducationAccueilMétéo et climatChangement globalLes catatastrophes naturelles
   
Changements côtiers
Delta du DanubeMarées noires
Déforestation
Parc National de BardiaBassin du CongoKameng-SonitpurLe KilimandjaroRondoniaShillong et Guwahati
La Glace
Analyse des glaciers avec l'imagerie radarAntarctica 2003Changement climatique et glaciersRetrait des glaciers dans les AlpesL'écoulement des masses glaciairesSurveillance des glaciers de l'HimalayaLa télédétection de la glace et de la neige
Urbanisation
CórdobaLe CaireKatmandouL'HimalayaVallée de KatmandouLagos
Végétation
Aire de Conservation de l’AnnapurnaPerdus dans les AndesZone de Conservation du NgorongoroDelta intérieur du NigerAmérique du Sud
 
 
 
 
 
printer friendly page
Images du satellite Landsat montrant le retrait des glaciers dans les Andes péruviennes en Amérique du Sud
Contexte
 
Le bilan de masse d’un glacier est la différence entre la quantité de glace accumulée (par exemple suite aux chutes de neige) et la quantité de glace perdue (par exemple sous l’effet de la fonte ou du vêlage) sur une année.
 
Au fil des saisons, les glaciers rétrécissent au niveau de leur partie terminale sous l’effet du vêlage et de la fonte de la glace en été, tandis qu’en hiver les précipitations nourries s’accumulent et viennent renflouer la neige et la glace qui n’ont pas fondu pendant l’été. Si la neige et la glace qui s’amassent en un an dans la zone d’accumulation dépassent celles qui fondent dans la zone d’ablation, le glacier possède un bilan de masse positif et sa masse augmente. Vice versa, si la masse perdue dépasse la masse accumulée, le glacier a un bilan de masse négatif et rétrécit. Les changements observés dans le bilan de masse d’un glacier s’expriment en longueur, en volume et en superficie. Le volume d’un glacier qui s’est ajusté au climat courant (en équilibre) ne changera pas de manière significative au fil des ans.  
 
Model of a glacier
Modèle de glacier comportant une zone d’accumulation, une zone d’ablation, un lac terminal et une moraine
 
À bien plus long terme, les changements survenant au niveau de l’orbite de la Terre autour du Soleil peuvent avoir une influence sur le climat et les glaciations terrestres, et ainsi déterminer des ères glaciaires.

Les variations de l’excentricité, de l’obliquité et de la précession des équinoxes terrestres sont les trois paramètres de ce que l’on appelle le cycle de Milankovitch. Lorsque le cycle de Milankovitch stimule une Terre plus froide, une accumulation substantielle sur les surfaces de glace du monde entier accentue la froideur du climat. C’est ce que l’on appelle l’effet albédo.

Lorsque l’énergie solaire frappe une surface lumineuse telle que de la neige ou de la glace, jusqu’à 90 % de cette énergie sont réfléchis dans l’atmosphère. Les zones de terre plus sombres absorbent, au contraire, un pourcentage bien plus élevé d’énergie solaire et se réchauffent. Étant donné que l’énergie solaire est en grande partie réfléchie par la glace et la neige en raison de leur albédo élevé, la surface de la Terre est plus froide que dans des conditions où il y aurait moins de neige et de glace, ce qui peut entraîner un climat plus froid.

Cet effet albédo à l’échelle mondiale sur le changement climatique est principalement dû aux calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique, et à la glace de mer. L’albédo des glaciers plus petits n’influe que sur les conditions locales.

Le dernier maximum glaciaire remonte à environ 18 000 ans. La croissance des calottes glaciaires et des glaciers dans le nord de l’Europe et en Amérique du Nord avait alors entraîné une baisse du niveau de la mer de près de 120 mètres.

À l’heure actuelle, la masse perdue par les glaciers dépasse la masse accumulée dans la plupart des régions du globe. Cela est dû en grande partie à la hausse des températures atmosphériques. Cette hausse des températures est principalement provoquée par l’augmentation de l’effet de serre, qui est causé par les émissions de gaz à effet de serre des pays industrialisés dans l’atmosphère. Résultat, la plupart des glaciers de notre planète rétrécissent.
 
 

The Steigletscher (1994) in the very east of the Berne canton in
Le Steingletscher (1994) à l’extrême Est du canton de Berne en Suisse
 
 
The Steigletscher  (2004) in Switzerland
Le Steingletscher (2004) à l’extrême Est du canton de Berne en Suisse
 
 
En comparant les images de 1994 et 2004 du Steingletscher, tu peux voir le résultat d’une accumulation et d’une ablation non équilibrées, qui ont entraîné le retrait du glacier (Voir fichier Google Earth, emplacement 3,12).

Recherche maintenant sur Internet des informations sur les glaciers qui rétrécissent. Note la région et le continent dans lesquels ils se trouvent et compare les informations que tu as trouvées avec celles de tes camarades de classe.

Il y a des photos impressionnantes de glaciers qui rétrécissent sur
http://www.swisseduc.ch/glaciers/big_melt/index-en.html et sur
http://www.gletscherarchiv.de/en/fotovergleiche

Examine le fichier Google Earth qui se trouve dans le menu de droite et recherche des signes indiquant le retrait d’un glacier, par exemple des lacs terminaux ou des langues glaciaires qui occuperaient une surface bien moins étendue que par le passé (cela se voit au niveau de la délimitation de leurs moraines).
 
 

 


Changement climatique et glaciers
Introduction
Exercices
Présentation de la feuille de travailExercice 1 : Examen des images composites RVB en vraies couleursExercice 2: AnimationExercice 3 : Opérations arithmétiques sur les bandesExercice 4: SIGExercice 5 : Mesure de superficieExercice 6 : Analyse multitemporelleConclusions
Eduspace - Logiciels
LEOWorks 4_beta (MacOS)LEOWorks 4_beta (Linux)LEOWorks 4_beta (Windows)
Eduspace - Télécharger
Andes_images.zipGoogleEarth file
 
 
 
   Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.