ESA title
BepiColombo’s close-up of Earth during flyby
Agency

BepiColombo prend de dernières photos de la Terre avant de se diriger vers Mercure

10/04/2020 1365 views 8 likes
ESA / Space in Member States / France

Le 10 avril, la mission BepiColombo de l'ESA et de la JAXA a réalisé son premier survol de la Terre. À 6h25 CEST, les sondes sont passées à seulement 12 700 km de la surface de la Terre avant d'orienter leur trajectoire vers leur destination finale : Mercure. Alors que l'humanité traverse une des périodes les plus difficiles de son histoire, les engins spatiaux ont pris des photos au plus près de notre planète, sur lesquelles celle-ci apparaît comme brillante dans l'obscurité.

Lancées en 2018, les sondes de la mission BepiColombo sont parties pour un voyage de 7 ans vers la plus petite et la plus inexplorée des planètes en orbite autour du Soleil, mais qui détient des informations capitales sur la formation et l'évolution de tout le Système solaire.

L'opération de vol du jour représente le premier des 9 survols qui seront effectués, notamment grâce à un système de propulsion solaire intégré qui aidera les engins spatiaux à atteindre leur orbite cible autour de Mercure. Les deux prochains survols auront lieu près de Vénus, et les six derniers près de Mercure elle-même.

Vue de la Terre prise par une des caméras à selfies de BepiColombo à environ 18 600 km
Vue de la Terre prise par une des caméras à selfies de BepiColombo à environ 18 600 km

Certes, cette manœuvre visant à profiter de la gravité terrestre pour infléchir la trajectoire des engins spatiaux n'a pas nécessité d'actions spécifiques comme la mise à feu de propulseurs, mais pendant 34 minutes, c'est-à-dire juste après que BepiColombo soit au plus près de notre planète, les sondes ont volé à travers l'ombre de la Terre et étaient donc dans une phase critique.

« Cette phase d'éclipse a représenté la partie la plus délicate du survol, car lorsque les engins spatiaux traversent l'ombre de notre planète, pour la première fois depuis leur lancement ils ne reçoivent alors plus aucune lumière directe du Soleil », explique Elsa Montagnon, responsable des opérations de vol de BepiColombo pour l'ESA.

Selfie de l'équipe de contrôle de vol
Selfie de l'équipe de contrôle de vol

Cette éclipse étant prévue de longue date, elle avait été dûment préparée par les opérateurs de la mission, qui avaient entièrement rechargé les batteries et réchauffés tous les composants à l'avance. Ils ont ensuite attentivement surveillé la température de tous les systèmes à bord pendant que les sondes se trouvaient dans l'obscurité, soit entre 7h01 et 07h35 CEST.

« C'est toujours très stressant de savoir que les panneaux solaires d'un vaisseau spatial ne sont pas inondés de soleil. Quand nous avons vu que les cellules solaires ont redémarré pour générer du courant électrique, nous avons su que BepiColombo était enfin sorti de l'ombre de la Terre et prêt à continuer son voyage interplanétaire », ajoute Elsa.

Le Centre de contrôle de mission de l'ESA situé à Darmstadt en Allemagne ne connaît pas la routine, car les opérations spatiales sont toujours uniques. Mais le survol d'aujourd'hui comportait une difficulté supplémentaire. En effet, la manœuvre, programmée depuis longtemps et impossible à retarder, a dû être préparée avec un effectif réduit sur place du fait des mesures de distanciation sociale adoptées par l'Agence en réponse à la crise du coronavirus. Mais ces réductions de personnel n'ont eu aucun impact sur le succès de l'opération.

Quand BepiColombo est passée près de notre planète, la plupart des instruments scientifiques de l'orbiteur planétaire de Mercure de l'ESA, l'un des deux engins spatiaux composant la mission, ont été mis en marche. Plusieurs capteurs ont également été activés sur le deuxième engin de la mission : l'orbiteur magnétosphérique de Mercure de la JAXA, également appelé Mio. 

Chronologie des opérations relatives au survol de la Terre par BepiColombo les 9, 10 et 11 avril 2020
Chronologie des opérations relatives au survol de la Terre par BepiColombo les 9, 10 et 11 avril 2020

Les scientifiques utiliseront les données collectées au cours du survol, notamment les images de la Lune et les mesures du champ magnétique de la Terre prises par les sondes en passant à côté, afin de calibrer les instruments. En 2026, ces instruments devront en effet explorer et étudier Mercure afin de résoudre le mystère de la formation de cette planète brûlée.

« Le déroulement de l'opération d'aujourd'hui était bien entendu totalement différent de ce que nous avions pu imaginer il y a 2 mois à peine », explique Johannes Benkhoff, scientifique de l'ESA travaillant sur le projet BepiColombo, et qui a suivi l'opération depuis chez lui aux Pays-Bas, tout comme les nombreux scientifiques des équipes des 16 instruments qui composent cette mission et sont répartis entre l'Europe et le Japon.

« Nous sommes très heureux que le survol se soit bien passé et d'avoir pu activer plusieurs instruments scientifiques, et nous avons hâte de recevoir les données et de les analyser. Elles seront également très utiles pour préparer le prochain survol, lorsque BepiColombo passera près de Vénus en Octobre. »

« La mission BepiColombo intéresse beaucoup de gens au Japon. Ce survol ayant été réussi, nous avons maintenant hâte de poursuivre la mission scientifique près de Vénus et de Mercure », déclare Go Murakami, scientifique de la JAXA travaillant sur le projet BepiColombo.

Notre planète vue depuis l'espace

Séquence d'images prises par les caméras à selfies de BepiColombo le 9 avril 2020, moins d'un jour avant le survol de la Terre. Alors que BepiColombo filait vers la Terre à une vitesse supérieure à 100 000 km/h, la distance avec la Terre est passée de 281 940 km à 128 000 km entre le début et la fin de la séquence.
Séquence d'images prises par les caméras à selfies de BepiColombo le 9 avril 2020, moins d'un jour avant le survol de la Terre. Alors que BepiColombo filait vers la Terre à une vitesse supérieure à 100 000 km/h, la distance avec la Terre est passée de 281 940 km à 128 000 km entre le début et la fin de la séquence.

Le 9 avril, avant d'amorcer le survol proprement dit, puis de nouveau aujourd'hui le 10 avril juste avant de le terminer, les caméras de surveillance de BepiColombo ont capturé une série d'images de la Terre prises depuis l'espace, qui montrent notre planète au cours de cette difficile période que sont en train d'affronter tous les hommes et les femmes en Europe et dans le monde.

« Ces selfies pris depuis l'espace sont une leçon d'humilité, car ils nous permettent de voir notre planète, notre maison à tous et à toutes, au cours de l'une des périodes les plus incertaines et difficiles que la plupart d'entre nous a connu », explique Günther Hasinger, Directeur du programme Science de l'ESA, qui a également suivi les événements depuis chez lui en Espagne. 

« Certes, nous sommes des scientifiques, et nous faisons voler des engins spatiaux pour explorer le système solaire, observer l'univers, et découvrir nos origines cosmiques, mais nous sommes aussi avant tout des êtres humains qui devons prendre soin les uns des autres et gérer ensemble cette urgence planétaire. Quand je regarde ces images, je pense à la force et à la résilience de l'humanité, aux défis que nous arrivons à surmonter quand nous faisons équipe ensemble, et j'espère qu'elles vous donneront le même espoir que moi quant à notre futur. »

Rendez-vous sur la Web TV de l'ESA le 10 avril à 17h00 CEST pour assister à une conversation diffusée en direct entre les experts de la mission de l'ESA et les scientifiques des différentes équipes en charge de chaque instrument, au cours de laquelle le vol sera analysé, et les données recueillies par les différents instruments seront présentées : https://esawebtv.esa.int 

Pour obtenir les toutes dernières informations obtenues pendant le survol et voir les images prises par les caméras de surveillance de BepiColombo au moment où celui-ci s'éloigne de la Terre les 10 et 11 avril, suivez la mission sur Twitter : @ESA_Bepi@ESA_MTM, et @BepiColombo

À propos de BepiColombo

BepiColombo est la première mission européenne destinée spécifiquement à l'étude de Mercure. Lancées le 20 octobre 2018, les sondes spatiales sont parties pour un voyage de 7 ans vers la plus petite et la moins explorée des planètes de notre système solaire.

Dirigée par l'ESA, il s'agit en réalité d'une mission conjointe de l'ESA et de la JAXA (l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise). BepiColombo est composé deux orbiteurs scientifiques : l'orbiteur planétaire de Mercure (MPO) de l'ESA et l'orbiteur magnétosphérique de Mercure (Mio) de la JAXA.

Une fois le vaisseau spatial arrivé près de Mercure à la fin de 2025, il faudra encore réaliser 15 manœuvres pour placer les deux orbiteurs dans leurs orbites polaires autour de la planète. Les deux orbiteurs débuteront leurs opérations scientifiques début 2026, et recueilleront des données pendant une mission nominale devant durer une année, mais qui sera peut-être prolongée de deux ans.

C'est l'ingénieur et mathématicien italien Giuseppe (Bepi) Colombo (1920-1984) qui a donné son nom à la mission. 

Related Articles