L’orbiteur Rosetta – conception du véhicule spatial
Agency

Rosetta - Tour d’horizon

07/05/2014 3830 views 12 likes
ESA / Space in Member States / France / Rosetta

 

Statut

En route vers la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko

Objectif

Effectuer un rendez-vous avec la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko afin d’étudier le noyau de la comète et son environnement pendant presque deux ans, et poser un atterrisseur sur sa surface. 

Mission

Rosetta, une mission de l'Agence spatiale européenne (ESA), est en route pour la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, où elle procédera à l’étude la plus complète jamais réalisée d’une comète.  Elle suivra la comète pendant son voyage à travers la partie intérieure du Système solaire, et mesurera l’augmentation de son activité au fur et à mesure que sa surface glacée sera réchauffée par le Soleil. L’atterrisseur étudiera la composition et la structure des matériaux qui forment le noyau de la comète. Il fera également des forages à plus de 20 centimètres sous la surface pour récolter des échantillons qui seront examinés par le laboratoire embarqué de l’atterrisseur.

Qu’a cette mission de si spécial ?

Les comètes sont considérées comme les constituants primitifs du Système solaire, qui ont probablement contribué à la présence de l’eau sur Terre et peut être même au développement de la vie. Grâce à son étude du gaz et de la poussière de la comète, Rosetta aidera les scientifiques à en apprendre davantage sur le rôle des comètes dans l’évolution du Système solaire. 

Rosetta sera la première mission de l’histoire à se mettre en orbite autour du noyau d’une comète et à poser une sonde sur sa surface. Ce sera également le premier véhicule spatial à voler aux côtés d’une comète alors qu’elle se dirige vers l’intérieur du Système solaire pour observer la transformation de cette comète glacée sous la chaleur des rayons du Soleil.

Rosetta est la première mission spatiale à voyager au-delà de la ceinture principale d’astéroïdes en comptant uniquement sur des photopiles pour son alimentation plutôt que sur les traditionnels générateurs thermoélectriques à radio-isotope. La nouvelle technologie utilisée pour les photopiles des deux immenses panneaux solaires de l’orbiteur leur permet de fonctionner à plus de 800 millions de kilomètres du Soleil, où le niveau d’ensoleillement est équivalent à seulement 4% de celui de la Terre. 

Véhicule spatial

Le véhicule principal mesure 2,8 x 2,1 x 2 mètres, avec deux panneaux solaires de 14 mètres de long. Il emporte des instruments de télédétection et de radio-science et des instruments permettant d’étudier la composition, la répartition de la masse et les flux de poussière du noyau cométaire ainsi que l’environnement plasmique de la comète et ses interactions avec le vent solaire.

Les onze instruments scientifiques de l’orbiteur sont logés sur un même côté du véhicule, qui fera en permanence face à la comète pendant la phase opérationnelle de la mission.

Jusqu’à sa libération, l’atterrisseur Philae, qui pèse 100 kilogrammes, sera logé sur le côté opposé de l’orbiteur, près de la grande antenne à gain élevé. Quand Philae touchera le sol de la comète, deux harpons l’ancreront à la surface ; le train d’atterrissage auto-ajustable permettra à Philae d’être de niveau même sur une pente et les pieds de l’atterrisseur foreront ensuite le sol pour le fixer à la surface de la comète, dont la gravité est faible. Philae emporte neuf instruments scientifiques, dont une foreuse pour extraire des échantillons de matériaux sous la surface. 

Voyage

Rosetta a été lancée le 2 mars 2004 par une fusée Ariane-5 G+ depuis le port spatial de l’Europe en Guyane. Il a fallu quatre manœuvres d’assistance gravitationnelle, trois de la Terre (4 mars 2005, 13 novembre 2007 et 13 novembre 2009) et une de Mars (25 février 2007), pour placer Rosetta sur l’orbite nécessaire pour effectuer le rendez-vous avec la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Rosetta est également passée à proximité de deux astéroïdes, qu’elle a photographiés : 2867 Steins le 5 septembre 2008, et 21 Lutetia le 10 juillet 2010.

Entré en hibernation dans l’espace lointain en juin 2011, le véhicule spatial a été réveillé en janvier 2014, pour un rendez-vous avec la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko au mois de mai 2014. Il suivra la comète autour du Soleil, puis en direction de l’orbite de Jupiter.

L’atterrisseur, Philae, sera déposé à la surface de la comète en novembre 2014. 

Historique

La mission planétaire internationale Rosetta a été approuvée par le Comité du Programme scientifique de l’ESA en novembre 1993 en tant que Mission « pierre angulaire » du programme scientifique à long terme de l’ESA. L’objectif de la mission était à l’origine d’effectuer un rendez-vous avec la comète 46 P/Wirtanen. Après le report du lancement initial, une nouvelle cible fut fixée : la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. 

Rosetta tire son nom de la célèbre pierre de Rosette, qui a permis de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens il y a presque 200 ans. De la même manière, les scientifiques espèrent que Rosetta sera la clé permettant de déchiffrer le mystère de l’évolution du Système solaire. 

Partenariats

La charge utile scientifique de l’orbiteur a été fournie par des consortiums scientifiques d’instituts répartis à travers l’Europe et les États-Unis.

L’atterrisseur a été fourni par un consortium européen dirigé par le Centre aérospatial allemand (DLR). L’ESA, le CNES et des instituts situés en Autriche, en Finlande, en France, en Hongrie, en Irlande, en Italie et au Royaume-Uni font également partie de ce consortium.  

Related Links