News

L'ère de la navette prend fin après 30 années


Space shuttle Atlantis on Launch Pad 39A
 
Le dernier lancement d'Atlantis
 
 
22 juillet 2011
 
La 135ème et dernière mission de la navette Atlantis est partie de Floride le 8 juillet en emportant quatre astronautes vers la station spatiale internationale (ISS). Plus de 750 000 spectateurs ont assisté au lancement de cette mission historique. À son retour, le seul vaisseau spatial réutilisable au monde prendra le chemin du musée.
 
Trente ans après le début de cette ère de la navette, les États-Unis ne seront plus capables de transporter leurs astronautes dans l'espace. Plusieurs sociétés privées ont commencé à développer des capsules et des fusées destinées à envoyer des équipages sur l'ISS. Néanmoins, leurs véhicules ont peu de chances d'être opérationnels avant 2015. Les États-Unis voient plus loin et se préparent à construire une nouvelle fusée puissante capable de transporter un grand vaisseau habité vers l'ISS et encore au-delà — tout comme le vaisseau Apollo qui emmena des hommes sur la Lune.
 
 
   
Soyuz
 
En attendant, les États-Unis, l'Europe et la plupart des autres pays compteront sur le vaisseau russe Soyouz pour transporter leurs astronautes vers la Station et les ramener sur Terre. Le premier vol de Soyouz a eu lieu en 1967. Depuis, il a été amélioré à de nombreuses reprises, mais sa conception générale est restée la même.

Lors des lancements depuis la base de Baïkonour au Kazakhstan, un équipage de trois personnes est assis dans une petite cabine. Arrivés sur orbite, les astronautes passent dans un second module. À l'arrière, un module de service transporte le moteur principal, les systèmes de commande et l'oxygène. Seule la cabine de l'équipage revient au sol, au bout d'un grand parachute.

La Chine est le seul autre pays capable d'envoyer des humains dans l'espace. Le développement de son vaisseau Shenzhou, très similaire à Soyouz dans sa conception, a commencé dans les années 1990. Depuis, des équipages chinois ont volé trois fois en orbite terrestre. Dans le courant de l'année, un vaisseau Shenzhou devrait s'amarrer avec un nouveau module inhabité, Tiangong. À plus longue échéance, l'Inde et l'Iran se préparent également à devenir des nations spatiales.