CVA fait de Charleroi la première marraine d'un vol Ariane 5

Armoiries de Charleroi
Armoiries de Charleroi
4 juin 2002

La prochaine Ariane 512 doit décoller fin juin pour lancer les satellites de télécommunications Stellat 5 (pour France Telecom et Europe*Star) et Nstar-C (pour la société japonaise NTT DoCoMo). Sur sa coiffe, se trouveront le nom de la ville belge de Charleroi et ses armoiries.

Cette cité industrielle, membre fondateur de la CVA (Communauté des Villes Ariane), sera la première marraine d'une fusée Ariane. La CVA compte, aux côtés de l'ESA, du CNES et d'Arianespace, une trentaine de membres sous la forme de "couples" communes-industries qui participent, en France, Guyane, Allemagne, Belgique et Italie, aux activités du transport spatial européen. Cette association poursuit un triple objectif: le rapprochement de groupes humains avec leurs cultures et leurs traditions, la coordination d'échanges culturels et éducatifs, la valorisation auprès du grand public, spécialement des jeunes, de l'impact socio-économique du programme Ariane.

Chaque année, la CVA permet à deux de ses villes membres d'être marraines de lancements d'Ariane 5. C'est l'occasion d'y organiser des festivités et des animations qui font connaître et comprendre la technologie spatiale. C'est Charleroi, au Sud de Bruxelles, qui ouvre le bal des marraines de vols d'Arianespace. C'est là que se trouve la société Alcatel ETCA qui produit des boîtiers électroniques (centrales de commutation, commande et sauvegarde) pour chaque Ariane. Elle a fourni et installé les bancs de contrôle au sol sur les sites de production et d'intégration, ainsi qu'au Centre de Lancements n°3 du Centre Spatial Guyanais.

Ce sont des systèmes d'Alcatel ETCA qui auscultent Ariane 5 au cours de ses préparatifs et lors du compte à rebours. Près de l'aéroport de Charleroi (Brussels South Airport), sont implantées la SABCA qui assure la finition d'éléments du lanceur européen, ainsi que la Sonaca spécialisée dans des structures métalliques et composites pour engins spatiaux (notamment pour la plate-forme de SPOT 5).

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.