Fête du Soleil : un grand rendez-vous européen renaît

Fête du Soleil
1 juin 2009

Du 2 au 21 juin 2009, la réunion des CCSTI (Centres de culture scientifique, technique et industrielle) avec le soutien de l’Agence Spatiale Européenne, met en lumière l’un des grands évènements de l’Année Mondiale de l’Astronomie : la Fête du Soleil.

Sur proposition de la Société Astronomique de Bourgogne, ils relancent ainsi une idée originale née il y a 105 ans. En 1904, Camille Flammarion et Gustave Eiffel créaient la première Fête du Soleil avec pour cadre la jeune et déjà fameuse tour Eiffel. En 2009 comme en 1904, la Fête du Soleil propose de croiser les regards entre sciences, arts et technologies, avec le Soleil comme source d’inspiration, objet de recherche, et aussi source d’énergie…

Une trentaine de sites à travers toute la France – villes, observatoires, écoles, musées, clubs d’astronomie, acteurs de la culture scientifique ou artistique, professionnels du solaire - ont répondu avec enthousiasme à l’appel des organisateurs et proposent au public des manifestations rivalisant d’imagination.

Meudon, Toulouse, Juvisy, Dijon, Lyon...

Solar flare caught by SOHO
Le soleil vu par la mission SOHO (ESA/NASA)

Les temps forts se situeront le 21 juin à l’Observatoire de Meudon, pour une rencontre ludique avec les chercheurs pour évoquer 100 ans d’observation du soleil, et à la Cité de l’Espace de Toulouse, où Planète Sciences Midi-Pyrénées organise du 5 au 7 juin les « Défis Solaires », course de mini-véhicules à énergie solaire. Juste retour des choses, Camille Flammarion sera fêté les 6 et 7 juin dans son propre observatoire, à Juvisy, par l’association qu’il a fondé, la Société Astronomique de France, sur le thème qu’il a crée, la Fête du Soleil, lors des Festivités Flammarion. A la bibliothèque d’Alexandrie, avec une visio-conférence organisée par « La main à la pâte », où l’on proposera aux élèves de plusieurs pays de calculer ensemble la circonférence de la Terre en mesurant chacun la longueur d’une ombre, recréant ainsi l’expérience d’Eratosthène, 2300 ans plus tard.

SOHO dans l'espace

Dijon, ville chère à Gustave Eiffel et Camille Flammarion, sera l’épicentre de cette belle fête. Elle accueillera l’inauguration officielle le 2 juin et la conclusion, lors d’un après-midi solaire au solstice, le 21 juin, où Agnès Acker donnera une conférence sur « L'histoire du Soleil », reconnue comme l’une des grandes conférences de l’Année Mondiale de l’Astronomie.

Une belle édition 2009, dont on peut déjà annoncer le développement européen pour l’année 2010, tant l’idée rencontre l’enthousiasme auprès des partenaires contactés. Sans doute alors le rêve de Camille Flammarion pourra s’accomplir : faire de cette Fête du Soleil un évènement universel. Une fête populaire pour mettre la culture scientifique, artistique et technologique à portée du citoyen européen… une idée d’actualité à quelques jours des élections européennes.

Historique de la Fête du Soleil

SOHO's 1500th comet
Observation de comètes proches du Soleil par SOHO

En 1904, Camille Flammarion et Gustave Eiffel créaient la « Fête du Soleil », le 21 juin, avec pour cadre la jeune et déjà fameuse Tour Eiffel. Tout commençait par un banquet, et une distribution de roses aux dames. Un coup de canon marquait l’heure exacte du solstice. Au premier étage, les représentations artistiques et scientifiques enchantaient les 500 invités. A minuit, les plus courageux montaient jusqu’au troisième étage observer le ciel. Cette belle fête s’arrêta à la Grande Guerre mais Camille Flammarion rêvait de la généraliser à toutes les villes de France et d’ailleurs.

C’est au moment du centenaire de cette fête en 2004, que l’idée de la faire revivre germa à la Société Astronomique de Bourgogne. Eiffel et Flammarion n’avait-il pas des liens étroits avec la Bourgogne ? Eiffel est en effet le plus célèbre des Dijonnais, et Camille Flammarion, natif de la Haute-Marne voisine, fut Président honoraire de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, dont il aida notamment à rénover l’Observatoire. Si une ville devait bien reprendre cette fête à son compte, outre Paris, c’était bien Dijon.

Jean-Pierre Lebreton, Huygens Project Scientist
Jean-Pierre Lebreton (ESA Science) soutient la manifestation

Ranimée avec l’aide du CCSTI (Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle) de Bourgogne, l’idée a été reprise avec enthousiasme à travers les musées, partenaires artistiques et scientifiques de Dijon, explosant en un feu d’artifice d’idées qui nous feront bien tenir encore dix ans.

Le Soleil, objet de recherches, source d’inspiration, compagnon recherché des promenades d’été : cette fête du soleil se doit d’être une fête entre sciences, arts, batifolage et Innovation. Une promenade de la connaissance et de l’harmonie entre plusieurs points de la ville, à la recherche du Soleil et de ses lumières…

En 2009, dans le cadre de l’Année Mondiale de l’Astronomie, la Réunion des CCSTI, en partenariat avec la Société Astronomique de Bourgogne, la Ville de Dijon, le Grand Dijon et le soutien de l’Agence Spatiale Européenne, ont lancé l’appel à travers toute la France pour faire de cette Fête du Soleil un évènement universel, comme le souhaitait Camille Flammarion. Une Fête mêlant les sciences, les arts et l’innovation autour d’un objet commun : le Soleil.

Dijon, ville de naissance de Gustave Eiffel, sera l’épicentre de cette Fête du Soleil, que nous souhaitons voir rayonner partout en France et en Europe.

La maquette du Satellite SOHO d’observation du Soleil invitée du Festival

Le satellite SOHO de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et de la NASA observe de façon continue, 24 heures sur 24, le Soleil depuis 14 ans. Il orbite autour de l’un des points de Lagrange, point de stabilité du système solaire où l’attraction du Soleil contre-balance celle de la Terre, à environ 1,5 million de km de la Terre en direction du Soleil. Une maquette de SOHO sera exposée pendant toute la durée du Festival au planétarium de Dijon, ainsi qu’une maquette du Soleil aimablement prêtée par le laboratoire de la Société Max Planck de Lindau-Katlenburg, en Allemagne.

SOHO est l’un des observatoires qui renseignent sur la météorologie spatiale, discipline qui étudie l’influence de l’activité solaire sur la Terre, son environnement, et sur le climat. Ce thème sera abordé lors d’une conférence pendant le Festival.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.