Impressions stellaires de COROT : avec chercheurs et industriels belges

Décollage du lanceur Soyouz-2 avec COROT
Décollage du lanceur Soyouz-2 avec COROT
8 janvier 2007

Le 27 décembre dernier, un lanceur Soyouz-2 amélioré de Starsem a satellisé COROT sur une orbite polaire à près de 900 km. Cette abréviation de « Convection, Rotation et Transit planétaires » désigne un observatoire européen plutôt original, que le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) a réalisé en coopération avec l’ESA.

D’une masse de 630 kg au décollage, ce satellite d’astronomie est un bus Proteus équipé d’un télescope afocal de 0,27 m de pupille et d’une caméra large champ à quatre détecteurs CCD. Cet ensemble particulièrement sensible à de très faibles variations de la lumière des étoiles est destiné à « peindre » des impressions stellaires pour le grand plaisir des astronomes et astrophysiciens.

La mise sous coiffe, à Baïkonour, du satellite COROT
La mise sous coiffe, à Baïkonour, du satellite COROT

L’objectif est double : révéler ce qui se passe à l’intérieur des étoiles et détecter la présence de planètes autour d’elles. L’observation de micro-éclipses périodiques, provoquées par ces planètes en passant devant leur étoile-mère, permettra d’accroître rapidement le catalogue des planètes extrasolaires. On en dénombre 209 à ce jour.

COROT met en évidence les capacités technologiques et les compétences scientifiques de la Belgique. La Sonaca de Gosselies (près de Charleroi) a fourni la case de la structure, après avoir été testée au Centre Spatial de Liège. Celui-ci a réalisé avec Verhaert Space le baffle optique et l’obturateur du télescope.

Le baffle de COROT durant ses essais au CSL
Le baffle de COROT durant ses essais au CSL

Le Belgian Asteroseismology Group, constitué de chercheurs de l’Université de Liège (Institut d’Astrophysique et de Géophysique), de la Katholieke Universiteit Leuven (Instituut voor Sterrenkunde), de la Vrije Universiteit Brussel et l’Observatoire Royal de Belgique, a participé aux préparatifs de la mission. Il est impliqué dans le traitement et l’analyse des observations du satellite. Par ailleurs, la société Alcatel Alenia Space ETCA de Charleroi fut concernée par le conditionnement d’énergie de la plate-forme de COROT, qui fait partie de la famille française des mini-satellites Proteus.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.