L'équipe de la mission Vénus Express à pied d'oeuvre

Venus Express
27 mars 2006

Au Centre des opérations spatiales de l’ESA (ESOC), à Darmstadt, en Allemagne, les contrôleurs de la mission Vénus Express travaillent sans relâche pour préparer l'arrivée à destination de la sonde européenne, le 11 avril prochain.

Cette manoeuvre critique est un savant cocktail de lois physiques, d'ingénierie spatiale et de planification de précision.

Le mois prochain, l'insertion de la sonde sur une orbite autour de Vénus marquera l'arrivée de la première mission de l'ESA vers cette planète, l'une des plus énigmatiques du système solaire.

L'insertion en orbite vénusienne comporte une série de commandes à distance, d'allumages du moteur et de manoeuvres afin de ralentir de 15 pourcents la vitesse relative de la sonde (29 000 km/h par rapport à Vénus avant le premier allumage du moteur principal), permettant sa capture sur une orbite autour de la planète.

Orientation du moteur pour le freinage

Les contrôleurs commanderont le pivotement de la sonde pour orienter le moteur vers l’avant à 08h03 (heure de Paris) du 11 avril. Le moteur principal de Vénus Express devra fonctionner pendant environ 51 minutes (la durée exacte peut encore changer) à partir de 09h19.

Les panneaux solaires de la sonde seront également orientés de manière à réduire le risque d'une charge mécanique excessive lors de l'allumage du moteur.

Le moteur principal sera rallumé à plusieurs reprises pendant les jours suivants pour abaisser l'apocentre de l'orbite (le point le plus éloigné de la surface de Vénus) et contrôler son péricentre (le point le plus proche de la surface de Vénus). L'objectif est de rejoindre une orbite de 24 heures, autour de la planète et de son atmosphère à effet de serre, dès les premiers jours de mai.

Ces manoeuvres critiques nécessitent une extrême précision

Les phases doivent se succéder selon une séquence déterminée et la sonde doit avoir été placée dans une configuration particulière avant l'allumage du moteur principal, qui doit lui-même se produire à un moment bien précis. En cas de problème, la sonde risquerait de rater sa 'fenêtre' de capture, ce qui rendrait tout sauvetage de la mission extrêmement difficile.

Pendant le fonctionnement du moteur, Vénus Express disparaîtra derrière la planète et la Terre perdra tout contact radio pendant presque 10 minutes. Les contrôleurs veilleront à rétablir le contact radio dès la fin de l'occultation à 09h56.

« L'insertion sur orbite autour de Vénus est une étape périlleuse. Le plus difficile est d'effectuer la manoeuvre au bon moment », explique Jean-Baptiste Gratadour, ingénieur des systèmes de contrôle d'attitude et d'orbite pour la mission Vénus Express à l’ESOC et l'un des membres de l’équipe de dizaines d'ingénieurs et de scientifiques qui préparent la mise en orbite de la sonde autour de Vénus.

La NASA apportera une assistance directe

En raison de sa position géographique, l'antenne de 70 mètres du réseeu Deep Space Network de la NASA située à Madrid (Espagne) sera mise à contribution lors de l'insertion de la sonde sur l'orbite de Vénus. Pour les opérations de routine, Vénus Express communique via l'antenne de 35 mètres l'ESA pour l'espace lointain, qui se trouve à Cebreros, près d’Avila, en Espagne.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.