L’interopérabilité, clef de l’information géo-spatiale

L’interopérabilité accélère la mise à jour des systèmes d’information géographique.
25 octobre 2007

La société belge Ionic Software créée en 1999 par quatre informaticiens de l’Université de Liège, s’est imposée, en quelques années, comme une clef de l’information géo-spatiale : c’est un éditeur de logiciels de référence en matière de solutions opérationnelles inter-opérables qui sont basées sur les standards internationaux, dits ouverts. Elle fait partie, depuis juin, du groupe mondial Leica Geosystems Geospatial Imaging.

L’expertise technique d’Ionic Software, le savoir-faire de ses informaticiens, le renom de ses logiciels Ionic RedSpider qui ont pour logo une araignée rouge - clin d’œil à la toile du web -, la disponibilité de ses services en ont fait rapidement un leader sur le marché de l’interopérabilité géo-spatiale pour les SIG (Systèmes d’Information Géographique). Ses composants logiciels permettent d'exploiter des données et des systèmes géographiques existants de manière inter-active, ce qui autorise l’intégration entre différents systèmes et bases de données, leur mise en oeuvre et leur partage entre divers utilisateurs, au travers d'Internet.

Le chaînon manquant à mettre en place

« Alors que se développaient les applications de l’information géo-spatiale grâce à l’imagerie des satellites, ses grands acteurs rencontraient pour trouver des solutions dans l’exploitation combinée et l’échange de leurs données », explique Vincent Dessard, directeur général et l’un des fondateurs d’Ionic Software. « L’absence d’une technologie informatique professionnelle ne favorisait pas le dialogue entre les banques d’images, le travail avec des serveurs de différents types avec des formats différents et des logiciels qui n’étaient pas ouverts ni standardisés. Un chaînon était manquant. Celui de l’interopérabilité qui permettait de traiter en même temps et sur un même support autant de données complexes, privées et localisables sur une carte. »

Manne d’informations dans une image radar : la Hiddensee (Allemagne) vue par TerraSar-X.

Ionic Software est donc arrivé sur un terrain vierge. Personne n’avait encore pu fournir de solution à ce problème d’interopérabilité. « Nous faisons partie de ces quelques pionniers qui ont élaboré des solutions au niveau des standards. Nos idées ont été jugées bonnes et adoptées comme des références. Nous avons réussi à développer des produits avec un à deux ans d’avance sur la concurrence. Dès l’an 2000, nous avons pu présenter des logiciels puissants qui apportaient l’interopérabilité recherchée dans des secteurs aussi variés que l’imagerie par satellite, la localisation intelligente, l’informatique gouvernementale, la gestion des sols… »

Faire parler l’imagerie satellitaire

Aujourd’hui, les marchés de la défense, de la télédétection spatiale, des administrations publiques et du monde de l’entreprise, la NASA, l’ESA, le DLR, le CNES, SPOT Image… ont recours à la technologie d’Ionic. Mise au point conformément aux normes standard d’Iso (International Standards Organization) et d’Ogc (Open Geospatial Consortium), cette technologie informatique est devenue pratiquement incontournable pour l’information géo-spatiale qui se réfère au mode ouvert mais sécurisé Service Oriented Architecture (SEO). Elle garantit la flexibilité et l’interopérabilité pour les applications qui combinent la cartographie, le géo-positionnement (GPS) et le traitement des images prises par satellites. Le monde spatial et en particulier le segment sol dédié à l’observation de la Terre constitue un domaine prioritaire pour Ionic qui a développé RedSpider Image Archive, produit dédié à la gestion, au catalogage et à la diffusion de grandes quantités d’images satellitaires.

L’araignée d’Ionic
L’araignée d’Ionic : la référence pour l’interopérabilité des données.

Une image satellite devient vraiment parlante lorsqu’elle est complétée en temps réel par d’autres données se superposant à l’échelle sur cette image, données telles qu’une carte routière, le nom des rues, la densité de population, les zones à bâtir, … et ce, dans une configuration sécurisée. « Depuis son existence, Ionic a toujours opté pour une attitude pro-active dans le monde de la cartographie et cherche continuellement à apporter sa contribution aux institutions désireuses de favoriser l’échange de leurs données au travers de standards ouverts au nom d’une réelle interopérabilité. C’est dans cette optique que nous participons activement à des programmes cadres et projets pilotes de l’Union Européenne et autres d’institutions officielles, comme les Nations Unies. »

Une araignée qui se porte bien

Les produits Ionic Redspider continuent de se développer, comme « boîtes à outils » pour les intégrateurs de solutions finales pour la cartographie numérique. Cet atout a été bien compris par le groupe mondial Leica Geosystems Geospatial Imaging, qui appartient à la multinationale suédoise Hexagon. En juin dernier, il a acquis Ionic Software pour en faire son pôle de compétence en matière d’interopérabilité et sa tête de pont en Europe. Il a décidé d’intégrer la gamme des logiciels Ionic Redspider dans ses outils d’acquisition des données, de précision de l’image, de photogrammétrie, comme dans ses processus d’analyse et de visualisation de l’information géo-spatiale.

Vincent Dessard Mukund Rao
Vincent Dessard Mukund Rao

Ionic Software, désormais entité spécialisée au sein de Leica Geosystems Geospatial Imaging, sponsorisait le Space Expo et un conclave sur le business spatial à la Conférence internationale d’astronautique (IAC 2007) qui vient de se tenir à Hyderabad (Inde). Son objectif est d’être présent dans les pays émergents qui ont un réel besoin des SIG (Systèmes d’Information Géographique) pour répondre à leurs problèmes de gestion, d’environnement, de cartographie, de sécurité… En Inde, Ionic coopère avec Navayuga Spatial Technologies et Tata Consulting Services qui développent un énorme potentiel dans l’intégration des systèmes informatiques. Le gouvernement indien mise beaucoup sur l’information géo-spatiale depuis l’espace, par le biais d’une constellation remarquable de satellites de télédétection qui sont réalisés et lancés par l’ISRO (Indian Space Research Organisation).

Ionic Software est membre de l’OGC (Open Geospatial Consortium), ainsi que du Cluster Wallonie Espace (Pôle Skywin Wallonie) et de l’association française i-space/Prospace (bientôt rebaptisée Spheris).

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.