La Terre vue de l’Espace : L’île de l’Or Noir

19 juin 2009

Une île en partie artificielle, située dans le Golfe Persique, à quelques 25 milles nautiques (46 km) au nord-ouest d’Abou Dhabi, est visible sur cette image acquise par ALOS, un satellite d’observation japonais de quatre tonnes.

Cette île a été bâtie pour abriter une plate-forme pétrolière « off-shore » ainsi que les installations grâce auxquelles le pétrole peut être facilement chargé sur des pétroliers. Il est très courant dans cette région du monde de transférer le pétrole brut du continent vers des installations en mer pour qu’il y soit transféré sur des pétroliers chargés de l’emporter jusqu’à destination.

Afin de permettre aux navires d’accéder aux docks d’avitaillement, des chenaux (visibles en bleu sombre) ont été creusés tout autour de l’île. Les eaux turquoise et bleu clair autour de l’île indiquent des récifs coralliens typiques de cette région du sud du Golfe Persique.

Située sur une île en forme de T en bordure du Golfe, Abou Dhabi est la capitale des Emirats Arabes Unis, le 5e plus grand exportateur de pétrole au monde. Parmi les émirats fédérés, celui d’Abou Dhabi est le principal producteur de pétrole, puisqu’il contrôle plus de 85% de la capacité totale de production du pays et plus de 90% de ses réserves de brut.

Les Emirats Arabes Unis se sont formés en 1971, et le pétrole y a été découvert il y a une trentaine d’années. Aujourd’hui, la production de pétrole et de gaz représentent un tiers du produit national brut du pays. Au rythme d’exploitation actuel, ces réserves naturelles devraient encore durer plus de 150 ans.

Le satellite ALOS (Advanced Land Observing Satellite) a pris cette image le 5 avril 2009 à l’aide de l’instrument AVNIR-2 (Advanced Visible and Near Infrared Radiometer type-2) qui a été conçu pour dresser la carte de l’occupation des sols et de la végétation dans les bandes visibles et du proche infrarouge avec une résolution au sol de 10 m.

Outre AVNIR-2, ALOS emporte également le radar à micro-ondes PALSAR (Phased Array type L-band Synthetic Aperture Radar) qui permet des observations de jour comme de nuit et par n’importe quel temps, ainsi que la caméra stéréo PRISM (Panchromatic Remote-sensing Instrument for Stereo Mapping) pour observer certains sites choisis en trois dimensions, avec une résolution pouvant atteindre 2,5 m.

L’ESA participe au programme ALOS au titre de « mission de tierce partie », ce qui signifie qu’elle utilise son infrastructure sol multimission et son expertise pour acquérir, traiter et distribuer les données récoltées par le satellite à sa vaste communauté d’utilisateurs. A ce jour l’ESA a fourni des données ALOS à plus de 270 projets de recherche et d’applications pour quelque 500 partenaires.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.