La Terre vue de l'Espace : la soufflerie de Nouvelle-Zélande

26 mars 2010

Cette image prise par Envisat montre l’Île du Nord et l’Île du Sud de la Nouvelle-Zélande, séparées par le Détroit de Cook. Nommé d’après James Cook, qui a été le premier navigateur européen à le traverser, en 1770, ce détroit relie la Mer de Tasman à l’ouest à l’Océan Pacifique Sud à l’est.

En son point le plus étroit, il ne fait que 23 km de large, si bien que par temps clair il est possible de voir l’autre rive. Toutefois, le Détroit de Cook est également réputé comme l’un des bras de mer les plus agités et les plus imprévisibles au monde.

En raison de sa latitude, la Nouvelle-Zélande se situe en plein travers de la ceinture de vents d’ouest devenue célèbre sous le nom de « quarantièmes rugissants ». Comme le détroit constitue le seul passage entre les deux îles montagneuses, il se comporte à l'instar d'une soufflerie géante, attisant des mers déjà sournoises. De plus, le comportement des marées à travers le détroit est inhabituel. Les marées de chaque côté de celui-ci sont en opposition de phase, c’est-à-dire que quand la marée est haute d’un côté, elle est basse de l’autre côté, ce qui se traduit par d’importants courants en son milieu.

La Nouvelle-Zélande comporte de nombreuses îles mais l’Île du Nord et l’Île du Sud représentent l’essentiel de l’archipel. L’image montre qu’en fait la pointe nord de l’île du Sud est plus au nord que la pointe sud de l’Île du Nord. L’Île du Sud est la plus étendue des deux et est dominée sur toute sa longueur par la chaine des Alpes du Sud, dont le plus haut sommet, le Mont Cook, atteint 3 754 m. L’Île du Nord est moins montagneuse mais plus volcanique.

Notable pour son isolement géographique au sud-ouest de l’Océan Pacifique, la Nouvelle-Zélande abrite de nombreuses espèces endémiques végétales et animales, même si le pays a souffert d’un fort taux d’extinction dû à l’activité humaine. Néanmoins, la Nouvelle-Zélande se place désormais à la pointe des programmes de restauration insulaires, avec la réintroduction d’espèces autochtones et la création de réserves naturelles sur plusieurs petites îles d’où les nuisibles, tels que les rongeurs, ont été éliminés.

Cette image a été prise le 8 mars 2010 par la camera MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer) d’Envisat, travaillant en mode « pleine résolution » qui permet de distinguer des détails de 300 m au niveau du sol.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.