Lanceurs et modélisation : vedettes des 3ème Space Days

L’affiche des 3ème Space Days de Wallonie
28 septembre 2010

Les 11, 12 et 13 octobre, les Space Days Wallonie auront lieu à Charleroi (Palais des Beaux-Arts) sur les thèmes des lanceurs et de la modélisation.

Ces journées sont organisées en alternance par les deux groupements régionaux que sont le VRI (Vlaamse RuimtevaartIndustrie) et Wallonie Espace (Pôle Skywin). Elles ont pour objectifs de débattre sur l’avenir des activités, de promouvoir les compétences de leurs membres dans les systèmes spatiaux, de sensibiliser le public - spécialement les jeunes - aux défis, études et carrières de l’astronautique (satellites, lanceurs, science, exploration, applications…).

Le Royaume fédéral de Belgique comprend trois Régions économiques : la Flandre, la Wallonie et Bruxelles-capitale. Chacune d’elles a réussi à développer un savoir-faire spatial dans des niches technologiques : les lanceurs, la modélisation, le conditionnement d’énergie, les bancs de contrôle, les moyens d’essais (simulateurs), les télescopes, l’incubation technologique en Wallonie ; le pilotage des lanceurs, la microgravité, la surveillance de l’environnement à Bruxelles ; les petits satellites, les télécommunications, la navigation, la télédétection, la robotique, l’instrumentation optique en Flandre.

Si le programme spatial belge est géré au niveau fédéral en étant axé principalement sur le programme de l’ESA, les initiatives industrielles se développent au sein de chaque Région. Et ce, grâce aux groupements Belgospace (association créée en 1962), VRI (Vlaamse Ruimtevaart Industrie), Wallonie Espace (qui fait partie du Pôle de compétitivité Skywin) et Bruspace. Chaque année, avec le soutien de l’Etat fédéral, la Wallonie et la Flandre organisent en alternance des journées de l’espace durant lesquelles sont mises en valeur les activités de l’ESA .En 2009, ce furent les Vlaaamse Ruimtevaartdagen à Haasrode-Leuven. Cette année, les 11, 12 et 13 octobre, la ville de Charleroi accueille les Space Days de Wallonie.

L’impact socio-économique de Wallonie Espace

En 2011, l’Europe mettra en œuvre trois modèles de lanceurs au Centre Spatial Guyanais. De gauche, Vega, Soyouz, Ariane 5

Depuis les années 60, le spatial belge est bien ancré en Wallonie – spécialement à Liège et à Charleroi – ainsi qu’à Bruxelles, avec universités, instituts et entreprises qui ont réussi principalement à acquérir des compétences, reconnues sur le plan international, dans le domaine des lanceurs de satellites, ainsi que des équipements, instruments, composants et logiciels pour l’espace. L’association Wallonie Espace, qui fait partie du pôle de compétitivité aéronautique et spatial Skywin, mise sur cet acquis scientifique et technologique. Il s’agit de le renforcer et le valoriser avec les retombées économiques sous la forme de nouveaux produits et d’entreprises high-tech.

Ses 27 membres, issus des mondes de la recherche (universités) et de l’industrie (électronique, informatique, optique, mécanique…), représentent quelque 1.400 emplois directs pour un chiffre d’affaires de 170 millions €. Afin de s’assurer un réservoir de compétences, ils veulent sensibiliser le grand public aux études et métiers pour les activités R & D sur les systèmes spatiaux et leurs applications.

La particularité des Space Days wallons qui sont organisés depuis mars 2006, est de mettre à l’honneur un ou deux acteurs du spatial, en fonction de l’actualité. Cette année, les 3èmes « Space Days » de Wallonie (*) se dérouleront les 11, 12 et 13 octobre à Charleroi (Palais des Beaux-Arts) sur le thème : « Les lanceurs, de la modélisation aux opérations ». Il s’agira de mieux faire connaître les compétences et réalisations de Thales Alenia Space ETCA (Charleroi) et du Groupe Samtech (Liège). Sabine Laruelle, Ministre belge de la Politique scientifique, encourage l’organisation de tels événements, tout en rappelant que la Belgique spatiale est fort attachée au principe du juste retour pour ses industries.

A la rencontre des acteurs du transport spatial en Europe

Une fois que le lanceur Ariane 5 a décollé, son pilotage automatique est assuré par des servovérins produits par la SABCA près de Bruxelles.

Le 12 octobre est la journée des professionnels sur les thèmes des lanceurs et de la modélisation. Avec la présence de personnalités de l’ESA. Toni Tolker-Nielsen, chef du programme Ariane à l’ESA, décrira la vision de l’Agence en matière de transport spatial. Aux côtés de représentants d’EADS Astrium Space Transportation, d’Arianespace et d’ELV (maître d’œuvre de Vega), Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA, participera à une table ronde, animée par le journaliste français Frédéric Castel, sur l’avenir des lanceurs en Europe. Ce sera l’occasion d’en savoir plus sur les versions prochaines d’Ariane 5 et de Vega, ainsi que sur le projet du lanceur qui doit prendre la relève d’Ariane 5 dans les années 2020.

Thales Alenia Space ETCA s’affirme comme le spécialiste européen d’électronique à bord des systèmes spatiaux, notamment pour le conditionnement d’énergie des satellites. Il a réalisé les bancs de contrôle Ariane 5 et assure leur maintenance au Centre spatial guyanais. C’est la seule société européenne présente sur les trois lanceurs qui sont mis en œuvre par Arianespace : Ariane 5 (avec près de 50 % de la case à équipements), Soyouz (kit de sauvegarde),Vega (composants de la centrale inertielle). En Wallonie, deux autres industriels se trouvent associés au transport spatial en Europe : SABCA (Bruxelles) réalise des structures délicates ainsi que les systèmes de servo-commandes qui assurent le pilotage correct des étages tant d’Ariane 5 que de Vega (comme sous-systémier d’un ensemble complet). Techspace Aero/Groupe Safran (Herstal-Liège) est responsable du développement et de la fabrication des vannes du propulseur cryogénique Vulcain d’Ariane 5. La production des Ariane 5 se traduit chaque année par quelque 50 millions € de chiffre d’affaires pour les industriels wallons et bruxellois.

La croissance d’un acteur européen de la modélisation

Le logiciel Samcef a servi à analyser la fiabilité thermo mécanique de la tuyère du puissant propulseur cryogénique Vulcain 2 d’Ariane 5.

Samtech, l’une des premières spin-offs de l’Université de Liège, développe, valorise et commercialise les logiciels de modélisation SAMCEF (Système d’Analyse des Milieux Continus par la Méthodes des Eléments Finis) qui servent à concevoir et étudier les éléments critiques d’un avion, d’un lanceur, d’une turbine, d’un propulseur, le comportement d’un corps de rentrée, les structures déployables ou gonflables sur orbite…

Le groupe d’envergure européenne, qui emploie aujourd’hui 280 personnes dans 14 filiales, réussit à implanter ses produits face à la concurrence américaine. Ses atouts : sa réactivité pour innover et sa flexibilité pour s’adapter, grâce à ses codes de calcul, l’un des quatre meilleurs au monde. Il s’est fait un nom de référence chez Airbus, Safran, EADS Astrium pour la conception et la validation des structures complexes, pour l’utilisation des matériaux composites. Samtech, pour répondre aux exigences d’une clientèle de plus en plus diversifiée, a créé en son sein des groupements transversaux spécialisés. L’un d’eux concerne l’emploi des logiciels SAMCEF pour le développement de nouveaux systèmes pour l’espace.

Pour connaître le programme des « Space Days » wallons, comme pour s’inscrire, découvrez le site http://www.space-days.com/ de Skywin Wallonie Espace.

(*) Les deux premières éditions - en 2006 et en 2008, à Liège - portaient sur les systèmes optiques (avec Amos à l’honneur), puis sur les micro- satellites (avec Spacebel en vedette).

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.