Le cubesat Belge Oufti-1 retenu pour “Fly Your Satellite!”

A l’oeuvre sur Oufti-1
7 juillet 2013

Ce sont des nains de l’espace. Ils ont la forme d’une cube de 10 cm de côté et pèsent à peine 1 kg. Les cubesats sont devenus des outils de développement de nouveaux systèmes spatiaux avec un large éventail de possibilités. Le premier cubesat de Belgique s’appelle Oufti-1. Il vient d’être retenu par l’ESA pour la phase 1 de son nouveau programme éducatif Fly Your Satellite!  

Conséquence de l’ultra-miniaturisation: les satellites n’ont plus besoin d’avoir les dimensions d’une voiture, voire davantage, pour fonctionner dans l’espace. Les Cubesats peuvent tenir dans une main et ne pèsent guère plus qu’un paquet de sucre. Il offrent des performances de plus en plus élevées pour la recherche spatiale.  

Leur développement se fait dans le contexte d’études universitaires ou avec une équipe de radioamateurs. C’est l’occasion pour des étudiants ingénieurs de se familiariser avec les étapes technologiques dans la réalisation de systèmes dans l’espace, comme s’il s’agissait d’un vrai satellite: la conception, la mise au point, les essais, l’exploitation et l’infrastructure au sol.  

Coup d’envoi à l’ESTEC

Le cubeSat AAUSAT 4 du Danemark

Durant la dernière semaine de juin, six teams d’étudiants ont passé trois jours à l’ESTEC, Noordwijk (Pays-Bas). Dans la plus grande implantation et le cœur technique de l’ESA, ils ont, avec leurs professeurs, donné le coup d’envoi de la nouvelle initiativeFly Your Satellite! du Bureau de l’Education de l’ESA.

Au cours des trois journées, des experts de l’ESA leur ont donné toute l’information sur les objectifs du programme, ainsi que sur les activités à réaliser durant la première phase du programme

Le logo du cubesat belge Oufti-1

En janvier dernier, le Bureau de l’Education de l’ESA avait annoncé son initiativeFly Your Satellite!L’édition 2013 de ce programme met l’accent sur des nano-satellites qui sont développés par des équipes universitaires et qui sont déjà à un stade avancé de réalisation.

Chaque Cubesat est destiné à une mission scientifique ou technologique. Ainsi le nano-satellite belge Oufti-1 va tester des cellules solaires d’un nouveau type, plus performantes. De son côté, le nano-satellite espagnol Politech.1 va réaliser des observations originales de notre planète. Un aperçu des six missions Cubesat qui ont été retenues pour la phase 1 deFly Your Satellite!figure à la fin de cet article.

Oufti-1: made in Belgium

Un Cubesat tient dans une main

Oufti est un mot du dialecte liégeois pour exprimer l’étonnement. C’est par ailleurs l’abréviation deOrbital Utility For Telecommunication Innovation. Il s’agit d’un nano-satellite de l’Université de Liège (Ulg) qui est destiné à la communauté mondiale des radioamateurs. C’est l’occasion pour quelque 2 millions d’utilisateurs des liaisons radio-amateurs de faire usage des techniques les plus modernes jusque dans l’espace.

Ainsi la principale innovation à bord d’Oufti-1 est l’utilisation du protocole de communications D-STARDigital Smart Technologies for Amateur Radio. Le système  est développé par et pour les radioamateurs depuis le début de ce siècle: il fait largement appel à la numérisation de la communication, ce qui permet une qualité d’écoute bien meilleure que les signaux analogiques.

Ce mode numérique de communication va rendre possible la transmission simultanée de la voix et de données (comme les données GPS et l’échange de messages entre ordinateurs), un « routing » complet pour internet et un « romaing » à l’échelle mondiale. D-STAR va rendre la communication plus efficace à l’échelle globale grâce au Cubesat Oufti-1 autour de la Terre. Jusqu’ici, il était employé au niveau régional et a démontré son efficacité encore expérimentale lors de l’ouragan Katrina sur la Nouvelle Orléans.

Avec Oufti-1, D-STAR va donc réaliser une première mondiale. A l’avenir, son protocole va servir à la réalisation d’expériences dans l’espace. Le nano-satellite liégeois doit fonctionner pendant au moins une année.

Le futur technologique en Europe

Technologie de radiocommunications pour Oufti-1

Les CubeSats fournissent aux étudiants l’occasion de faire équipe pour une mission dans l’espace, comme s’ils avaient affaire à un vrai satellite.Fly Your Satellite!est la suite du programme-piloteCubeSats for the Vega Maiden Flightqui connut un beau succès et dont l’apothéose fut la mise sur orbite, en 2012, de sept CubeSats avec le premier lanceur Vega.

 

Au cours de la réunionkick-offà l’ESTEC, l’accent fut mis sur la coordination des activités pendant la phase 1 deFly Your Satellite!afin que les teams puissent terminer dans les meilleures conditions la construction de leur nano-satellite. Leurs CubeSats feront l’objet d’essais intensifs en environnement spatial sous le contrôle de spécialistes de l’ESA, qui détermineront comment participer à la phase suivante du programme.

Durant la phase 2, les Cubesats vont être qualifiés pour le vol spatial lors de tests de vibrations (comme au lancement), sous vide et à des températures extrêmes (comme dans l’espace). 

Le but d’un programme, tel queFly Tour Satellite!est d’assurer le futur de l’Europe dans les nouvelles technologies, en permettant à la jeune génération de devenir une relève bien entraînée et confiante pour innover.

Infos complémentaires

Une formidale aventure pour les étudiants

Pour la phase 1 du programme, l’ESA a retenu les six Cubesats suivants:

Oufti-1 (Belgique) va expérimenter le protocole de radiocommunications D-STAR ainsi que des cellules solaires à hautes performances.

Robusta-1B (France) validera des méthodes pour des tests de résistance des composants transistorisés aux radiations de l’espace.

ConSat-1 (Canada) servira principalement à étudier les radiations dans l’Anomalie de l’Atlantique Sud, où les ceintures de radiation Van Allen s’approchent au plus près de la Terre.

e-st@r-II (Italie) va tester l’orientation d’un satellite avec un système actif de contrôle d’attitude.

AAUSAT-4 (Danemark) est une version améliorée d’un précédent Cubesat étudiant pour la collecte des signaux AIS (Automatic Identification System) qui servent à identifier les navires en mer.

Politech.1 (Espagne) doit tester une caméra miniature GEOEYE ainsi qu’un système, conçu par les étudiants, de communications en bande C, tout en procédant à des mesures de vent solaire.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.