Le premier Vega sur sa plate-forme de lancement

Le premier lanceur Vega intégré en zone de lancement

27 janvier 2012

Le nouveau lanceur Vega de l’ESA se dresse à présent sur sa plate-forme de lancement. Les préparatifs pour son vol inaugural depuis le Port spatial de l’Europe entrent dans la dernière ligne droite. La fenêtre de lancement s’ouvre le 9 février.

Le composite supérieur, qui comprend les satellites LARES et ALMASat 1, sept Cubesats, l’adaptateur de charge utile et la coiffe, a été transféré en zone de lancement lundi dernier dans la nuit. Ces transferts nocturnes sont la norme à Kourou afin d’éviter de possibles surchauffes des charges utiles.

Le transfert s’est achevé tôt le mardi matin avec l’installation du composite sur une plate-forme dédiée à l’intérieur du portique mobile en vue de son intégration au sommet du lanceur.

Intégration du composite supérieur

Le composite a ensuite été installé au sommet du quatrième étage de Vega, l’AVUM, pour finaliser les connexions électriques et vérifier les liaisons, puis, au final, achever la connexion mécanique.

Les principales étapes qui restent à accomplir avant le vol inaugural sont la dernière vérification générale, la répétition complète de la chronologie de lancement et le remplissage en ergols de l’étage manœuvrant AVUM.

Le vol de qualification de Vega

Vega sous son portique

Ce premier vol, qui a reçu la désignation VV01, marque l’aboutissement de neuf années de développement par l’ESA et ses partenaires l’ASI (Agence spatiale italienne), le CNES (Centre national d’études spatiales) et l’industrie.

Le décollage sera effectué depuis le nouveau Site de lancement Vega (SLV) du Port spatial de l’Europe, en Guyane française, avec neuf satellites à bord. La fenêtre de lancement s’ouvre le 9 février et dure plusieurs jours.

La mission doit permettre de qualifier l’ensemble du système Vega, qui comprend non seulement le lanceur lui-même mais aussi l’infrastructure au sol et l’ensemble des opérations, de la campagne de lancement à la séparation des charges utiles à la passivation de l’étage supérieur sur une orbite assurant sa rentrée en quelques années.

Plus particulièrement, elle doit permettre de démontrer en vol les performances du lanceur et la qualité du service aux charges utiles.

Souplesse de mission

Vega va fournir à l’Europe une capacité sure, fiable et compétitive pour placer sur orbite des satellites scientifiques et d’observation de la Terre, qui complètera idéalement celles du lanceur lourd Ariane 5 et du lanceur moyen Soyouz, déjà exploités depuis la Guyane.

Le nouveau site de lancement de Vega

Le lanceur a été conçu pour assurer une grande variété de missions et être compatible avec de nombreuses configurations de charges utiles afin de pouvoir répondre aux différentes demandes du marché avec une grande souplesse d’utilisation.

A la différence de nombreux petits lanceurs, Vega est capable de satelliser des charges utiles multiples. En particulier, il offre des possibilités d’emport pour des charges allant d’un satellite unique à un satellite principal accompagné de six microsatellites.

Sa capacité lui permet d’emporter des charges de 300 à 2500 kg suivant l’orbite demandée par les clients. La mission de référence est le lancement d'un satellite de 1500 kg sur une orbite héliosynchrone à 700 km d’altitude.

Des informations complémentaires sur Vega et des mises à jour sont disponibles en anglais sur le site dédié au lancement.

Un diaporama de vues de Vega est également accessible sur Flickr.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.