Le troisième vaisseau cargo européen s’amarre à la Station spatiale

L'ATV-3 en approche
28 mars 2012

L’ATV Edoardo Amaldi de l’ESA a mené à bien la première étape de son amarrage au module russe Zvezda de la Station spatiale internationale.

Le contact s’est déroulé en douceur à 00h31, heure de Paris (22h31 TU) lorsque la sonde d’amarrage de l’ATV a été capturée par le cône de Zvezda.

Lorsque la sonde aura fini de se rétracter, les crochets qui maintiennent ensemble les deux modules se verrouilleront. Les connexions informatiques et électriques seront ensuite établies.

Ce vaisseau de 20 tonnes, qui navigue de manière autonome mais est surveillé en continu depuis le sol, s’est amarré au complexe orbital de 450 tonnes avec une précision de 6 cm, à une vitesse de plus de 28 000 km/h autour de la Terre.

ATV docks with ISS
Vue d'artiste de l'approche finale

« Nul ne peut considérer l’amarrage tout en douceur qui vient de réunir ces deux structures géantes comme une tâche aisée ou un travail de routine » déclare Thomas Reiter, Directeur des Vols habités et des Opérations à l’ESA.

« Les technologies dont nous avons fait la démonstration dans des conditions opérationnelles avec les ATV ouvrent des perspectives extraordinaires pour l’avenir des missions habitées et d’exploration. »

L’amarrage de l’ATV est l’aboutissement d’une phase d’approche par étapes jusqu’à l’avant-poste orbital. Le vaisseau a réalisé ses manœuvres de manière autonome au cours de cette phase critique, surveillé par son propre système de contrôle embarqué de façon à garantir la sécurité de la Station et de son équipage.

Jules Verne is watched backing away from ISS
L'ATV-CC à Toulouse

Les équipes au sol basées au Centre de contrôle de l'ATV à Toulouse ainsi que l’astronaute de l’ESA André Kuipers et les autres membres de l’équipage à bord de la Station ont eux aussi suivi l’approche, au cas où il aurait fallu interrompre la manœuvre ou renoncer à l’amarrage.

Note aux rédactions

Comme ses prédécesseurs, l’ATV-3 va remplir de multiples tâches. En tant que remorqueur spatial, il a une réserve de 3 150 kg d’ergols destinés à rehausser l’orbite de la Station afin de compenser la baisse d’altitude naturellement provoquée par la traînée atmosphérique ou de mettre la Station hors de la trajectoire des débris spatiaux qui pourraient l’endommager. L’ATV assure également une fonction de contrôle d’attitude lorsque d’autres véhicules spatiaux s’approchent de la Station.

En sa qualité de ravitailleur, il livre 860 kg d’ergols, 100 kg d’oxygène et d’air, ainsi que 280 kg d’eau potable, qui seront transférés dans les réservoirs de la Station.

Le vaisseau cargo achemine enfin 2 200 kg de cargaison sèche, comprenant des équipements scientifiques, des pièces de rechange, des vivres et des vêtements pour les astronautes.

André Kuipers s'entraîne pour l'amarrage

Au cours des cinq mois qu’il passera arrimé à la Station, il servira à titre temporaire de module spatial, mettant à la disposition de l’équipage 45 m3 d’espace supplémentaire. Lors des missions précédentes, l’ATV a été apprécié par les astronautes comme étant « le lieu le plus calme de la Station », et est souvent devenu un espace de travail privilégié.

A la fin de sa mission, prévue le 27 août, l’ATV-3 se séparera de la Station après avoir été rempli de sacs de déchets. Le lendemain, il sera dirigé vers l’atmosphère pour s’y consumer en toute sécurité lors de sa rentrée au-dessus du Pacifique Sud.

Pour davantage d’informations sur l’ATV, veuillez consulter le site : http://www.esa.int/ATV

Pour tout complément d’information, veuillez contacter :

ESA – Bureau Relations avec les médias
Département Communication
Tél : +33 1 53 69 72 99
Fax : +33 1 53 69 76 90
Courriel : media@esa.int

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.