PROBA-2, mini-observatoire solaire 'made in Belgium' pour l'ESA

Maquette de Proba-2 au Bourget 2003
Maquette de Proba-2 au Bourget 2003
9 décembre 2003

L'Observatoire Royal de Belgique (ORB), avec son Département de Physique solaire, ainsi que le Centre Spatial de Liège (CSL) sont les principaux acteurs pour la charge utile du prochain satellite 'made in Belgium' destiné à l'ESA.

PROBA-2 (Project for On-Board Autonomy) de quelque 100 kg, dont le lancement est prévu au début de 2006, doit succéder à PROBA-1. Celui-ci démontre avec brio ses capacités de petit satellite "intelligent" pour mener à bien des prises de vues de la surface terrestre et des mesures de l'environnement spatial. Il est contrôlé par la station ESA de Redu (Province du Luxembourg).

Proba-1 en intégration chez Verhaert
Proba-1 en intégration chez Verhaert

La mission de PROBA-2 est plus scientifique, puisqu'il doit réaliser, pendant au moins deux années, des observations inédites de notre étoile dans l'ultraviolet. Réalisé par Verhaert Design & Development à Kruibeke (près d'Anvers, le micro-satellite emploiera une plate-forme plus légère, équipée de panneaux solaires supplémentaires. L'un des panneaux testera un concentrateur de lumière solaire conçu au CSL.

Les deux instruments scientifiques de la charge utile de PROBA-2 doivent contribuer à la prévision des tempêtes de particules et rayonnements qui sont dues aux éruptions solaires. Ils portent les noms de SWAP (Sun Watcher using Active Pixel System detector and image Processing) et de LYRA (Lyman-alpha Radiometer) :

  • SWAP, télescope dans l'ultraviolet extrême, est un modèle réduit et compact de l'EIT (Extreme ultraviolet Imaging Telescope) qui, à bord de l'observatoire SOHO (Solar & Heliospheric Observatory), prend plusieurs fois par jour de magnifiques clichés de l'activité intense de notre étoile. Il doit prendre, toutes les minutes, des images de la couronne solaire qui est à la température de 1,5 million Kelvin. On espère ainsi mettre en évidence les sources des perturbations qui agissent sur le "space weather" et les relations Soleil-Terre. Le CSL et l'ORB coopèrent, avec l'Université de Padoue et le Max Planck Institut de Lindau, dans la réalisation de cette expérience qui prépare la mission de la sonde européenne Solar Orbiter durant la prochaine décennie.
  • LYRA est un radiomètre destiné à des mesures d'une grande précision sur la brillance du Soleil dans l'ultraviolet lointain. Sa conception est due au Dr Jean-François Hochedez, chercheur au Département de physique solaire. Son développement, sous la direction de l'ORB, est confié à un consortium qui réunit le CSL, Verhaert, l'Institut d'Aéronomie spatiale, l'Institut de recherche sur les matériaux en micro-électronique (Imomec) de Diepenbeek, l'Observatoire suisse de Davos, le Max-Planck Institute de Katlenburg-Lindau, l'Istituto Fisica dello Spazio Interplanetario de Rome. Il s'agit de démontrer les performances de nouveaux senseurs, à base de diamant, qui sont mis au point par Imomec.
Maquette de Proba-2 au Bourget 2003
Maquette de Proba-2 au Bourget 2003

Les sociétés belges Verhaert et Spacebel (qui réalise le logiciel de bord de PROBA) commercialisent la plate-forme belge pour des missions de recherche et de technologie avec des satellites compacts (de la taille d'une machine à laver) et autonomes de 100 à 200 kg. Un projet PROBA-3 d'un mini-satellite de télédétection hyperspectrale est à l'étude.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.