Point sur l’enquête relative à l’accident de Columbia

STS-107 crew
L'équipage STS-107
21 février 2003

ESA INFO 05-2003. La Commission d’enquête sur l’accident de Columbia (CAIB), présidée par l’amiral Harold Gehman, s’est vu confier la pleine responsabilité de l’enquête, avec le soutien d’un certain nombre de comités et de groupes d’experts.

Elle s’est rendue au Centre spatial Johnson, au Centre spatial Kennedy, au Centre de vol spatial Marshall, ainsi qu’au Centre de Michoud (Louisiane) où les réservoirs extérieurs de la Navette sont fabriqués et assemblés.

Selon la CAIB, les analyses préliminaires montrent que la température à laquelle aurait été exposé le logement du train gauche de Columbia au cours de la rentrée semble indiquer une présence de plasma. Le plasma est un gaz surchauffé qui entoure l’orbiteur durant sa rentrée dans l’atmosphère. La CAIB estime qu’un échange thermique à travers la structure, comparable à ce qui pourrait se produire en cas de perte d’une tuile, serait insuffisant pour donner la hausse de température suspectée pendant les dernières minutes du vol.

Les autres analyses en cours examinent différents scénarios concernant une brèche qui aurait pu survenir et provoquer l’arrivée de plasma au niveau du logement du train ou à un autre endroit dans l’aile. D’autres données de vol, dont celles fournies par les indicateurs de position du train d’atterrissage et les informations relatives à la traînée, indiquent qu’il est improbable que le train d’atterrissage gauche ait été déployé prématurément.

L’analyse des données des quelques secondes suivantes indique que deux propulseurs de contrôle d’attitude supplémentaires ont été activés après la perte du contact radio avec la Navette. On savait déjà que deux autres propulseurs de pilotage en lacet avaient été mis à feu précédemment pour essayer de maintenir le contrôle du véhicule.

L’un des cinq ordinateurs à usage général qui équipaient Columbia a été retrouvé parmi les débris qui ont été expédiés au Centre spatial Kennedy. Cet ordinateur a été gravement endommagé et sa batterie n’a pas été récupérée. Les ordinateurs de ce type ne possédant pas de lecteur de disque dur, les enquêteurs n’ont guère d’espoir de pouvoir en tirer d’autres informations.

Point sur la Station spatiale internationale (ISS) et plans à court terme

Des réunions ont eu lieu entre la NASA et Rosaviakosmos sur les stratégies d’ensemble en matière de ravitaillement de la station et de relève d’équipages, ainsi qu’entre la NASA et l’ESA sur les possibilités de réaménagement des vols taxi avec des astronautes de l’ESA, cela au vu de la situation actuelle. Ces discussions n’ont pas encore débouché sur des conclusions et vont se poursuivre. Toutefois, l’équipage qui devait prendre part au prochain vol de Navette continue de s’entraîner, tandis qu’un autre équipage s’entraîne en parallèle pour le prochain vol Soyouz (prévu en avril) au cas où il serait désigné comme prochain équipage permanent.

L’équipage qui se trouve actuellement en orbite à bord de la Station spatiale internationale y effectue son travail dans de bonnes conditions et a exécuté les activités suivantes :

  • Après bientôt trois mois passés à bord de la station, le sixième équipage permanent a réalisé des expériences scientifiques, procédé à des rangements et donné des entretiens à différents médias. Le 11 février, l’allumage pendant 22 minutes des moteurs d’un véhicule Progress amarré à la station a permis de rehausser l’altitude moyenne de celle-ci d’environ 9,2 kilomètres.
  • Don Pettit, responsable scientifique NASA pour l’ISS, a réalisé des activités avec la boîte à gants pour la recherche en microgravité de l’ESA, avec l’aide d’ingénieurs au sol. La semaine dernière, un disjoncteur s’est déclenché alors que Pettit était en train d’installer des éléments de rechange acheminés par le vaisseau Progress. Les équipements concernés sont actuellement hors tension ; il en sera ainsi jusqu’à ce que les spécialistes de l’ESA et de l’industrie aient élaboré un plan de retour à la normale qui pourra être mis en œuvre en orbite.
  • Le 13 février, Pettit et le commandant Ken Bowersox ont activé Canadarm2 (le bras télémanipulateur de la station) et ont procédé avec lui à une série de manœuvres complexes afin de vérifier son bon état de fonctionnement.

Pour tout complément d’information, veuillez contacter:

ESA – Service Relations avec les médias
Tél. : +33 (0)1 53 69 71 55
Fax : +33 (0)1 53 69 76 90

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.