Point sur l’enquête relative à l’accident de Columbia: Navette spatiale Columbia - Note d’info n°4

STS-107 crew
L'équipage du vol STS-107
31 mars 2003

ESA INFO 07-2003. La Commission d’enquête sur l’accident de Columbia (CAIB) poursuit ses investigations sur les causes de l’accident et procède actuellement à un certain nombre d’auditions publiques.

Le président du Groupe de travail Columbia de la NASA (organe qui fournit les informations à la CAIB) a présenté il y a quelques jours à l’ESA et aux autres Partenaires de l’ ISS un compte rendu détaillé des résultats obtenus à ce jour. La Commission d’enquête sur l’accident de Columbia (CAIB) poursuit ses investigations sur les causes de l’accident et procède actuellement à un certain nombre d’auditions publiques. Le président du Groupe de travail Columbia de la NASA (organe qui fournit les informations à la CAIB) a présenté il y a quelques jours à l’ESA et aux autres Partenaires de l’ ISS un compte rendu détaillé des résultats obtenus à ce jour.

Environ 20 tonnes de débris ont été récupérées, ce qui représente 20 % du poids total de la Navette. Cependant, aucun débris n’a encore été retrouvé à l’Ouest du Texas, alors que des prises de vue prouvent que des éléments de la Navette sont tombés au-dessus de la Californie. Les recherches se poursuivent donc dans cette zone.

Le dernier élément important à avoir été retrouvé est l’enregistreur de données OEX. Cet appareil à bande magnétique enregistre pendant les phases de décollage et de rentrée atmosphérique de la Navette les données de différents capteurs qui n’ont pas été envoyées au sol par télémétrie. L’enregistreur est en cours d’analyse au Centre spatial Kennedy.

On a également pu établir avec certitude, grâce à des relevés radar effectués après l’accident, qu’un élément de 30 x 15 cm s’était détaché de la Navette au deuxième jour de vol et était rentré dans l’atmosphère 3 jours après.

Une analyse détaillée du comportement aérodynamique de la Navette pendant la phase de descente a été réalisée. La synthèse des données montre que l’appareil était déjà endommagé au moment de sa rentrée dans l’atmosphère et que du gaz (plasma) avait pénétré dans l’aile gauche quelques minutes avant la perte de communication.

D’autres éléments indiquent que des dégâts bien plus importants se seraient produits deux à trois minutes avant la perte de contact. A ce moment, Columbia pivotait sur son axe longitudinal dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et effectuait un mouvement de lacet vers la gauche.

Des analyses thermiques et des essais en soufflerie ont été réalisés afin de déterminer si les interactions entre ondes de choc sur l’aile gauche déjà endommagée ont pu engendrer des températures de l’ordre de celles enregistrées par les capteurs de Columbia et si l’écoulement du plasma à travers les interstices des ailes, puis dans le logement du train d’atterrissage principal, ont pu entraîner les brusques variations de température mesurées à ces emplacements par les capteurs.

Les enquêteurs s’intéressent toujours au morceau de mousse isolante qui s’est détaché du réservoir externe au moment du décollage et a percuté l’aile gauche de la Navette, estimant que cet incident a pu jouer un rôle important.

La trappe du train d’atterrissage principal de l’aile gauche n’a pas encore été retrouvée, contrairement aux six pneus et à deux des trains d’atterrissage.

L’équipe en charge du réservoir externe cherche à améliorer l’adhérence de la mousse isolante et étudie la possibilité d’effectuer des inspections et des réparations en orbite des surfaces externes de la Navette lors des prochaines missions.

Les efforts portent également sur l’amélioration de la couverture photographique des moments critiques des missions et sur l’étude d’autres trajectoires permettant de réduire au minimum l’échauffement lors de la rentrée dans l’atmosphère.

Situation de la Station spatiale internationale et plans à court terme

ISS International Space Station
La station spatiale internationale

Tous les Partenaires internationaux de l’ISS sont d’accord pour dire que la Station doit restée habitée en permanence.

Des discussions sont en cours pour déterminer les conditions de retour en vol de la Navette et une équipe spécialement chargée de cet aspect du dossier a été constituée par la NASA.

La flotte de navettes étant temporairement clouée au sol, il a été admis que l’équipage permanent devrait être réduit à deux membres. Cette mesure prendra effet à compter d’avril 2003, c’est-à-dire après le prochain vol Soyouz de relève de l’équipage.

L’ESA et Rosaviakosmos sont parvenues à un accord sur le calendrier des vols Soyouz auxquels doivent prendre part les astronautes de l’ESA Pedro Duque et André Kuipers. Il est désormais prévu que Duque partira en octobre ou novembre prochain et Kuipers en avril ou mai 2004.

Les trois membres de l’équipage actuellement en orbite continuent de consacrer l’essentiel de leurs efforts à la maintenance courante des systèmes de la Station et ont entrepris une inspection à l’aide du bras télémanipulateur Canadarm2.

La boîte à gants pour la recherche en microgravité de l’ESA a été remise en service, ce qui permet aux astronautes de conduire des expériences dans différents domaines, notamment la science des fluides et des matériaux, la combustion, la cristallogenèse et les biotechnologies.

Un plan logistique détaillé a été établi pour le reste de l’année 2003 et l’année 2004. Ce plan intègre notamment le rôle du véhicule de transfert automatique (ATV) de l’ESA, qui doit être lancé en septembre 2004 et sera destiné à ravitailler la Station ainsi qu’à rehausser son orbite.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

ESA - Service Relations avec les médias
Tél : +33(0)1 53 69 71 55
Fax : +33(0)1 53 69 76 90

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.