Première B.USOC : réorientation de l’ISS en décembre

International Space Station
International Space Station
28 novembre 2012

A l’extérieur du laboratoire européen Columbus, qui est installé sur l’ISS (International Space Station) depuis janvier 2008, se trouve Solar. Cette plate-forme d’observation solaire est contrôlée depuis le B.USOC (Belgian User Support & Operations Centre), à Bruxelles. Pendant plus d’un mois, du 19 novembre au 23 décembre, elle sera pointée sans discontinuité sur notre étoile. Ce sera possible en modifiant, pour des objectifs scientifiques, l’orientation de la station habitée en permanence.

Ce 30 novembre, avec l’ISS, le B.USOC ou Centre belge de soutien aux utilisateurs de systèmes spatiaux procèdera à une « première » à des fins scientifiques. La station va changer son orientation en pivotant de sept degrés. La plate-forme Solar, qui en est presque à sa cinquième année de fonctionnement, sera alors en mesure de pointer sur le Soleil ses trois instruments optiques non plus deux semaines, mais durant un mois. "Nous avons voulu prolonger cette période d’observation, car il est fort intéressant de pouvoir observer au cours d’une rotation complète du Soleil, ce qui prend 25 jours à l’équateur solaire", explique Nadia This, ingénieur responsable des opérations au B.USOC qui est implanté au 3ème étage de l’IASB (Institut d’Aéronomie Spatiale de Belgique). Cet Institut fait partie du Space Pole sur le Plateau d’Uccle à Bruxelles.

Deux années de tractations internationales

Solar à bord de l'ISS

L’équipe de 30 personnes du B.USOC, que dirige Didier Moreau, peut être fière d’avoir obtenu ce scoop auprès de l’ESA. Elle a dû avoir l’accord de la NASA et de ses partenaires du programme ISS. This de préciser: "Il a fallu deux années à partir de la première idée jusqu’à l’approbation finale par le Space Station Program Control Board". Le projet de changer l’orientation de la station a d’abord été soumis à l’ESA par le B.USOC et les chercheurs concernés par l’instrumentation de Solar. Une fois que l’ESA a été convaincue de la valeur ajoutée, pour la science, de la délicate manœuvre de nouvelle orientation, le B.USOC a répondu à un questionnaire de la NASA et aux interrogations des autres partenaires internationaux. Combien de temps pour procéder à ce changement d’orientation? Quel impact sur les systèmes de la station, comme ses panneaux solaires et ses antennes ? Quelle modification des gradients de température et quelle influence sur le fonctionnement des autres instruments?

Parfaitement justifiée

B.USOC control center

Quand la proposition a été parfaitement justifiée, l’ESA a demandé à la NASA le changement d’orientation de l’ISS. "Il a fallu présenter la proposition à plusieurs conseils, au plus haut niveau, de la NASA. C’est grâce à la bonne préparation de l’équipe de Solar et au soutien de l’ESA que nous avons réussi à avoir le feu vert", note This. Le B.USOC pourra de la sorte recueillir de précieuses données pratiquement sans interruption sur la période d’un mois, du 19 novembre au 23 décembre.

Plate-forme européenne d’observation solaire

La plate-forme Solar est placée sur la face externe du module Columbus et pointée du côté opposé à la Terre. Elle comprend trois instruments pour lesquels la Belgique a eu un rôle primordial : SOVIM (Solar Variable & Irradiance Monitor) du PMOD/WRC (Physikalisch-Meteorologisches Observatorium/World Radiation Center) de Davos (Suisse) avec une participation de l’IRM (Institut Royal Météorologique) de Bruxelles, SOLSPEC (Solar Spectral irradiance measurements) dû à LATMOS (Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales) de Verrières-le-Buisson (France), de l’IASB de Bruxelles et du LSW (Landessternwarte) de Heidelberg (Allemagne), SOL-ACES (Solar Auto-Calibrating Extreme UV/Spectrometers) de l’IPM (Institut für Physikalische Messtechnik) de Freiburg (Allemagne).

Les instruments de Solar mesurent le flux d'énergie du Soleil depuis l'infrarouge jusqu’aux longueurs d'onde ultraviolettes. Plus spécifiquement, le SOLSPEC franco-belge est un spectro-radiomètre couvrant l’infrarouge, le visible et l’ultraviolet. Leurs données servent à 2 objectifs principaux: le premier est bien sûr l'étude du Soleil lui-même. Les scientifiques perfectionnent les modèles de composition, de température et de densité de l'atmosphère du Soleil et leur variabilité dans le temps. Les mesures en continu du spectre solaire sont nécessaires pour vérifier ces modèles. Avec le maximum du cycle solaire de 11 ans à venir en 2013, on constate une augmentation significative de l'activité solaire.
Le deuxième objectif est destiné à des applications terrestres. Sachant que le Soleil est notre principale source d'énergie, il est important de disposer de données pour les modèles décrivant l'atmosphère. Comme la précision de la modélisation de l'atmosphère de la Terre (à court terme et à long terme) est en hausse, des mesures plus précises du rayonnement solaire au sommet de l'atmosphère sont nécessaires. Ceci est important pour améliorer les modèles climatiques.

En combinant ces objectifs, Solar est l’une des rares expériences actuelles qui contribuent à l’étude à la fois de l’environnement terrestre et du milieu spatial. Ses observations apportent une dimension supplémentaire pour la compréhension et les prévisions du 'space weather' (météo de l’espace).

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.