Prix Odissea 2007: un physicien de l’Université d’Anvers à l’honneur

Philippe Mettens remet le diplôme du Prix Odissea au physicien Kristof Buytaert
11 janvier 2008

Chaque année, depuis 2005, le Sénat de Belgique met à l'honneur avec le Prix Odissea un étudiant d'université ou d'école supérieure pour un travail de fin d'études ou de recherches dans le domaine de l'astronomie ou de l'astronautique.

Cette récompense d'un montant de 8000 euros sert à financer le séjour du lauréat dans une entreprise ou organisation européenne spécialisée dans les systèmes spatiaux ou dans les observations de l'Univers. Le Prix Odissea 2007 a donné lieu le 9 janvier à une proclamation des cinq lauréats qui a permis de se rendre compte de l'originalité de leur démarche et de la perspicacité de leur approche.

Le Vicomte et astronaute belge Dirk Frimout, en tant que président du jury, a décrit les sujets des travaux présentés, qui faisaient largement à l'informatique pour la modélisation des phénomènes.
- Les problèmes thermiques de la sonde Solar Orbiter qui doit s'approcher du Soleil durant la seconde moitié de la prochaine décennie ont été étudiés par Christian Bastin (Université de Liège).
- Le "space adaptation syndrom", qui concerne les problèmes d'équilibre dont souffrent les astronautes en impesanteur, a été analysé sur le plan physiologique par le physicien Kristof Buytaert (Universiteit Antwerpen).
- La perte de masse dans les phénomènes stellaires, qui sert à expliquer la vie des étoiles, a fait l'objet de mesures d’Elvire De Beck (Katholieke Universiteit Leuven).
- Le processus de granulation dans les géantes rouges a été calculé par Steven Delrue (Katholieke Universiteit Leuven).
- L'étude précise de la densité de l’atmosphère vénusienne au moyen d'un accéléromètre est définie pour la mission Venus Express, qui est en cours autour de Vénus, par Marie-Laure Rihon (Université de Liège).

Armand De Decker
Armand De Decker, président du Sénat de Belgique, rappelle l'importance du Prix Odissea

Le Président du Sénat Armand De Decker a, à cette occasion, rappelé la double nécessité d'attirer les jeunes vers les branches scientifiques et d'enrayer la "fuite des cerveaux" dont souffre l'Europe. Il a insisté sur l'importance du Prix Odissea dans l'Objectif de Lisbonne pour la connaissance en Europe. Il a souligné que ce prix, du nom de la mission de l'astronaute Frank De Winne dans la station spatiale, a pour but de stimuler les vocations en attirant les jeunes vers la recherche spatiale et il s'est réjoui que le financement du prix soit d’ores et déjà garanti pour 2008 et 2009.

De son côté, Philippe Mettens, le président du Service public fédéral de Programmation scientifique, a noté l'importance des activités spatiales dans son programme d’actions versd les jeunes, notamment par son implication dans le projet de l'ESA ESERO (European Space Education Resource Office), dont le bureau est implanté au Planétarium de Bruxelles. Il a annoncé que le « winner » du Prix Odissea 2007 était K. Buytaert, licencié en sciences physiques de l'Université d’Anvers: il a traduit les troubles de l'équilibre liés à l'oreille interne (comportement des otholites) en termes physiques. En jetant ainsi un pont entre la médecine et la physique, il a démontré le caractère pluridisciplinaire de la recherche spatiale.

Kristof Buytaert, le lauréat du Prix Odissea 2007
Kristof Buytaert, le lauréat du Prix Odissea 2007

Avec la récompense attribuée à Kristof Buytaert, c'est le centre de recherche AUREA (Antwerps Universiteit Research Centrum voor Evenwicht en Aerospace) qui est mis à l'honneur, avec le Professeur Floris Wuyts, qui le dirige et l'anime. C'est ce centre qui a testé et validé le SAHC (Short Arm Human Centrifuge), centrifugeuse humaine à bras courts. Un exemplaire de cet instrument de l'ESA, développé par la firme Verhaert Space de Kruibeke (près d’Anvers), est installé dans la clinique spatiale du MEDES (Institut de Médecine et de physiologie Spatiales) à Toulouse. Un deuxième équipment SAHC est en place au DLR (Etablissement aérospatial allemand) près de l'aéroport de Cologne-Bonn. Pour son travail de fin d'études, K. Buytaert a largement utilisé le SAHC qui sert à créer une gravité artificielle sur quatre candidats à la fois. C'est un outil clef pour la mise au point de contre-mesures de la perte d’équilibre dans le milieu spatial.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.