Lutetia en gros plan

Rosetta dévoile les secrets de Lutetia

10 juillet 2010

L'astéroïde Lutetia s'est révélé être un monde tourmenté parsemé de multiples cratères. La sonde Rosetta de l'ESA a renvoyé les premières images en gros plan du planétoïde qui montrent qu'il s'agit très probablement d'un très ancien survivant de l'époque violente qui a vu la formation du Système Solaire.

Le survol a été accompli avec succès et la sonde s'est parfaitement comportée. Le passage au plus proche de l'astéroïde a eu lieu à 18h10 CEST, à une distance de 3 162 km.

Les images de Lutetia laissent apparaître une surface fortement cratérisée, l'astéroïde ayant subi de nombreux impacts au cours de ses 4,5 milliards d'années d'existence. Alors que Rosetta se rapprochait de l'astéroïde, la rotation de celui-ci a fait apparaître une grande dépression en forme de saladier s'étendant sur une grande partie de sa surface. Les images confirment que Lutetia est un corps allongé, dont le plus grand axe atteint environ 130 km.

Animation du survol de Lutetia par Rosetta le 10 juillet

Les images ont été prises par l'instrument Osiris de Rosetta, qui combine une caméra grand angle et une autre à haute résolution. Au point le plus proche, des détails jusqu'à 60 m ont pu être observés sur toute la surface de Lutetia.

« Je pense qu'il s'agit d'un très vieil objet. Ce soir nous avons vu un témoin de la création du Système Solaire » a déclaré Holger Sierks, responsable de l'instrument Osiris à l'Institut Max Planck pour l'étude du Système Solaire, à Lindau, en Allemagne.

Survol à très grande vitesse

Rosetta est passé à proximité de l'astéroïde à 15 km/s et le survol n'a duré qu'une minute, mais les caméras et les autres instruments ont travaillé pendant des heures, et parfois des journées durant l'approche et continueront après le survol. Peu après le survol, Rosetta a commencé à retransmettre ses données vers la Terre pour leur traitement.

Lutetia et Saturne

Lutetia a représenté un mystère pendant de nombreuses années. Les télescopes au sol ont détecté à sa surface des caractéristiques troublantes. Sous certains aspects, il ressemble à un astéroïde de « type C », c'est à dire un élément primitif de la formation du Système Solaire. Par d'autres aspects, il ressemble à un astéroïde de « type M ». Ceux-ci ont été associés aux météorites ferreuses, ils sont généralement rougeâtres et on estime qu'il pourrait s'agir de fragments d'objets plus importants.

Les nouvelles images et les données récoltées par les autres instruments de Rosetta aideront à en savoir plus, mais cela prendra encore quelques temps pour dépouiller les informations sur sa composition.

Des capteurs scrutent Lutetia

Rosetta a utilisé une vaste gamme de capteurs lors de la rencontre, que ce soit pour des mesures à distance ou in-situ. Quelques instruments de l'atterrisseur Philae ont également été activés. Ensemble, ils ont tenté de repérer des signes d'une atmosphère extrêmement ténue, d'effets magnétiques et ont étudié la composition de la surface, ainsi que la densité de l'astéroïde.

La surface de Lutetia

Ils ont également essayé de récolter de possibles grains de poussière qui pourraient éventuellement flotter dans l'espace au large de l'astéroïde pour les analyser à bord. Les résultats de ces instruments seront récupérés plus tard.

Le survol marque l'accomplissement d'un des objectifs scientifiques principaux de Rosetta. La sonde va maintenant poursuivre sa route vers un rendez-vous avec sa cible principale, la comète Churyumov-Gerasimenko, en 2014. Elle accompagnera ensuite la comète pendant plusieurs mois, de l'orbite de Jupiter jusqu'à son passage au plus près du Soleil. En novembre 2014, Rosetta larguera Philae pour un atterrissage à la surface du noyau cométaire.

Au revoir, Lutetia

« Wunderbar » s'est exclamé David Southwood, directeur de l'ESA pour la science et l'exploration robotique. « Cela a été un grand jour pour l'exploration et pour la science en Europe. La précision d'horloger de ce survol est le résultat du travail des scientifiques et des ingénieurs de nos Etats-membres, de notre industrie et de l'ESA elle-même. Vivement 2014 et notre rendez-vous avec la comète ».

Mais pour le moment, l'analyse des données recueillies sur Lutetia monopolise l'attention des équipes en charge des instruments de Rosetta. Il y a à peine 24 heures, Lutetia nous était à peu près inconnu. Maintenant, grâce à Rosetta, c'est devenu un monde presque familier.

La phase d'approche
Au plus près de Lutetia
Des détails de la surface de Lutetia
Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.