Une carte belge grâce au satellite pour l'aide humanitaire au Libéria

L'aide humanitaire au Libéria
24 juillet 2003

Comment la recherche spatiale peut-elle se mettre au service des équipes d'aide humanitaire ? Le personnel réduit de Médecins Sans Frontières (MSF) qui est en activité, de façon temporaire, au Libéria fait usage dans la capitale assiégée de Monrovia, ainsi que ses collègues à l'étranger qui s'occupent du planning logistique utilisent une carte qui a été produite en Belgique en se référant aux images de satellite de l'ESA.

Depuis une bonne partie des années 90, le Libéria, pays d'Afrique occidentale, est aux prises avec une guerre civile qui ravage tout. Le conflit vient de reprendre de plus belle. Au cours des dernières semaines, les soldats du gouvernement ont dû affronter les rebelles à moins de 15 km de la capitale Monrovia.

Suite aux combats, le dernier hôpital opérationnel de Monrovia a dû fermer ses portes. Momentanément, trois membres de Médecins Sans Frontières sont restés présents dans la capitale libériane et travaillent avec du personnel local. Ils collaborent avec cinq polycliniques et avec une installation implantée dans le stade qui accueille les réfugiés.

MSF fait usage d'une carte de Monrovia qui a été mise à jour dans le cadre du programme HUMAN (Humanitarian Mapping Service) qui est financé par l'ESA. Cette cartographie était essentielle, vu qu'il n'y a pas de cartes récentes du territoire. HUMAN est un programme de la société belge KeyObs à Angleur (près de Liège). Cette entreprise qui fait partie de l'incubateur WSL (Wallonia Space Logistics) a employé les données de satellites pour dresser des cartes précises de régions isolées pour aider les organisations d'aide humanitaire.

L'utilité de l'imagerie satellitaire

La carte de Monrovia

Rémi Cartier est le directeur de la logistique pour la section belge de MSF: "HUMAN a servi à ceux qui planifient la logistique et les opérations et au personnel qui est encore actif sur le terrain."

"Comme tout le monde emploie la même carte de Monrovia, nous communiquons avec plus d'efficacité. Nous utilisons la carte pour évaluer les zones à risques, puisque nous pouvons voir où se trouvent les lignes du front et nous rendre compte comment atteindre nos cliniques."

"Ce qui est particulièrement utile. Depuis les années 70, on n'a réalisé aucune nouvelle carte de cette région, et ce bien que les villes africaines changent si rapidement et que, par exemple, de nouvelles bourgades les agrandissent vite. L'imagerie satellitaire constitue la meilleure façon de voir comment une ville évolue. Nous comptons sur le fait qu'un cessez-le-feu puisse perdurer pour que nous ayons la chance de donner un nouvelle impulsion à nos activités, remettre en place l'infrastructure et aider les habitants de Monrovia."

La carte HUMAN de Monrovia a pu être dressée grâce à des images que le satellite américain QuickBird a réalisées en mars 2002 et qui ont été traitées en décembre dernier. Les cartes sont disponibles tant sur papier que sur une forme numérique (CD-ROM et e-mail).

365 jours par an

Les soldats du gouvernement

"Pour la réalisation de nos cartes, nous recourons à trois types de sources", explique Herbert Hansen qui dirige KeyObs. "Nous scannons les cartes anciennes qui sont archivées pour les mettre en format numérique. Elles servent de base pour réaliser une carte nouvelle. Les images prises par satellites montrent les rues et chemins, les rivières, les marais, les constructions. Et en finale nous ajoutons de l'information comme les positions des bâtiments importants comme les pharmacies, les magasins et les ambassades, ainsi que les noms des principaux districts et les principales rues."

Dès l'an prochain, HUMAN doit être employé à l'échelle mondiale. Les équipes d'assistance peuvent ainsi intervenir pendant 365 jours par an suite à une activation via fax ou par téléphone.

"Un premier produit peut être livré en 48 heures. Il s'agit principalement d'une compilation des données disponibles, en quelque sorte un "best of" concernant une région où se posent des problèmes. En environ 12 jours, une information plus détaillée peut être fournie. En trois semaines, il est possible de produire des cartes thématiques appropriées. Elles contiennent de l'information sur l'infrastructure médicale et humanitaire afin de mener à bien les opérations d'assistance."

Le projet HUMAN est financé par l'ESA dans le cadre du Data User Programme (DUP). Il est développé par un consortium sous la direction de KeyObs, comprenant Intecs HRT, Créaction Int. et le Centre Spatial de Liège (CSL), avec MSF Belgique comme partenaire. A long terme, l'objectif de HUMAN est de réaliser une prestation de services indépendante pour des organisations publiques et non-gouvernementales (ONG).

La jeune PME KeyObs s'est spécialisée dans la réalisation d'outils cartographiques pour les pays en développement. Elle a déjà fourni des services à la Banque Mondiale, à la Croix-Rouge (notamment pour ses opérations humanitaires en Irak). Herbert Hansen, son Directeur, tient à préciser : "Notre business concerne l'information géographique pour des applications particulières. Nous cherchons à travailler sur des régions où il y a redondance de besoins, comme le développement minier, les réseaux d'électricité, l'infrastructure routière, l'aide humanitaire... "

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.