A Genève, Claudie Haigneré revole dans l’espace

Claudie Haigneré
7 mars 2009

En marge de la Journée de la femme et de l’« Année mondiale de l’astronomie », la spationaute française Claudie Haigneré a apprivoisé les esprits et conquis les cœurs du public venu commémorer le 450ème anniversaire de l’Université de Genève (UNIGE), le 7 mars dernier.

Double locataire des stations spatiales russe (Mir, 17 jours en 1996) et internationale (ISS, 10 jours en 2001), l’astronaute de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a habité quelques heures l’auditoire de l’Uni Dufour de Genève. Avec ce regard de femme que peut avoir celle qui revient de l’espace, elle a, devant un public dense, remémoré ses précédentes aventures, raconté ses anecdotes et évoqué le futur du programme spatial. « Une fois là-haut, je voulais remettre la Terre dans le bon sens à travers le hublot. J’ai retrouvé mon stylo dans le ventilateur parce que j’avais oublié de le fixer sur le velcro de ma combinaison. J’ai bu du vin, du Gevrey-Chambertin et j’ai mangé du Rochefort », a précisé l’ex-Ministre française déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, mais également membre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin.
Lors de ses missions, Claudie a aussi su maîtriser sans mal les 4 G de ses deux décollages et contenir le fameux mal de l’espace des rentrées au bercail.

Européenne pratiquante

Bref, deux heures passées à bâtons rompus avec un public captivé par les déclarations de cette dame pondérée, restée coquette en son genre. « Le sang me montait à la tête, la rendant un peu dodue. Mais j’avais moins de ride », ironise-t-elle. Venue pour la femme et les femmes, Claudie a, au moment des questions, séduit également un bon nombre d’hommes. « Quelles perspectives doit-on attendre du programme spatial ? », demande ce journaliste aéronautique. « L’essentiel, c’est d’en avoir, des perspectives ! », a déclaré l’ambassadrice de l’ESA. Conseillère du directeur de l’agence Jean-Jacques Dordain, elle se considère d’ailleurs comme une Européenne pratiquante pour la pluralité des identités. Et la vie dans l’univers, vous y croyez ? Claudie tente de répondre quand Brigitte Mantilleri, adjointe du rectorat déléguée à l’égalité à l’UNIGE et présentatrice du jour, enchaîne : donc aux OVNI ? : « Il n’existe rien dans le système solaire, mais pourquoi pas ailleurs dans l’univers ? Après tout, on a bien le droit de rêver, même des extra-terrestres ».

Future aviatrice

Claudie Haigneré
Claudie Haigneré à Genève

La visite de l’Observatoire de Sauvergny, qui ouvrait ses portes au public ce jour-là, faisait aussi partie du programme de Claudie Haigneré. A Genève, elle a encore profité de cette journée pour rencontrer des élèves d’une classe d’école primaire. Rêvez-vous de retourner dans l’espace ? « Non, après mes deux missions et environnée du monde spatial, je préfère me dédier à préparer le futur pour soutenir les programmes spatiaux et les jeunes », nous confie celle qui reste toujours dans les airs. Ex-médecin et formidable femme astronaute, Claudie prépare malgré tout son brevet de pilote privé. Elle vole souvent – en double – sur des avions de patrouille et acrobatiques avec ses amis aviateurs.

Pas de doute, Claudie voyage encore dans son espace qu’elle sait nous faire découvrir. En tous cas, les Genevois l’ont chaleureusement applaudie et réclamée.

Programme du 7 mars 2009

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.