C’est l’heure de rentrer, Luca

Luca
8 novembre 2013

L’astronaute de l’ESA Luca Parmitano  a réalisé plus de trente expériences à bord de la Station spatiale internationale, aidé à amarrer trois véhicules spatiaux, gardé son sang-froid pendant ses deux sorties dans l’espace, nous a distrait avec ses billets de blogs et ses images de la Terre vue de l’espace – et il est maintenant temps pour lui de rentrer.

Durant la nuit de dimanche à lundi, après presque six mois à bord du complexe orbital, Luca rentrera à bord d’un vaisseau Soyouz en compagnie de l’astronaute de la NASA Karen Nyberg, et du commandant cosmonaute Fyodor Yurchikin. 

Retour sur la mission Volare
Le Soyouz de Luca

Le voyage retour à travers notre atmosphère sera court mais agité, et se terminera dans les steppes du Kazakhstan.

L’équipage se désamarrera de la station dimanche soir, puis réduira sa vitesse de croisière de 28 800km/h, la vitesse en orbite, à zéro en l’espace de trois heures.

En chemin, le Soyouz se séparera en trois parties. Le module orbital et le module de propulsion brûleront en retombant sur Terre. Le module de descente avec à son bord Luca, Karen et Fyodor affrontera des températures allant jusqu’à 1600°C lorsque la friction de l’air chauffera le bouclier protecteur.  

Un précédent atterrissage de Soyouz

A 9 km au-dessus du niveau de la mer, le parachute est automatiquement déployé, et ralentit les astronautes de 864 km/h à 324 km/h. Le bouclier thermique est ensuite largué pour exposer les moteurs à propergol solide qui sont allumés quelques instants avant l’impact pour adoucir l’atterrissage.

Les astronautes ont des sièges à ressorts pour réduire encore l’impact, mais même ainsi, l’astronaute de l’ESA André Kuipers comparait l’atterrissage au fait de « survivre un à léger accident de voiture » lors de son retour l’année dernière.

La dernière partie de voyage de retour de Luca se déroulera en hélicoptère puis par avion jusqu’à Houston, aux États-Unis, en compagnie de Karen. La mission Volare est peut être terminée, mais le travail de l’astronaute n’est pas fini. Tous les astronautes reviennent de l’espace affaiblis et épuisés alors que leurs corps se réajustent à la gravité terrestre.

Pour les scientifiques débute le temps des analyses des expériences de la mission Volare. Beaucoup d’expériences exigent des données de la part des astronautes dés leur atterrissage. Luca devra se soumettre à des questionnaires, des biopsies musculaires et d’autres tests médicaux – tout cela au nom de la science et de l’exploration humaine.

Sur le blog de Luca et via Twitter, vous pourrez suivre le désamarrage et le retour sur Terre grâce aux points réguliers qui seront faits par le contrôle de mission de l’ESA situé au Centre de contrôle Columbus.

La mission Volare de Luca est assurée par un accord avec ASI, l’Agence spatiale italienne.

L'Italie sous les nuages
Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.