Des applications pour Galileo

28 novembre 2003

Avec le lancement du développement du système européen de positionnement par satellite Galileo, et l'entrée en service du système EGNOS, qui complète et améliore le GPS américain en Europe, les services liés à la localisation par satellite entament une évolution majeure vers davantage de qualité, que ce soit en termes de précision ou d'intégrité.

Ces nouvelles capacités vont permettre de renforcer des services existants mais aussi et surtout de rendre possible une multitude d'applications nouvelles, dans de nombreux secteurs d'activité tels que le transport (routier, maritime, ferroviaire, aérien), la téléphonie mobile, les services d'urgence, les applications professionnelles comme l'agriculture ou encore certains domaines scientifiques.

Le succès de ces applications conditionnera celui du système dans son ensemble. L'heure est donc à l'exploration et à la promotion des nombreux concepts imaginés par les industriels, les opérateurs et les services publics.

Depuis janvier dernier, sous la direction de Jean Poulit, délégué général aux Ponts et Chaussées du ministère de l'Equipement, le groupe de réflexion ' Espace & Mobilité', mis en place par le forum de fournisseurs et utilisateurs d'applications spatiales I-space, a étudié les applications possibles de ces nouvelles capacités de localisation aux véhicules routiers de tous types. Ces conclusions seront rendues publiques le 27 novembre.

Un premier aperçu en a été toutefois donné lors de la journée spéciale organisée en septembre à Toulouse par la Direction de la Recherche et des Affaires Scientifiques et Techniques (DRAST) du Ministère français de l'Equipement, en partenariat avec le Centre National d'Etudes Spatiales.

Success stories

La localisation par satellite aide à la gestion des parcelles ag
La localisation par satellite aide à la gestion des parcelles agricoles

Cette manifestation a été l'occasion de présenter des exemples réussis d'applications innovantes basées sur le positionnement par satellite ainsi que les mesures d'accompagnement du secteur aval au niveau européen et national que ce soit pour le développement des équipements utilisateurs, celui des services à valeur ajoutée ou des applications.

Parmi les "success stories", l'agriculture de précision, ou comment le satellite peut aider à la gestion des parcelles agricoles. Grâce à l'extrême précision des données de localisation, il devient possible de mesurer très précisément le rendement de chaque pouce de terrain, en équipant les moissonneuses d'un système de comptage relié à un récepteur GPS. Ces mesures sont ensuite utilisées pour adapter en conséquence l'épandage d'engrais, avec à terme, des économies significatives pour l'agriculteur et un progrès majeur sur le plan écologique en limitant la dispersion de nitrates. Le positionnement par satellite facilite également l'exploitation raisonnée de parcelles à la géométrie et au relief complexes, d'où un sérieux gain de temps pour les exploitants et donc une amélioration notable de leurs conditions de travail.

Autre concept : l'application du positionnement par satellite à la gestion des flottes de bus dans une agglomération, avec l'exemple de Besançon. La localisation des bus équipés de récepteurs GPS s'intègre dans un système de gestion plus vaste et autorise de nombreuses applications : gestion du trafic et des parcours, optimisation des moyens (comptage des passagers), information aux voyageurs (temps d'attente, prochain arrêt) ou services d'urgence (localisation d'un bus en cas de signal d'alarme).

'Une gestion "intelligente" des carrefours a même été introduite', explique Stanislas Sliwa, de la Compagnie des Transports de Besançon.' Lorsqu'un bus approche d'une intersection, le système transfère aux contrôleurs de carrefours les informations nécessaires pour la gestion optimale des feux de signalisation: niveau de priorité du véhicule, avance ou retard sur l'horaire, distance au carrefour, ce qui permet de moduler la priorité accordée aux bus afin de désengorger les autres voies, si nécessaire.'

Enfin, l'intégrité de l'information de positionnement qui est offerte par ces nouveaux systèmes en permet l'utilisation pour les applications les plus exigeantes en terme de sécurité, comme le transport aérien. 'EGNOS permet d'offrir aux compagnies aériennes un service d'approche de précision sur tous les aéroports, comme l'ont démontré de nombreux essais en vols, et l'amélioration de sécurité est considérable pour les aéroports de moyenne taille qui ne sont pas équipés d'un système ILS (Instrument Landing System) pour l'atterrissage sans visibilité' explique Laurent Gauthier, responsable du projet EGNOS à l'ESA.

Un mariage avec la téléphonie mobile

Navigation et télécommunications gérées par un PDA
Navigation et télécommunications gérées par un PDA

La véritable révolution viendra des applications et des services innovants liés à la mobilité et à l'intermodalité, qui combineront le positionnement satellitaire et la téléphonie mobile. En effet, le positionnement par satellite se fait par un calcul à l'intérieur du récepteur et, contrairement à une idée reçue très courante, le système ne permet pas un retour d'information de l'usager vers le réseau. En intégrant téléphone et récepteur Galileo, il devient possible au premier de retransmettre à des prestataires la position calculée par le second, ouvrant la porte à toute une panoplie de nouveaux services. Ainsi, à Besançon, il est déjà envisagé que les usagers puissent, à l'avenir, connaître le temps d'attente des bus à l'arrêt le plus proche sur leur téléphone mobile équipé d'un récepteur Galileo.

Pour que de telles applications deviennent possible, il faudra réussir le mariage des technologies avec le développement de nouveaux terminaux GPRS (téléphonie de nouvelle génération) couplés avec le GPS renforcé par EGNOS, et plus tard avec Galileo. Bien implanté dans les deux domaines, Alcatel prépare le terrain en développant un projet ambitieux pour le compte d'Airbus en vue d'en faire une vitrine technologique.

Dès 2004, des terminaux GPRS/GPS seront utilisés sur le site Aeroconstellation de Toulouse, où seront assemblés les nouveaux très gros porteurs A380. Ils permettront notamment d'accroître la sécurité en facilitant la localisation et les communications entre gardiens, les envois d'alarmes et les guidages à destination en cas d'alerte. Une fonction "homme mort" permettra aussi de localiser très précisément tout terminal dont le porteur ne se manifesterait pas régulièrement. Ce système facilitera également la gestion des véhicules (voitures, camions ou avions) avec un suivi permanent de tous les mobiles et donc une visualisation des encombrements. Enfin, au-delà du seul site industriel toulousain, ce système autorisera aussi le suivi du transport routier des tronçons de l'A380.

Dans le cadre du groupe de réflexion ' Espace & Mobilité', Jean Poulit a recensé de nombreuses applications pour faciliter l'introduction de ces services dans la vie quotidienne comme le couplage d'un terminal GPRS/Galileo avec un assistant personnel (PDA) pour servir de guide aux piétons en milieu urbain. Un projet pilote pourrait même passer par l'équipement des policiers de ce type de matériel pour faciliter leurs patrouilles ou leurs interventions… et, le cas échéant, leur permettre d'indiquer leur chemin aux passants ! Le secours en montagne pourrait aussi être facilité si les randonneurs et les alpinistes étaient équipés d'un matériel recensant les coordonnées précises de tous les refuges de montagne.

Perspectives automobiles

Transports
La gestion du trafic n'est qu'une application parmi tant d'autres

Mais pour Jean Poulit, l'application qui assurera la diffusion et la démocratisation du positionnement par satellite, mariera non seulement Galileo et la téléphonie, mais aussi la voiture et la reconnaissance vocale afin de faire de l'ordinateur de bord un véritable assistant de navigation. Rien que sur la région parisienne, qui représente un marché de plus de 4 millions de véhicules, l'utilisation de terminaux de ce type pour la gestion du trafic permettrait de faire rentrer cette technologie dans les mœurs, en limitant les encombrements.

Il reste cependant beaucoup à faire pour rendre un tel service viable à grande échelle : homogénéisation des données cartographiques en France et en Europe, baisse des coûts du matériel, simplification de l'utilisation.

Les constructeurs automobiles déclinent avec envie les applications rendues possibles aussi bien dans le domaine de la sécurité (appel d'urgence localisé manuel ou automatique, assistance localisée, télédiagnostic, suivi et immobilisation des véhicules volés), de la navigation (information sur le trafic, navigation dynamique) ou des services (télépéage automatique autoroutier ou urbain, services de réservation d'hôtels ou de restaurants). Certains se prennent même à rêver d'une "aide à la conduite citoyenne" afin d'aider les conducteurs à respecter les limitations de vitesse. Depuis octobre 1998, 8 constructeurs automobiles et 25 équipementiers se sont associés au niveau européen pour définir des normes communes pour la gestion de ces services.

Le plus de Galileo

Galileo
Galileo

L'apport de Galileo par rapport au GPS actuel est reconnu par tous. Outre la pérennité du service de positionnement par satellite (Galileo et le GPS seront compatibles et interopérables), condition sine qua non de la survie de toutes les applications en cours de développement, l'intégrité du signal fourni par Galileo, associée à sa plus grande précision, feront toute la différence.

' La précision de localisation en altitude permettra de faire la différence entre les bretelles superposées d'un échangeur autoroutier pour repérer un véhicule en difficulté', note Xavier Fels du groupe PSA. ' Pour l'utilisateur final cela fera une très grande différence dans le délai d'intervention des équipes de secours !'

Or c'est la qualité et l'intérêt réel du service final qui fera la différence pour les utilisateurs. Si le pari technologique de Galileo est ambitieux, c'est sur le terrain des services et des applications que se jouera la bataille la plus importante et les participants à cette journée nationale en sont bien conscients et ils s'accordent volontiers sur un point fondamental : peu importe à la majorité des utilisateurs quelle solution technique sera mise en œuvre, il faudra démontrer que chaque service sera fiable, précis et apportera un réel plus dans la vie quotidienne.

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

Service de presse de l'ESA
Tél. : 33 (0) 1 53 69 71 55
Fax : 33 (0) 1 53 69 76 90

Dominique Detain
ESA, Direction des Applications
Tél. : 33 (0) 1 53 69 77 26
Fax : 33 (0) 1 53 69 72 86
dominique.detain@esa.int

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.