Deux ans pour le premier satellite Galileo dans l'espace

GIOVE-B en salle d'essai au centre de recherche et de technologie de l'ESA aux Pays-Bas
18 décembre 2007

Ce 28 Décembre cela fera 2 ans que GIOVE A, le premier satellite Galileo, a été lancé par une fusée Soyouz depuis le Kazakhstan. Ce satellite représente la première concrétisation des efforts de l'Europe pour la mise en place de son propre système de positionnement par satellite et, depuis janvier 2006, les signaux Galileo sont émis par GIOVE A et reçus tout autour du globe.

Au centre de recherche et de technologie de l'Agence spatiale européenne en Hollande un laboratoire vérifie à la fois les instruments qui produisent les signaux et les récepteurs chargés de les recevoir au sol. Un travail d'essai, de calibration qui a permis aux spécialistes de confirmer que la mission était un succès, ce qui est bon signe pour la suite du programme.
 
La prochaine étape est bien engagée avec GIOVE B, le deuxième satellite expérimental, qui termine sa préparation au lancement dans les salles d'essai de l'agence spatiale européenne. Ce deuxième satellite Galileo embarquera l'horloge atomique la plus précise jamais lancée dans l'espace, ce qui va contribuer à la qualité des performances du système Galileo.

Vérification d'éléments des satellites IOV
Vérification d'éléments des satellites IOV

Après GIOVE B la validation sur orbite sera complétée par le lancement de 4 satellites, ce qui correspond au principe de base de la navigation par satellite. Des satellites qui sont en cours de construction à travers toute l'Europe pour un lancement à partir de fin 2009.
 
Pour être opérationnel Galileo a besoin d'une constellation de 30 satellites associés à un réseau de stations réparties tout autour du globe. Cette phase vient d'être confirmée avec les décisions de l'Union Européenne qui a dégagé un financement de 3.4 Milliards d'Euros et propose de confier à l'Agence spatiale européenne le déploiement complet de Galileo à l'horizon 2013.
 
En attendant Galileo un système de positionnement est en phase pré-opérationnelle en Europe, EGNOS, Service Européen d'augmentation Géostationnaire, un réseau de stations au sol, qui fonctionne comme un filtre des signaux GPS, pour les améliorer puis les redistribuer par des satellites géostationnaires, avec une précision à moins de 2 m.
 
EGNOS, accessible à tous, est destiné d'abord à la sécurité de la circulation aérienne et ouvre la voie à Galileo.
 
Ainsi la Commission Européenne et l'Agence Spatiale Européenne mettent progressivement en place un système civil capable de guider, d'aider, n'importe où dans le monde!

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.