L’ESA au Forum International de la Météo

Poster of the International Meteorology Forum in Paris
Poster du Forum International de la Météo
14 octobre 2004

Responsable du développement des satellites européens de météorologie et d’observation de l’environnement, l’ESA est présente au Forum International de la Météo, organisé à la Cité des Sciences de Paris dans le cadre de la Semaine de la Science.

Depuis 37 ans, les satellites Meteosat se succèdent à 36 000 km au-dessus du Golfe de Guinée, assurant une veille ininterrompue de l’activité de l’atmosphère terrestre au-dessus de l’Europe, de l’Afrique, du Moyen-Orient et d’une partie de l’Atlantique. Les images collectées par ces vigies automatiques font partie de notre quotidien et ont permis de sauver des milliers si ce n’est des millions de vies, menacées par les caprices de la météo. Dans un an, le premier satellite Metop viendra renforcer le réseau Meteosat, exploité par Eumetsat, avec une composante en orbite basse.

Depuis 13 ans, l’Europe exploite aussi des satellites dédiés à l’observation non seulement de l’atmosphère mais également de la surface de la Terre, avec des radars et toute une panoplie d’instruments afin de détailler et de comprendre les phénomènes qui régissent notre environnement. Après les deux ERS de 1991 et 1995, c’est la grande plate-forme orbitale d’observation Envisat – lancée en 2002 – qui remplit aujourd’hui ce rôle.

ENVISAT (Artist's view)
Envisat en orbite

Meteosat, Metop, ERS ou Envisat : tous ces satellites ont été décidés et développés par l’Agence Spatiale Européenne.

« Nous sommes le premier fournisseur de satellites de la communauté météorologique et climatologique du continent » souligne Evangelina Oriol-Pibernat, responsable des missions MSG et Metop à l’ESRIN, le centre de recherche de l’ESA à Frascati près de Rome.

Des satellites pour comprendre notre monde

Cela explique la présence importante de l’ESA sur le Forum International de la Météo, organisé par la Société Météorologique de France et qui se déroule du 14 au 17 octobre à la Cité des Sciences de La Villette, à Paris. L'objectif de cet événement est de rassembler le grand public, la communauté scientifique et les médias autour du thème de l'information météorologique et environnementale et, plus spécifiquement, les informations liées aux changements climatiques. Dans le cadre de l’exposition du forum, ouverte au grand public, l’ESA présente plusieurs maquettes de satellites, dont un modèle à l’échelle 1/4 d’un satellite MSG (Meteosat Seconde Génération) et un modèle à taille réelle du satellite Cryosat, dédié à l’étude des glaces, qui sera lancé au printemps 2005.

Meteosat picture of Earth
Saurez-vous deviner la date et l'heure à laquelle a été prise cette vue ?

« Nous organisons aussi des ateliers et des animations sur les thèmes de l’utilisation des satellites pour la météorologie et de l’observation de la Terre » explique Isabelle Duvaux-Béchon du Département Education à l’ESA. « Ces activités s’adressent aux classes et aux enseignants, de la primaire au lycée ». Au menu : identifier et analyser des images collectées par satellite. « Les élèves pourront ainsi apprécier ce que l’on peut voir ou ne peut pas voir sur une image satellite » poursuit Isabelle Duvaux-Béchon. Autre jeu amusant mettant en œuvre les connaissances astronomiques acquises en classe : déterminer la date et l’heure à laquelle a été prise une vue de la Terre par un satellite Meteosat. Pour certains, y compris des enseignants peu habitués à voir la Terre ainsi, ce n’est pas si facile !

Météorologie et information

Le forum comprend également un colloque « Météo, Climat et Information » qui se déroulera à partir du vendredi 15 et s’adressera plus particulièrement aux professionnels. Parmi les thèmes abordés : la présentation des informations météorologiques ou la prévision météorologique et climatique. La session du dimanche sera consacrée au changement climatique.

C’est sur ce dernier thème que l’ancien directeur de l’observation de la Terre à l’ESA, José Achache, sera interviewé par la présentatrice de la météo sur France 3 Corse, Marina Raibaldi, le dimanche 17 à 11 h.

Pour José Achache, le rôle du satellite dans le suivi de la météo et du climat est crucial, comme il l’a souligné récemment dans son ouvrage « Les sentinelles de la Terre », publié en avril dernier.

José Achache
José Achache, ancien directeur de l'observation de la Terre à l'ESA

En fournissant une quantité très importante de mesures sur l’ensemble du globe au cours des 30 à 40 dernières années, les satellites ont permis de développer et de nourrir des modèles mathématiques de simulation de la dynamique de l’atmosphère de plus en plus sophistiqués. Dans cette mission, les satellites Meteosat géostationnaires sont des sources d’information particulièrement efficaces. Ils fournissent toutes les 15 minutes des images de l’Europe et l’Afrique dans plusieurs bandes spectrales et offrent une vue globale et cohérente de l’organisation des systèmes nuageux sur cette vaste zone.

« L’introduction des mesures par satellites a constitué un changement radical » rappelle José Achache. « Les météorologistes eux-mêmes ont mis plusieurs décennies à utiliser pleinement ces données ».

Rien que depuis les années 1980, la fiabilité des prévisions météorologiques dans l’hémisphère nord est passée de 85 à plus de 95% à 3 jours, et de 65 à 85% à 5 jours. Des prévisions fiables à 10 jours sont même envisageables vers 2010. On est loin de l’époque où les ouragans comme ceux qui viennent de dévaster la Floride et les Caraïbes n’étaient repérés qu’à leur approche des côtes.

Quel avenir pour nos climats ?

Cryosat, pour l'étude des glaces

La prévision météorologique est possible par l’interprétation de phénomènes relativement rapides. L’étude de l’évolution des climats doit pour sa part également intégrer des phénomènes beaucoup plus lents, liés notamment à la chimie de l’atmosphère, aux couplages et aux échanges avec les masses océaniques, aux aérosols – ces particules microscopiques en suspension – ou à la pollution, pour n’en citer que quelques uns.

« Il y a là un défi pour la recherche scientifique : pour les mathématiciens et les informaticiens à développer, avec les physiciens, les chimistes et les biologistes, des outils de simulation et de modélisation adaptés à la description du vivant et de ses interactions avec l'environnement », estime José Achache.

Les satellites qui permettront de développer et de nourrir ces modèles commencent à peine à se mettre en place. Ainsi les mesures des satellites ERS et Envisat de l’ESA, et des satellites franco-américans Topex-Poseidon et Jason 1 ont permis de confirmer la montée des eaux océaniques de 3 cm en 10 ans. Cryosat, dès l’an prochain, surveillera les calottes polaires qui sont un puissant régulateur du climat de la planète. Les autres satellites du programme « Planète Vivante » de l’ESA apporteront aussi leur contribution à cet effort de modélisation en observant les courants océaniques (GOCE), l’humidité des sols et la salinité des océans (SMOS), le profil des vents dans l’atmosphère (ADM-Aeolus), voire les interactions liées au champ magnétique terrestre (Swarm). D’autres missions sont à l’étude pour surveiller les aérosols ou étudier le cycle du carbone.

Face à cet enjeu, l’ESA n’est pas seule et toutes les grandes agences spatiales sont impliquées dans des missions de ce type, afin d’aider à comprendre les mécanismes qui régissent le changement climatique et de permettre de prendre les décisions qui s’imposent pour prévenir les catastrophes.

La semaine de la science

Logo of the yearly "Science Week"
Fête de la science, 13e édition

A l’issue de sa présentation, M. Achache participera à une séance de dédicaces de son livre, dans le cadre du Salon du Livre de Sciences pour Tous qui se déroule en parallèle à la Cité des Sciences.

Le Forum International de la Météo et le Salon du Livre de Sciences pour Tous sont deux des nombreuses manifestations organisées dans toute la France à l’occasion de la Semaine de la Science, du 11 au 17 octobre. Comme chaque année, le siège de l’ESA, à Paris, profite de cette semaine pour proposer des animations dans les classes à destination des écoles, collèges et lycées de la région parisienne.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

ESA - Service des relations avec les médias
Tél. : 33 (0) 1 53 69 72 99
Fax : 33 (0) 1 53 69 76 90

Isabelle Duvaux-Béchon
ESA Education Department
8-10 rue Mario Nikis, F-75738 Paris Cédex 15
Tél. : +33 1 53 69 72 94
Fax : +33 1 53 69 76 01
Courriel : education @ esa.int

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.