Première image de Proba-V

L'ouest de la France, première image de Proba-V

21 mai 2013

Lancé le 7 Mai, le satellite d’observation de la Terre Proba-V est opérationnel. L’imageur Vegetation a été allumé et a pris sa première image au-dessus de l’ouest de la France.

Le mini-satellite a été conçu pour cartographier la couverture végétale et sa croissance à l’échelle planétaire tous les deux jours. Les données peuvent être utilisées pour éveiller l’attention des autorités sur de mauvaises récoltes, ou pour surveiller la progression des déserts et des déforestations. 

L’imageur Vegetation a été mis en route le 16 mai, juste à temps pour obtenir un aperçu de la côte française le long du Golfe de Gascogne et des grands espaces verts de l’arrière-pays. Les données ont ensuite été envoyées au centre de l’ESA situé à Redu en Belgique.

Proba-V a été lancé par une fusée Vega depuis la Guyane française au matin du 7 mai, en même temps que deux autres satellites. 55 minutes après son lancement, il a été le premier des trois passagers à être injecté sur son orbite polaire héliosynchrone située à une altitude de 820 km.

Décollage de Vega VV02

Le travail de mise à poste de ce mini-satellite – la période du lancement et des premières opérations (Launch and Early Operations Phase, LEOP) – a commencé immédiatement au centre de Redu.

“La première étape importante de cette mise à poste consistait à vérifier les premiers signes de vie du satellite 40 minutes après la séparation alors qu’il survolait le port spatial de l’ESA à Kourou,” explique Karim Mellab, responsable du projet Proba-V.

“Une séance complète de télémétrie a ensuite confirmé la stabilisation de l’attitude du satellite, c’est-à-dire la direction de pointage. L’ordinateur de bord a utilisé des ‘magnétocoupleurs’ – qui sont constitués principalement d’aimants entrant en interaction avec le champ magnétique terrestre – afin de contrôler l’attitude du satellite et de compenser la rotation qui a été provoquée par la séparation.

“Depuis, nous avons vérifié les différents sous-systèmes un par un et constaté qu’ils ont résisté au stress du lancement. 

“Ces contrôles initiaux sont maintenant suivis de la mise en service minutieuse de chaque petit détail de toute la plate-forme du système et des charges utiles de démonstration d’instruments et de technologie, ce qui prendra quelques mois.” 

Cela inclut un contre-étalonnage précis de l’imageur de végétation avec celui de la génération précédente, encore en exploitation  à bord du satellite français Spot-5, pour assurer la compatibilité des données.

Plus d'informations sur Proba-V

Proba-V est un satellite miniature de l’ESA de cartographie du couvert végétal

Proba-V, dont le volume est inférieur à un mètre cube, est un satellite miniaturisé de l’ESA dont la mission est d’une grande ampleur : cartographier le couvert végétal et sa croissance à l’échelle planétaire tous les deux jours.

Proba-V est équipé d’une version plus légère, mais entièrement fonctionnelle, de Vegetation, correspondant à une miniaturisation des instruments équivalents situés à bord des satellites français Spot-4 et Spot-5 qui observent la Terre depuis 1998.

Ce mini-satellite fournira des données à la communauté globale d’utilisateurs de l’instrument, composée de scientifiques et de prestataires de service, dès que sa mise en service en orbite sera terminée – y compris les contre-étalonnages avec l’instrument Vegetation de Spot-5 – et dès que la mission aura été transmise de la Direction Technique et Gestion de la qualité de l’ESA au Programme d’Observation de la Terre de l’agence.

L’exploitation principale des données de Proba-V Vegetation inclut le suivi quotidien des conditions météorologiques extrêmes, l’information des autorités en cas de mauvaises récoltes potentielles, la surveillance des ressources en eau à l’intérieur des terres  et l’extension continue des désertifications et déforestations.

Proba-V est le dernier venu dans la famille des petits satellites spatiaux et permet de tester en vol des technologies européennes prometteuses. Ainsi, Proba-V ne transporte pas seulement son instrument principal, mais permet aussi de faire effectuer de premiers tests en vol à une sélection d’autres charges utiles avancées.

Celles-ci comprennent un détecteur permettant de suivre un aéronef en vol autour du monde, deux moniteurs de rayonnement, un amplificateur de communication basé sur un semi-conducteur haute performance au nitrure de gallium ainsi qu’une expérience de photonique destinée à tester des fibres optiques pour l’espace.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.