La Terre vue de l'Espace : un Désert irrigué

11 mars 2011

Les riches terres agricoles de la Vallée Impériale, au cœur de la région désertique de Californie du sud, aux Etats-Unis, apparaissent en détail sur cette image acquise par le satellite d’observation de la Terre japonais ALOS.

La vallée prend naissance sur la rive méridionale de la Salton Sea (en haut à gauche) et s’étend vers le Sud sur 80 km avant de s’enfoncer dans le Mexique (non visible) où elle prend le nom de Vallée de Mexicali.

Quelque 5 000 km de canaux d’irrigation et 200 000 hectares de terres cultivées donnent sa richesse à la vallée. On y cultive principalement les légumes, le blé et la luzerne, et on y élève du bétail. Cette riche agriculture fournit également un habitat de choix pour les oiseaux, qu’il s’agisse d’espèces locales ou migratoires.

C’est une catastrophe d’origine humaine au début du XXe siècle qui a donné naissance à la Salton Sea, ce lac endoréique que nous voyons aujourd’hui. En 1905, les eaux du fleuve Colorado ont été détournées pour assurer l’irrigation de la Vallée Impériale, mais à l’occasion d’une crue elles ont débordé des canaux et envahi le Bassin de Salton.

Le contrôle des eaux a été repris en 1907, mais cela avait suffi à inonder le bassin et à créer la Salton Sea, qui est aujourd’hui entretenue par les débordements du réseau d’irrigation. Avec une surface d’environ 970 km2, il s’agit du plus grand lac de Californie.

Les villes de Brawley (en bas à droite), Westmorland (en bas à gauche) et Calipatria (en haut) sont visibles, tout comme les lacs Ramer (en haut) et Finney (au milieu à droite).

Le satellite ALOS (Advanced Land Observing Satellite), d’une masse de 4 tonnes, a pris cette image le 4 juillet 2010, à l’aide de la caméra AVNIR-2 (Advanced Visible and Near Infrared Radiometer type-2). Cet instrument a été conçu pour dresser la carte de l'occupation des sols et de la couverture végétale dans les bandes spectrales du visible et du proche infrarouge, avec une résolution de 10 mètres.

L'ESA soutient ALOS en tant que « Mission de Tierce Partie », ce qui signifie que l'ESA utilise son infrastructure sol multi-mission et son expertise pour l'acquisition, le traitement et la distribution des données du satellite vers sa vaste communauté d'utilisateurs.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.