La Terre vue de l’espace : la Côte Est du Groenland

30 octobre 2009

Visible sur cette image prise par Envisat, la Côte Est du Groenland est à la fois très découpée et marquée par un relief escarpé. Il s’agit d’une des régions habitées les plus isolées de la planète. Avec une superficie de plus de 2 millions de km2, le Groenland est la plus grande île du monde.

La mer du Groenland, qui est une partie australe de l’Océan Arctique, est visible sur le côté droit de l’image. La partie sud-est du Parc National du Groenland du Nord-Est – le plus grand et le plus septentrional des parcs nationaux – est visible (en blanc) sur le côté gauche.

L’estuaire coloré et étroit (10 à 25 km de large) visible au bas de l’image est le Kong Oscar Fjord. Les fjords sont e profondes vallées côtières creusées par les glaciers envahies par la mer. Le Scoresby Sund, le plus long fjord du monde, est situé au sud du Kong Oscar Fjord (et n’est pas visible sur cette image).

L’île Traill, avec ses deux pointes orientées vers l’Est, est située directement au dessus du Kong Oscar Fjord. La longue île horizontale au-dessus de Traill est l’île de la Société de Géographie. L’île légèrement en retrait juste au dessus est l’île d’Ymer.

L’île de Daneborg est visible en haut à droite. Elle sert de quartier général pour les patrouilleurs en traîneaux à chiens du Parc National du Groenland du Nord-Est et a une population permanente de 12 personnes.

Pratiquement toute la flore et la faune du Groenland est présente dans le parc, qui recouvre 972 000 km2. Celui-ci s’étend vers l’intérieur et recouvre une large part de la calotte glaciaire du Groenland dont la superficie totale atteint 1 833 900 km2 avec une épaisseur moyenne de 2,3 km. Il s’agit de la deuxième plus grande concentration d’eau douce gelée sur Terre et si elle devait fondre complètement le niveau global des océans pourrait s’élever jusqu’à 7 mètres au dessus du niveau actuel.

L’imagerie radar fournie par les satellites de l’ESA a joué un rôle central dans la découverte par les scientifiques de changements de vitesse dans la dynamique structurelle de la calotte glaciaire du Groenland. Eric Rignot du Jet Propulsion Laboratotry (JPL), centre de la NASA en Californie et le scientifique Pannir Kanagaratnam de l’Université du Kansas ont mesuré la vitesse des glaciers à partir des données collectées durant l’hiver 1996 par les satellites ERS-1 et ERS-2 de l’ESA, puis par interférométrie radar grâce aux données acquises par le satellite canadien Radarsat à l’automne 2000 ainsi qu’au printemps et à l’été 2005, et enfin avec les données du radar ASAR (Advanced Synthetic Aperture Radar) d’Envisat de l’été 2004.

Ils ont découvert que les glaciers du Sud du Groenland déversaient deux fois plus de glace dans l’Atlantique chaque année qu’ils ne le faisaient en 1996, contribuant ainsi pour environ 17% à la hausse annuelle du niveau global des océans, estimées à environ 2,54 mm.

L’apport d’eau douce dans l’Océan Atlantique, que causerait toute augmentation de la fonte des glaces de la calotte groenlandaise, pourrait entrainer un affaiblissement du Gulf Stream, avec un impact potentiellement désastreux sur le climat de l’Europe du Nord et du reste du monde.

Comme les images radar représentent la diffusion par la surface et non la lumière réfléchie, il n’y a pas de couleur sur une image radar normale. Cette image a été créée en combinant trois images prises par le radar ASAR d’Envisat les 23 novembre et 28 décembre 2008, ainsi que le 1er février 2009 au dessus de la même région. Les couleurs de l’image résultent des modifications intervenues à la surface entre les prises de vues.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.