Le cap des 200 start-ups est franchi!

Lancement d’Ariane
29 août 2013

Il n’y a pas de limite à l’innovation – le cap des 200 start-ups créées a été franchi ce mois-ci par le biais des Centres d’incubation d’entreprises de l’ESA, dont le plus récent a été ouvert il y a quelques semaines seulement dans le sud de la France.

Qu’il s’agisse de cartographier rapidement une zone sinistrée par le biais de l’externalisation distribuée à grande échelle, d’offrir des solutions de transport plus intelligentes, des alternatives pour le transport de l’énergie ou des améliorations des technologies de production, ces start-ups profitent à l’économie locale tout en faisant la promotion de l’utilisation des technologies issues du spatial pour des applications terrestres. 

Toutes ces start-ups couvées dans les Centres d’incubation d’entreprises de l’ESA (Business Incubation Centre - BIC) ont en commun le facteur qui est la clé de leur succès : l’innovation.

Franco Ongaro inaugure le Centre d’incubation de l’ESA dans les Flandres

“Les connaissances et les technologies qui sont utilisées pour nos programmes spatiaux sont à la disposition des entrepreneurs, et puisque l’ESA investit dans ces brillants esprits, nous sommes assurés que nos technologies iront loin, » explique Franco Ongaro, Directeur Technique et Gestion de la qualité à l’ESA. 

“Nous devons continuer à stimuler la compétitivité de l’Europe, et continuer à penser de manière globale tout en investissant localement. En innovant grâce à l’usage des technologies issues du spatial, nous investissons dans notre bien le plus important – la planète Terre.” 

Pendant les deux années d’incubation dans les centres de l’ESA, les start-ups reçoivent un soutien financier et technique qui mène au lancement de nouvelles entreprises, de nouveaux produits sur le marché, et à la création de nouveaux emplois dans les régions. 

SkyLiberty pour les pilotes

Le nouvel outil venu de Belgique et destiné aux pilotes, SkyLiberty, est l’exemple d’une start-up soutenue par l’ESA qui a développé une nouvelle application permettant de préparer rapidement des plans de vol en tenant compte du type d’appareil, de la météo, des conditions de l’espace aérien, et des informations concernant l’aéroport. Grâce à l’application, les plans de vols des petits aéronefs sont établis plus efficacement et avec une plus grande précision. 

Aux Pays-Bas, un jeu a été développé avec en tête un objectif sérieux: aider les équipes de premiers secours lorsqu’ils se trouvent dans une zone sinistrée. Cerberus, développé par une start-up incubée au centre de l’ESA situé à Noordwijk, utilise des techniques d’externalisation ouverte et combine les apports de milliers d’utilisateurs pour générer rapidement une carte détaillée d’une zone à partir de données satellites de l’ESA.

Gare allemande de Dresde

En Allemagne, l’application révolutionnaire pour smartphones AppJobber a fait un carton en procurant un système intelligent de surveillance de centaines de gares de la Deutsche Bahn.

Celle-ci n’est plus effectuée par des inspecteurs de la compagnie ferroviaire, mais par des usagers qui sont rémunérés pour fournir un rapport, sans rien changer à leurs habitudes.

En utilisant cette application basée sur la géolocalisation pour la surveillance quotidienne, des sociétés basées dans cinq pays économisent du temps et de l’argent, et réduisent également leur empreinte carbone.

Bruno Naulais

“Nous avons commencé en 2000 à préparer la gestion de cette initiative d’incubation d’entreprises dans notre premier centre aux Pays-Bas parce que nous pensions que les technologies de pointe que nous développons pour les programmes spatiaux européens peuvent être utilisées pour proposer des solutions innovantes ici sur Terre, » explique Bruno Naulais, responsable du réseau de centres d’incubation au sein du Programme de transfert de technologies de l’ESA. 

“Les incubateurs de l’ESA accueillent les entrepreneurs innovants et les soutiennent pendant toute la phase de démarrage et le temps qu’ils mûrissent leurs technologies terrestres issues des dérivés du spatial. Depuis la sélection du premier incubé à la fin 2003, nous venons de passer la barre des 200 entreprises, ce qui signifie des milliers d’emplois créés dans toute l’Europe.” 

Les huit centres d’incubation sont répartis à travers l’Europe, aux Pays-Bas, en Allemagne (en Bavière et à Darmstadt), en Italie, au Royaume-Uni, en Belgique (à Redu et dans les Flandres), et pour terminer, le plus récent, dans le sud de la France. A la fin 2013, un neuvième centre ouvrira à Barcelone, en Espagne. 

Le Centre d’incubation d’entreprises Sud France, lancé fin juin 2013, vise à développer 75 start-ups liées au spatial sur les cinq prochaines années. Il dispose pour cela de cinq succursales situées à Biarritz, Bordeaux, Toulouse, Toulon et Sophia Antipolis. Pour plus d’informations sur ce centre, référez-vous à l’article: Un Centre d’incubation d’entreprises Sud France pour dynamiser l’économie régionale.

Les centres d’incubation d’entreprises de l’ESA
Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.