Les données météo satellitaires et historiques au service de l'étude du climat

26 avril 2013

Chaque jour, les prévisionnistes européens utilisent des cartes météo satellites pour dire quel temps il fera demain. Mais qu'en est-il du climat ? Ces informations peuvent-elles aider à mieux comprendre des changements sur le long terme ?

Selon Adam Scaife, chef de la prévision climatique au Met Office Hadley Centre, "rien ne nous permet de dire qu'une saison ou un mois en particulier, s'il a été inhabituel, s'explique simplement par le changement climatique : c'est impossible," insiste-t-il, "parce que le chaos règne dans l'atmosphère." Pour donner du sens à ce chaos, on peut tenter de dégager des tendances en profitant d'un point de vue exceptionnel depuis l'espace.

"Les satellites occupent un rôle central en fournissant des images de toute la planète," souligne Johannes Schmetz, chef scientifique chez Eumetsat, "ils nous offrent des données à une très grande échelle." Pour faire le lien entre le temps qu'il fait et le climat, entamons notre périple justement chez Eumetsat en Allemagne. L'observation météo s'appuie sur une flotte de satellites européens dont Eumetsat tient la barre. L'Agence spatiale européenne met au point ces satellites. Des engins qui sont devenus des appareils extrêmement puissants : les satellites à orbite polaires MetOp permettent de mesurer la température et l'humidité en haute résolution tandis que les appareils Meteosat offrent une douzaine d'images de la Terre quasiment en temps réel.

Alors que les prévisionnistes traitent les informations délivrées par les satellites d'Eumetsat pour prévoir ce que nous réserve l'atmosphère dans les prochaines heures, les climatologues du Met Office Hadley Centre se plongent dans les images datant de ces dernières années pour analyser le passé. "Les données historiques ont deux fonctions essentielles," d'après Adam Scaife, "elles nous aident à comprendre les fluctuations et la variabilité du climat et à tester nos prévisions."

Certains lieux renferment des trésors pour les climatologues : c'est le cas de la British Library. Une institution gardienne d'une histoire riche en données météorologiques particulièrement précises. On les trouve parfois dans les journaux de bord de bateaux à voile de la Compagnie britannique des Indes orientales qui faisait du commerce avec l'Inde et la Chine aux XVIIIème et XIXème siècles, mais aussi dans celui du célèbre clipper Cutty Sark.

Les anciens relevés sont précieux car ils nous parviennent bruts et on sait exactement où et quand ils ont été consignés. Mais sont-ils pertinents à l'ère des satellites ?

Si les techniques de mesure ont beaucoup évolué, les principes physiques qui gouvernent notre climat eux, restent les mêmes. Et les scientifiques ne l'oublient pas quand ils rapprochent les relevés historiques, des données satellitaires pour corriger leurs modèles climatiques et à terme, répondre à une question délicate : à partir de quand une météo changeante est-elle le signe d'un changement climatique ?

"Pour déterminer si des changements sont vraiment en train de s'opérer, on doit garder à l'esprit qu'il faut s'attendre à des fluctuations," rappelle Adam Scaife, mais évidemment, si sur la durée, une tendance à la hausse ou la baisse apparaît, il faut jeter un œil aux chiffres pour voir quand cette tendance se distingue des variations que nous avons observées dans l'Histoire, quand cela semble inhabituel."

Grâce au travail des scientifiques, les relevés les plus anciens et les satellites les plus modernes permettront peut-être de trancher un débat bien souvent enflammé sur la réalité du changement climatique.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.