Les membres de la Charte « Espace et catastrophes majeures » resserrent les liens avec l’ONU

16 juin 2004

Colloque au siège de l’UNESCO
ESA PR 31-2004. Le 18 juin 2004, à l’occasion d’un colloque organisé à l’UNESCO, M. Sergio Camacho, Directeur du Bureau des Affaires spatiales de l’ONU, annoncera que les Nations Unies souhaitent plus que jamais maintenir leur rôle d’« organisme coopérant » dans le cadre de la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures ».

Le Bureau des Affaires spatiales a l’intention de promouvoir davantage la Charte et d’assurer la liaison entre les organisations de l’ONU qui interviennent en cas de catastrophe naturelle ou de situation de crise. Le colloque du 18 juin est organisé conjointement par l’Agence spatiale française (CNES) et l’Agence spatiale canadienne (ASC), avec la participation de l’ESA, dans le contexte des célébrations France Canada 2004.

L’ESA, le CNES et l’ASC sont les membres fondateurs de la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures », mise en place pendant la Conférence UNISPACE III qui s’est tenue en juillet 1999. En cinq ans d’existence, la Charte a servi à plus de 50 reprises, pour des opérations concernant toutes les régions du monde, afin d’aider les secours à faire face à des inondations, des marées noires, des tremblements de terre, des éruptions volcaniques et des incendies.

La région Beja au Portugal lors des feux en août 2003

A ce jour, les agences ayant adhéré à la Charte, en plus des membres fondateurs, sont l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère (NOAA) américaine, l’Agence spatiale indienne (ISRO) et l’Agence spatiale argentine (CONAE). L’Agence spatiale japonaise (JAXA) a posé sa candidature.

La Charte repose sur le principe d’une contribution volontaire de tous les membres sous la forme de données satellitaires d’observation de la Terre. Elle a pour objectif principal de fournir, en période de crise, aux États ou aux communautés dont les populations sont exposées à un risque de catastrophe naturelle ou technologique ou en sont victimes, des données permettant d’obtenir des informations critiques pour anticiper ou gérer les crises éventuelles. Bien qu’elle repose sur les capacités spatiales limitées offertes par les parties, « elle apporte la démonstration pratique et ciblée des possibilités qu’offrirait un programme plus ambitieux de surveillance mondiale pour l’environnement et la sécurité aux autorités chargées d’atténuer les effets des catastrophes et de gérer les crises » déclare José Achache, Directeur des Programmes d’observation de la Terre de l’ESA.

Les représentants des médias désireux de participer au colloque organisé à l’UNESCO à Paris sont invités à remplir le formulaire joint et à le faxer à la Division Relations avec les médias de l’ESA au siège parisien de celle-ci (Fax : +33 (0)1 53 69 76 90).

Pour davantage d'informations, veuillez contacter :

Stephen Briggs
Chef du Département Science et Applications
ESA/ESRIN Direction des Programmes d’observation de la Terre
Tél. : +39.06.941.800

Josef Aschbacher
Coordinateur de Programmes
ESA – Direction des Programmes d’observation de la Terre
Tél. : +33(0)1.53.69.7707

Jérôme Béquignon
Coordinateur de Programmes
Secrétaire de la Charte internationale “Espace et Catastrophes majeures”
ESA – Direction des Programmes d’observation de la Terre
Tél. : +33(0)1.56.04.7291

Jean-Charles Bigot
Relations internationales
ESA – Direction Relations extérieures
Tél. : +33(0)1.53.69.7738

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.