Le panache de cendres (en jaune), observé du 22 au 25 mai

Les satellites aident à prévoir l'évolution des nuages de cendres

26 mai 2011

Prévoir la dispersion exacte d'un nuage de cendres volcaniques ne sera jamais facile. Toutefois, les données collectées par satellite indiquent que l'éruption du volcan islandais Grímsvötn, cette semaine, ne devrait pas représenter une menace sérieuse pour l'espace aérien au dessus de l'Europe centrale.

L'Office météorologique islandais a signalé que l'éruption du Grímsvötn a perdu en intensité et qu'il n'y a plus virtuellement aujourd'hui de cendres recrachées par le volcan.

Cette éruption spectaculaire a débuté dans la soirée du 21 mai et entraîné des perturbations pour environ un millier de vols à travers l'Europe.

Bien qu'on soit loin du chaos engendré l'an dernier par l'éruption de l'Eyjafjallajoekull, les données satellitaires montrent que l'éruption de cette semaine ne représentait pas une menace sérieuse pour les appareils évoluant au dessus de l'Europe centrale.

Les mesures effectuées par les satellites offrent un excellent moyen de suivre la dispersion, l'extension, les niveaux de concentration et le mouvement des panaches volcaniques.

Ash cloud north of Scotland 24 May
Le nuage de cendres au nord de l'Ecosse le 24 mai

L'information la plus utile provient des satellites sur orbite géostationnaire, comme la gamme Meteosat exploitée par Eumetsat et qui fournit une mise à jour toutes les 15 minutes.

L'animation ci-dessus a été réalisée par l'Institut météorologique royal des Pays-Bas (KNMI) sur la base de données retransmises par l'instrument SEVIRI (Spinning Enhanced Visible and Infrared Imager) du satellite européen MSG-2.

Elle montre comment les rejets du Grímsvötn ont dérivé au-dessus de l'Ecosse et de la Scandinavie au cours des derniers jours.

Les aérosols observés par Sciamachy du 22 au 25 mai

Les mesures réalisées par les satellites sur orbites héliosynchrones (quasi-polaires) confirment ces résultats.

L'instrument optique MERIS sur le satellite Envisat de l'ESA a photographié la position du nuage à proximité de l'Ecosse le 24 mai. Ces images sont cohérentes avec les données récoltées par l'instrument SEVIRI.

Des capteurs atmosphériques tels que l'instrument Sciamachy d'Envisat fournissent également des informations sur les aérosols qui confirment elles aussi les données de SEVIRI.

Predicted path of volcanic ash
Modèle de prévision de la dispersion des cendres réalisé le 23 mai

Les modèles qui exploitent les données satellitaires pour prévoir les évolutions du nuage de cendres au cours de la semaine, comme celui réalisé par l'Institut norvégien pour la recherche aérienne (NILU), se sont révélés confirmés par les observations réalisées depuis l'orbite au cours des derniers jours.

Cette confirmation démontre l'importance de l'apport des observations par satellites aux services en charge de prévoir l'évolution et la dispersion des nuages de cendres.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.