Navigation par satellite : inauguration à Toulouse d’un élément clef d’EGNOS

Inauguration à Toulouse
30 mars 2005

Deux ministres pour un même événement au Centre Spatial de Toulouse : l’inauguration ce jeudi 24 mars du Centre d’évaluation et de maintenance des performances (PACF) d’EGNOS, par le ministre de la recherche et le ministre des transports, illustre bien l’envergure de ce programme de navigation par satellite.

EGNOS est le service européen de navigation par complément géostationnaire, un programme de l’Agence spatiale européenne, la Commission européenne et Eurocontrol. Développé par un consortium industriel dirigé par Alcatel Space, EGNOS est constitué d’un réseau d’une quarantaine d’éléments répartis dans toute l’Europe pour enregistrer, corriger et améliorer les données du GPS américain.

Les signaux modifiés sont ensuite relayés par des satellites géostationnaires vers les récepteurs des usagers, offrant une précision inférieure à deux mètres contre 15/20 mètres pour les signaux GPS, avec en plus une garantie de qualité des signaux, ce que le GPS, système militaire, refuse de fournir.

L'architecture d'EGNOS

Exploité conjointement par le CNES et la Direction des Services de la Navigation Aérienne, le PACF de Toulouse est l’un des éléments du réseau EGNOS destiné à la planification et au suivi des opérations, vérifiant l’état du système et en analysant le fonctionnement.

EGNOS doit être opérationnel d’ici le mois de juin pour les applications non liée à la sûreté de la vie. Un processus de certification va ensuite s’engager pour qu’EGNOS soit qualifié à l’horizon 2006 pour les services de sûreté de la vie. EGNOS pourra alors être intégré dans la gestion de la circulation aérienne, offrant une plus grande sécurité et une plus grande souplesse opérationnelle.

Comme l’a indiqué Gilles de Robien, le ministre français des Transports, « EGNOS sera, sur le continent européen, à la fois un élément supplémentaire de sécurité pour l’usager et un outil pour réduire les nuisances que subissent les riverains des infrastructures aériennes ».

Mais EGNOS dépasse le seul cadre de la navigation aérienne, ce qu’a notamment précisé François d’Aubert, le ministre français de la Recherche : « Si EGNOS constitue un premier grand succès de l’Europe, il n’est que le premier volet de la stratégie fixée dans le domaine de la radio-navigation sur la scène européenne. La prochaine étape déjà largement engagée est le programme Galileo.»

Giuseppe Viriglio

Ce qu’ a confirmé Giuseppe Viriglio, le directeur des programmes industriels et de l’union européenne à l’ESA : « Les services d’EGNOS préfigurent et ouvrent la voie au développement des services mondiaux du Système Galileo. Ces développements ont donnés à l’Europe les compétences industrielles qui lui permettront de prendre toute sa place dans les marchés de la mobilité et du positionnement. »

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.