Nouvelles révélations sur Titan le 21 janvier

Première image couleur de la surface de Titan
18 janvier 2005

ESA PR 04-2005. Une semaine après la fantastique descente de Huygens dans l’atmosphère de Titan et son atterrissage réussi sur le sol de la plus grande et la plus mystérieuse des lunes de Saturne, l’Agence spatiale européenne (ESA) réunira des personnalités scientifiques participant à la mission pour présenter les premiers résultats issus de l’analyse des données envoyées par les instruments et débattre de ces nouveautés.

Au terme d’un voyage de près de sept ans et quatre milliards de kilomètres à travers le système solaire, la sonde Huygens a plongé, le 14 janvier à 11h13 heure de Paris, dans l’épaisse brume atmosphérique de Titan, terminant sa course à 13h45 heure de Paris sur le sol congelé de ce corps céleste. Pendant 1 heure et 12 minutes, Cassini a reçu d’excellentes données émises depuis la surface de Titan. La sonde Huygens a continué d’émettre pendant plusieurs heures, alors même que l’orbiteur avait déjà disparu derrière l’horizon et cessé d’enregistrer les données qu’il était chargé de relayer vers la Terre.

En l’espace de 3 heures et 44 minutes, Cassini a pu nous faire parvenir plus de 474 Mbits de données, dont une série d’environ 350 images prises pendant la phase de descente et au sol. On y découvre un paysage apparemment façonné par l’érosion, avec des canaux de drainage, des motifs rappelant un tracé côtier et, à la surface, des objets ressemblant à des galets.

L’analyse des échantillons atmosphériques prélevés entre une altitude de 160 km et le sol révèle la présence d’un mélange uniforme de méthane et d’azote dans la stratosphère. Elle indique également une augmentation constante de la concentration de méthane dans la troposphère, jusqu’à la surface de Titan. Des nuages de méthane ont été décelés à environ 20 km d’altitude, ainsi qu’une brume de méthane ou d’éthane au voisinage de la surface.

A partir du signal émis par la sonde et capté par un réseau mondial de radiotélescopes terrestres, les chercheurs pourront déterminer au kilomètre près sa trajectoire effective et en savoir plus sur les vents qui soufflent sur Titan. L’analyse préliminaire du signal reçu donne à penser que Huygens émettait encore 3 heures après son atterrissage. Des enregistrements ultérieurs sont en cours d’analyse pour établir pendant combien de temps précisément la sonde a continué d’émettre.

Des échantillons d’aérosols ont également été prélevés à des altitudes comprises entre 125 et 20 km et analysés à bord. Pendant la descente, il a été procédé à un enregistrement sonore pour déceler d’éventuels « coups de tonnerre » déclenchés par des orages lointains, cet accompagnement acoustique rendant plus spectaculaire encore la plongée de la sonde.

Dès l’atterrissage de Huygens, qui s’est produit à une vitesse de l’ordre de 4,5 m/s, les instruments ont envoyé une multitude de données sur la texture de surface de Titan – évoquant du sable ou de l’argile humide recouvert d’une fine croûte solide – et sur sa composition – pour l’essentiel un mélange sale de glace d’eau et d’hydrocarbures donnant au sol une teinte plus sombre que celle escomptée. La température mesurée au sol avoisinait les – 180° C.

Les scientifiques ont été en mesure de présenter une première série de résultats étonnants dès le 15 janvier. Après plusieurs jours de traitement et d’analyse de ces résultats, ils pourront offrir un meilleur aperçu de cet étrange univers lointain à l’occasion d’une conférence de presse qui se tiendra vendredi 21 janvier à 11h00 au Siège de l’ESA, à Paris (conférence retransmise dans plusieurs autres établissements de l’Agence – voir formulaire ci-joint).

Cette conférence réunira les intervenants suivants :

David Southwood
Directeur du Programme scientifique de l’ESA

Jean-Pierre Lebreton
Responsable de la mission Huygens à l’ESA

Marcello Fulchignoni (à confirmer)
Chercheur responsable de l’instrument d’étude de la structure atmosphérique (HASI) - Université de Paris/Observatoire de Paris-Meudon (France)

Martin G. Tomasko
Chercheur responsable du radiomètre spectral imageur de descente (DISR) – University of Arizona, Tucson (Etats-Unis)

John C. Zarnecki
Chercheur responsable du module scientifique de surface (SSP) - Open University, Milton Keynes (Royaume-Uni)

Guy Israel
Chercheur responsable du dispositif de collecte et de pyrolyse d’aérosols (ACP) - CNRS, Service d’Aéronomie, Verrières-le-Buisson (France)

Toby Owen
Chercheur pluridisciplinaire du projet Cassini, chargé d’étudier les atmosphères de Titan et Saturne - Institute for Astronomy, Honolulu (Etats-Unis).

Le service de télévision de l’ESA assurera la retransmission en direct par satellite de cette conférence de presse (Eutelsat W1). Pour obtenir des précisions sur cette retransmission, consulter le site http://television.esa.int

Le service de télévision de la NASA assurera de son côté la retransmission de la conférence sur le territoire américain et, en sa qualité de partenaire de la mission Cassini-Huygens, offrira une couverture continue en direct (informations détaillées sur le site http://www.nasa.gov/multimedia/nasatv/)

La mission Cassini-Huygens est le fruit d'une coopération entre la NASA, l'Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale italienne (ASI). C'est le Jet Propulsion Laboratory (JPL), division du California Institute of Technology de Pasadena, qui a conçu, développé et assemblé l'orbiteur Cassini et qui gère aujourd'hui la mission pour le compte du Bureau des sciences spatiales de la NASA, installé à Washington.

Les représentants des médias souhaitant participer à cette conférence sont invités à remplir le formulaire d’accréditation ci-joint et à le retourner, de préférence par télécopie, à :

ESA/Paris - Division Relations avec les médias
Fax : +33(0)1.53.69.7690

Pour obtenir davantage d’informations, veuillez contacter :

ESA – Division Relations avec les médias
Tél.: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.