Rosetta, un voyage de douze années à travers l'espace

Réveil du satellite Rosetta dans moins de 45 jours

6 décembre 2013

Rosetta, le satellite de l’ESA qui poursuit une comète, doit se réveiller dans moins de 45 jours de son hibernation dans l’espace lointain pour atteindre la destination vers laquelle il voyage depuis une décennie.

Les comètes sont les restes des matériaux de construction de notre Système Solaire, et la source probable d’une grande partie de l’eau sur Terre. Peut-être même ont-elles amené sur Terre les ingrédients qui ont aidé la vie à évoluer.

Rosetta va nous donner des détails sur le rôle des comètes dans l’évolution du Système Solaire en étudiant de près une comète grâce à une sonde et à un atterrisseur.

Rosetta a été lancée le 2 mars 2004, et grâce à une série complexe de survols – trois de la Terre et un de Mars – a mis le cap sur sa destination : la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko. Elle a aussi survolé et pris en photo deux astéroïdes, Steins le 5 septembre 2008 et Lutèce le 10 juillet 2010.

En juillet 2011, Rosetta a été placée en hibernation pour la partie la plus froide et la plus lointaine de son périple, alors qu’elle voyageait à plus de 800 millions de kilomètres du Soleil, près de l’orbite de Jupiter. Le véhicule spatial a été orienté de sorte que ses ailes couvertes de panneaux solaires soient face au Soleil pour recevoir le plus de lumière possible, et a été mis en  rotation lente pour maintenir sa stabilité.

Maintenant, alors que la comète et le véhicule spatial entament leur voyage de retour vers l’intérieur du Système Solaire, l’équipe de Rosetta se prépare au réveil du véhicule.

Les moments-clés de la mission Rosetta

Le réveil interne de Rosetta est réglé pour 10h00 UTC (soit 11h, heure de Paris) le 20 janvier 2014.

Une fois réveillée, Rosetta va réchauffer ses instruments de navigation, puis arrêter sa rotation pour pointer son antenne principale vers la Terre et informer l’équipe au sol qu’elle est toujours en vie.

“Nous sommes enthousiastes d’avoir cette importante étape dans notre ligne de mire, mais nous sommes également très anxieux d’évaluer l’état du véhicule après que Rosetta ait passé presque 10 ans dans l’espace. » déclare Fred Jansen, directeur de la mission Rosetta de l’ESA.

Après son réveil, Rosetta sera encore à environ 9 millions de kilomètres de la comète. Au fur et à mesure de son approche, les onze instruments de la sonde et les dix instruments de l’atterrisseur seront allumés et vérifiés.

Début mai, Rosetta sera à 2 millions de kilomètres de sa cible, et elle exécutera fin mai une importante manœuvre pour se mettre en position pour le rendez-vous avec la comète au mois d’août.

Les premières images distantes de la comète 67P/Churyumov–Gerasimenko sont attendues pour le mois de mai, ce qui permettra d’améliorer considérablement les calculs de la position et de l’orbite de la comète.

En se rapprochant, Rosetta va prendre des milliers de photos qui fourniront des détails sur les principaux points de repère de la comète, sa vitesse de rotation et l’orientation de son axe de rotation.

Continuez votre lecture ci-dessous

Philae, l'atterrisseur de Rosetta, sur le noyau de la comète

Rosetta va également faire des mesures de la gravité de la comète, de sa masse et de sa forme, et une première évaluation de son atmosphère gazeuse et chargée de poussière, la chevelure de la comète.

Un site d’atterrissage pour Philae, l’atterrisseur de la comète qui pèse 100kg, sera choisi après que la surface de la comète ait été cartographiée en août et en septembre. Ce sera la première fois qu’un atterrisseur tente de se poser sur une comète.

Vu la gravité quasi-nulle du noyau de 4km de large de la comète, Philae va s’amarrer en utilisant des broches à glace et des harpons pour éviter de rebondir dans l’espace.

Philae enverra un panorama de ses environs et des photos très haute résolution de la surface, et effectuera sur place des analyses de la composition des glaces et matières organiques. Une foreuse prendra des échantillons 20 à 30cm sous la surface, qui seront analysés par le laboratoire embarqué.

« L’accent de la mission se tourne ensuite vers ce que nous appelons la phase ‘d’escorte’, pendant laquelle Rosetta va rester aux côtés de la comète alors qu’elle se rapproche du Soleil, » remarque Fred.

La comète sera à son point le plus proche du Soleil le 13 août 2015, à environ 185 millions de kilomètres, approximativement entre les orbites de la Terre et de Mars.

Pendant cette phase ‘d’escorte’, la sonde va continuer à analyser des échantillons de poussière et de gaz, et surveiller les conditions en perpétuel changement à la surface de la comète alors que celle-ci se réchauffe et que la glace est sublimée.

Rosetta continuera à suivre la comète pendant le reste de l’année 2015, alors qu’elle s’éloigne du Soleil et que son activité commence à se réduire.

« Nous aurons pour la première fois la possibilité d’analyser une comète pendant une période de temps prolongée – ce n’est pas juste un survol. Cela va nous donner un aperçu unique de la manière dont une comète ‘fonctionne’, et nous aider dans le futur à déchiffrer le rôle tenu par les comètes dans la formation du Système Solaire, » ajoute Matt Taylor, responsable scientifique du projet Rosetta de l’ESA.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.