Sentinel-1 déploie ses ailes

Test des ailes solaires
21 février 2014

Quand Sentinel-1 sera placé en orbite autour de la Terre dans quelques semaines, il effectuera une chorégraphie compliquée pour déployer ses grandes ailes solaires et son antenne radar.

Les ingénieurs se sont employés ces derniers temps à faire en sorte que ces mouvements soient répétés à la perfection.

Sentinel-1 est le premier d’une famille de satellites spécifiquement conçus pour fournir un flux de données à jour pour l’ambitieux programme Copernicus d’observation de l’environnement.

Il emporte un instrument radar de pointe, permettant de voir la surface de la Terre même au travers des nuages et de la pluie, peu importe qu’il fasse jour ou nuit.

Sentinel-1 livrera des informations vitales à de nombreux services opérationnels, qu’il s’agisse d’observer la glace dans les océans polaires ou de suivre les affaissements de terrain, et jouera un rôle clef dans le plus grand programme d’observation de la Terre jamais imaginé.

Vision radar

Cette nouvelle mission est de plus le seul satellite européen spécifiquement conçu pour répondre rapidement lors de situations d’urgence, comme les inondations et les tremblements de terre.

Après environ sept années de travail, ce nouveau satellite sera bientôt lancé depuis le port spatial de l’Europe en Guyane française.

Sentinel-1 sera expédié sur le site de lancement la semaine prochaine, mais vient de passer ces deux derniers mois chez Thales Alenia Space, à Cannes, où il a subit une dernière série de tests stricts.

Le satellite a été notamment suspendu depuis une structure pour simuler l’apesanteur, avant que soient déployés avec précaution ses deux ailes solaires de dix mètres de long, et son radar de douze mètres de long. 

Le déploiement de Sentinel-1

Lors du lancement, les ailes solaires et le radar sont pliés, à la fois pour leur protection et pour rentrer dans la coiffe du lanceur Soyouz.

Une fois le satellite largué dans l’espace, les ailes solaires et le radar se déploient simultanément, lors d’une séquence spécifique qui dure environ dix heures.

Cette séquence est unique, chorégraphiée pour assurer que tous deux se déploient de la manière la plus sécurisée possible.

La séquence fait également en sorte que l’alimentation fournie par les ailes soit disponible dés que possible pour que le satellite soit autonome.

Les tests ont prouvé que Sentinel-1 peut gérer cette délicate séquence d’événements avec brio.

Le responsable du projet Sentinel-1 pour l’ESA, Ramón Torres, déclare, « Le test de déploiement du radar et des panneaux solaires du satellite est un succès majeur, tout particulièrement au vu des contraintes très exigeantes.

« Le satellite s’est déployé à la perfection, malgré le fait qu’il ait subi auparavant les conditions extrêmes des tests environnementaux, et cela démontre que tous les éléments fonctionnent de manière harmonieuse.

Test du radar

« La réussite de cette étape importante est la culmination de nombreuses années d’une excellente collaboration entre l’ESA et ses partenaires industriels. »

Afin de préparer la vie en orbite de Sentinel-1, cette dernière série de test a également vérifié que les liens de communication entre le satellite et le centre des opérations de l’ESA fonctionnent comme ils le devraient.

Le satellite étant en ordre de marche, il est en ce moment même emballé pour son voyage jusqu’en Guyane française. La date de lancement sera confirmée dans les prochains jours, mais devrait se situer autour du début du mois d’avril.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.