Thomas Pesquet : une âme d'explorateur.

Thomas Pesquet
8 décembre 2009

Sélectionné en mai dernier parmi 8413 candidats, Thomas Pesquet, 31 ans, est le plus jeune des six nouveaux astronautes choisis par l'ESA lors de sa dernière campagne de recrutement. Portrait.

Un nouvel astronaute français pourra bientôt voler dans l'espace : Thomas Pesquet, né le 27 février 1978 à Rouen, fait partie de la nouvelle promotion d'astronautes européens*, choisis après une sélection des plus rigoureuses et qui aura duré près d'un an.

2000 heures de vols à son actif

« Il y a tellement peu d'élus que je n'osais pas jusque-là formuler mon envie de faire partie du corps européen des astronautes. J'ai eu la chance qu'une sélection s'ouvre l'an dernier alors que j'avais l'âge requis. Les aspects médicaux et psychologiques ont beaucoup joué, car nous allons être amenés à réaliser des vols de longue durée et que les temps d'isolement seront plus grands », raconte ce fils d'une enseignante et d'un professeur de mathématiques, qui voue une passion depuis tout jeune à l'aventure spatiale. Son parcours en est une illustration.

Ce diplômé de l'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (Supaéro) à Toulouse, a passé sa dernière année de formation en programme d'échange à l'École Polytechnique de Montréal, au Canada, sur le master aéronautique et espace. Il a ensuite réalisé un stage d'avril à septembre 2001, chez Thales Alenia Space, à Cannes, avant de travailler comme ingénieur spatial pour GMV S.A. à Madrid, en Espagne. En 2002, il est recruté par l'Agence spatiale française, le CNES, comme ingénieur de recherche. Par ailleurs pilote privé, il est sélectionné en 2004 par Air France pour intégrer son programme d'apprentissage au pilotage. A partir de 2006, il devient pilote sur l'A320 pour la compagnie française. Il a son actif plus de 2000 heures de vol sur différentes lignes commerciales. Enfin, en septembre dernier, il a rejoint le Centre européen des astronautes à Cologne, en Allemagne pour débuter une formation de base qui doit durer 18 mois.

A l'école des astronautes

Les six nouvelles recrues de l'ESA

« C'est un peu un retour à l'école, l'école des astronautes en quelque sorte. Le programme est intensif mais c'est passionnant », témoigne le plus jeune des astronautes européens. Les cours dispensés vont tout d’abord familiariser les apprentis astronautes avec l’ESA et ses partenaires industriels, avant de suivre des cours fondamentaux tels que l’ingénierie électrique, puis d’entrer plus dans le détail des systèmes et opérations spatiales et d’approfondir des sujets tels que la participation de l’Europe à l’ISS (laboratoire Columbus, ravitailleur spatial ATV) et au lanceur Soyuz. D’autres cours leur permettront d’acquérir les bases dans des domaines spécifiques qui leur seront nécessaires dans le futur, comme l’apprentissage du russe, la familiarisation avec la plongée sous-marine pour les sorties dans l’espace et un entraînement aux techniques de survie.
Après avoir achevé cette formation de base, les astronautes seront prêts à commencer la phase de formation suivante pour l’ISS et, une fois assignés à une mission précise, leur formation sera adaptée à des tâches précises.

Sportif et musicien

Thomas Pesquet

Un programme chargé donc, qui n'est pas pour déplaire à Thomas Pesquet, qui se définit comme un hyperactif : « J'adore découvrir et apprendre de nouvelles choses. J'ai une âme d'explorateur, qui est à mon sens indispensable pour devenir astronaute ». Ceinture noire de judo, Thomas Pesquet pratique également le basket, la natation, le kite surfing, la voile ou encore la plongée sous-marine. Il joue également du saxophone depuis tout jeune et aime par dessus tout voyager. Cela tombe bien, en février prochain, les six nouvelles recrues passeront un mois à Saint-Pétersbourg, en Russie, avant de partir, quelques mois plus tard, pour un séjour au coeur de la NASA, aux Etats-Unis.

Le rêve de Thomas Pesquet de voler dans l'espace se réalisera d'ici peu. Les nouveaux astronautes européens seront prêts à entrer en fonction aux alentours de 2013. Alors qu’est discuté la poursuite de l’ISS au-delà de 2016, ils auront sûrement la chance de voler à bord de l’ISS assez rapidement. Thomas Pesquet, qui a grandi dans l'admiration d'hommes tels que Buzz Aldrin, Neil Amstrong ou encore Jean-François Clervoy, devrait donc bientôt suivre leur trace...

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.