CryoSat brise la glace avec les courants océaniques

Les courants océaniques de surface
6 février 2012

Les mesures effectuées par la mission CryoSat de l’ESA au dessus des océans sont exploitées par le CNES, l’agence spatiale française pour fournir des produits d’océanographie en temps quasi-réel. La compréhension des courants à la surface des mers est d’une importance cruciale pour les industries maritimes et pour la protection des environnements océaniques.

Alors qu’il gravite autour de la Terre de pôle à pôle, le satellite CryoSat a pour objectif principal la mesure de l’épaisseur des banquises polaires et la surveillance des changements qui affectent les calottes glaciaires recouvrant le Groenland et l’Antarctique. Le satellite comporte aussi un altimètre radar basé sur de nouvelles technologies qui permet non seulement de détecter d’infimes variations dans la hauteur des glaces, mais également de mesurer le niveau de la mer et la hauteur des vagues.

A compter d’aujourd’hui, les mesures océaniques de Cryosat seront traitées par le CNES et distribuées à la communauté océanographique. Ces produits seront temps quasi-réel à l’aide des modèles du projet MyOcean pour affiner les produits sur la surface des mers et améliorer la qualité des modèles prévisionnels.

Pollution radioactive au large du Japon

« Cette avancée est le résultat d’une collaboration et d’un partenariat sur le long terme entre l’ESA et le CNES, » explique Tommaso Parrinello, chef de mission pour CryoSat.

« Grâce à la fusion entre des processeurs dérivés d’altimètres opérationnels et un logiciel expérimental développé spécifiquement pour le nouvel instrument de CryoSat, les experts du CNES vont pouvoir transformer les données océaniques brutes en provenance de CryoSat en un produit océanographique fini et quasi-opérationnel de grande qualité. »

« La topographie océanique est un paramètre primordial pour la compréhension de la manière dont la circulation océanique est affectée par le changement climatique. »

Prédiction de la dérive des nappes d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique

Les modèles côtiers et leurs applications bénéficieront également de la couverture additionnelle apportée par CryoSat. Les utilisateurs peuvent accéder à ces produits via le site d’AVISO ou le portail des données de MyOcean.

Dans le cadre du programme GMES (Global Monitoring for Environment and Security), le projet MyOcean est responsable du développement des services de surveillance maritime.

Au cours de crises majeures, telles que les désastres de Deepwater Horizon et Fukushima, les modèles de MyOcean ont exploité des données obtenues par satellite – notamment des mesures d’altimétrie – pour aider à la surveillance de ces crises.

Les mesures d’altimétrie sont de la plus haute importance pour prévoir l’évolution des courants mains locaux en temps quasi-réel.

Topographie des surfaces marines

Une grande variété d’applications et de services maritimes opérationnels générant une forte plus-value socio-économique nécessite une bonne connaissance des courants de surface : le suivi et la prévision de la dérive des marées noires ou des épaves marines, la réduction des coûts et des risques pour les flottes de pêche et les industries offshores, l’optimisation des routes marines, la détection des icebergs et les alertes pour les régates transocéaniques.

Depuis le lancement du premier satellite ERS (European Remote Sensing) en 1991, l’altimétrie par radar a été utilisée pour observer en continu la topographie des océans et les courants géostrophiques. Elle est devenue un outil indispensable pour la modélisation précise des courants océaniques et leur prévision.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.