La station ESA de Redu en expansion

RSS contract signing
6 mai 2010

L’ESA a renouvelé le contrat de mise en oeuvre et de développement de sa station terrestre à Redu, en Belgique. Le centre est responsable du contrôle et des essais de plusieurs types de satellites, comme élément du réseau ESA de stations au sol.

Le Centre de Redu fournit des liaisons en bande S dans le cadre de ce réseau ESA, ainsi que des services IOT (IOT) pour les satellites de télécommunications et de navigation. A présent, Redu est chargé des communications pour les satellites Artemis, Integral et Proba de l’Agence.

Le site de Redu, implanté en Ardenne belge, compte plusieurs antennas orientables qui fonctionnent dans une gamme variée de bandes de fréquences. Depuis trois ans, c’est la société Redu Space Services (RSS), une “joint venture” entre SES Astra Techcom et QinetiQ Space, qui assure le bon fonctionnement de la station, et ses prestations donnent entière satisfaction.
 
Grâce au soutien des autorités belges, d’importants investissements ont été réalisés. Comme l’installation de nouvelles lignes électriques qui permettent de faire face aux projets à venir et à l’élargissement de la station sur quelque 10 000 m². L’ESA a construit une nouvelle infrastructure qui alimente en électricité les installations pour le système Galileo et pour de nouveaux clients.

La station de Redu ne cesse pas de grandir

Pour l’activité IOT de Galileo, ont été installées des antennes de 20 m en bande L, de 4,5 m en bande C, ainsi que dans les UHF. On est en train d’y ajouter d’autres antennes qui viennent du Grand Duché: ce sont 15 paraboles de différentes dimensions, notamment une antenne de 13 m en bande Ku. Cet ensemble, dont la maintenance est assurée par RSS, est le centre de secours « backup » pour l’opérateur luxembourgeois de satellites SES Astra, qui est implanté à Betzdorf.
 
En 2009, RSS a signé son premier contrat ARTES (Advanced Research in Telecommunications Systems): il s’agit de modifier l’antenne IOT en bande Ka de Redu. Maintenant, les installations IOT de l’ESA à Redu couvrent le spectre des fréquences Ku et Ka, ce qui lui donnent la possibilité de servir aux essais sur orbite du satellite de télécommunications Hylas-1 qui doit être lancé avant la fin de l’année pour l’opérateur Avanti Communications.
 

L’ensemble des batteries pour éviter toute déficience d’alimentation électrique à la station

“Les trois années qui viennent de s’écouler constituent une période de changement pour Redu”, note Daniele Galardini, Chef du Centre Redu, dans le cadre du Directorat ESA des Télécommunications et Applications Intégrées.

“L’approche partagée ou partenariat ‘win-win’ qui est régi par le contrat entre l’ESA et RSS [SES Astra Techcom + QinetiQ Space] a permis d’optimiser les ressources du site ainsi qu’une réduction des coûts, et ce, au bénéfice des parties prenantes. De plus en plus d’activités pour des tiers vont être exécutées par RSS à la station ESA de Redu pour la grande satisfaction de nouveaux clients. Ce qu’ont démontré les réalisations de RSS au cours des trois dernières années.”, a précisé D. Galardini.

Et d’ajouter : “Cette approche permet à l’ESA de se concentrer sur son business de base, qui est le support technique à des démonstrations, aux satellites Proba et aux missions de télécommunications, telles que Artemis, et d’accueillir des installations nouvelles pour répondre aux besoins des programmes Galileo et Space Situational Awareness de l’ESA.”

L’accroissement de ces activités a conduit à la reconnaissance de Redu comme Centre ESA et à son intégration complète depuis 2009 à la structure ESA des établissements et centres de l’ESA.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.