Nouvelle première mondiale pour Artemis : une liaison laser avec un avion

LOLA telescope assembly
LOLA telescope assembly
18 décembre 2006

Retransmission réussie de liaisons optiques Laser en provenance d’un avion par Artemis, le satellite de l’Agence spatiale européenne pour une mission avancée de relais et de technologie début Décembre. Ces liaisons laser aéroportées de 40 000 km, effectuées lors de deux vols à 6000 et 10 000 mètres, constituent une première mondiale.

Le relais a été établi via six liaisons optiques bidirectionnelles entre un Mystère 20 équipé du système de Liaison optique laser aéroportée (Lola) et la charge utile laser SILEX d’Artemis, depuis sa position orbitale géostationnaire à 36 000 kilomètres d’altitude.

Ces essais ont été conduits par Astrium, France, le maître d’œuvre de LOLA et de SILEX dans le cadre du programme d’études amont de Liaison optique laser aéroportée de la DGA, la Direction Générale pour l’Armement, depuis son centre d'essais en vol d'Istres dans le sud de la France. La station ESA de Redu en Belgique a aussi contribué à ce succès en opérant la charge utile SILEX d’Artemis.

Voici qui démontre bien la faisabilité d’une liaison optique entre un avion et un satellite géostationnaire.

Artemis and SPOT 4 communicating via the SILEX system
Artemis and SPOT 4 communicating via the SILEX system - Artist's impression.

Déjà en Novembre 2001 Artemis avait réalisé une première mondiale en établissant une liaison laser avec le satellite français d’observation de la terre SPOT 4: des données images avaient été envoyées par SPOT 4 en utilisant un faisceau laser comme signal porteur vers Artemis et de là par ondes radio vers le sol. Cette liaison sans précédent entre satellites dans l’espace avait été effectuée dans le cadre du développement de SILEX, charge utile innovante qui fournit un faisceau laser comme signal porteur de données.

Plus récemment, depuis Novembre, Artemis a relayé des liaisons optiques avec le satellite d’essai de communications inter-satellites Japonais KIRARI. Cette première communication optique à deux voies a illustré tout l’intérêt de cette technologie pour le développement de futurs systèmes d’observation de la terre.

La technologie optique a de nombreux avantages pour les applications de relais de données, notamment la capacité de fournir un grand débit de données avec des terminaux de faible masse et faible puissance, pour des communications sécurisées et sans interférences. L’observation de la terre peut vraiment profiter de cette nouvelle façon de transmettre des données autour de la planète.

Tous les jours Artemis relaie aussi les données en bande Ka d’ Envisat, le satellite d’observation de la terre de l’ESA, qui offre depuis 2002, une vision complète de la terre, de ses océans, ses continents et ses calottes glaciaires.

Cette première mondiale entre un satellite et un avion est une nouvelle démonstration, de ce qui peut être accompli en Europe grâce au programme technologique ARTES de l’ESA.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.