Au revoir… et merci pour tout l’oxygène

La rentrée de l'ATV-1
24 septembre 2012

La fin est proche pour l’ATV Edoardo Amaldi de l’ESA. Cette semaine, le vaisseau spatial se désamarrera de la Station spatiale internationale et se consumera dans l’atmosphère au terme d’une mission de six mois brillamment accomplie.

L’ATV Edoardo Amaldi quittera la Station spatiale dans la nuit du 25 au 26 septembre pour, tout juste 24 heures plus tard, entamer une rentrée contrôlée destructive dans l’atmosphère au-dessus d’une zone inhabitée du Pacifique Sud.

Les ATV ont pour mission d’apporter à la Station spatiale tout ce qui est nécessaire au maintien en conditions opérationnelles de l’unique laboratoire en microgravité permanente dont dispose la Terre. L’Edoardo Amaldi, troisième vaisseau cargo de la série, emportait dans ses soutes un ravitaillement de 3400 kg d’oxygène, d’air, d’eau, d’équipements divers et de nourriture pour les astronautes en orbite autour de notre planète. Il a utilisé la même quantité de carburant afin de rehausser périodiquement l’orbite de la Station et contrôler

ATV-3

Les ATV sont les plus gros vaisseaux de ravitaillement à rendre visite à la Station, et L’Edoardo Amaldi était à ce jour le plus lourdement chargé en cargaison sèche de la série. Avant son décollage en mars, un supplément de bagage a été ajouté en dernière minute au tableau de service de l’Edoardo Amaldi : une unité de retraitement de l’eau, un équipement crucial pour la Station, à titre de pièce de rechange. Une précaution qui s’est avérée bien utile par la suite lorsque l’unité de retraitement alors en service est tombée en panne.

Chaque jour, la Station perd un peu d’altitude et a besoin de rehausser régulièrement son orbite. Une fois amarré, l’ATV peut allumer ses moteurs afin de fournir la poussée nécessaire à cette manœuvre. En septembre, l’Edoardo Amaldi a ainsi propulsé la Station jusqu’à une altitude de 415 km, la plus élevée qu’elle ait jamais connue depuis le lancement de son premier module en 1998.

ATV-3

Tout à la fois vaisseau de ravitaillement, lieu de vie supplémentaire pour l’équipage et moteur d’appoint pour la Station, les ATV sont des vaisseaux polyvalents qui s’amarrent de façon autonome sous le regard attentif des experts de l’ESA et du CNES réunis au Centre de Contrôle de l’ATV à Toulouse.

Quand l’ATV quittera la Station, les astronautes auront d’un coup une pièce en moins dans laquelle travailler, mais heureusement la perte ne sera que temporaire : l’ATV-4 est déjà arrivé sur son site de lancement de Kourou en Guyane.

L’ATV-4, appelé Albert Einstein, est prêt à prendre la relève de l’Edoardo Amaldi. Son lancement aura lieu au printemps 2013.

« Du fait de l’utilisation scientifique de l’ISS à un rythme plus soutenu, un nouvel équipage et du ravitaillement supplémentaire sont nécessaires, ce qui explique qu’il y aura très peu de temps morts avant le départ de l’ATV-4. Avec chaque vol, nos équipes de mission améliorent leurs capacités à gérer et à faire voler le vaisseau spatial le plus sophistiqué jamais construit en Europe » se réjouit Massimo Cislaghi, Responsable de Mission ATV-3 et ATV-5.

La préparation pour l’ATV-4 a débuté peu de temps après l’ATV-3. Les deux vaisseaux voleront si peu de temps l’un après l’autre que le Centre de Contrôle a dû envoyer des commandes tests à l’ATV-4 sur son lieu de fabrication en Allemagne alors même que l’ATV-3 était en orbite avec la Station.

Kuipers décharge du frêt de l'ATV-3

Quand l’ATV Edoardo Amaldi quittera la Station, il remplira une dernière tâche : descendre les poubelles. Le vaisseau a en effet été chargé de tous les rebuts de la Station qui brûleront lors de la rentrée.

« L’ATV-3 a été un excellent vaisseau qui s’est pleinement acquitté de ses tâches, et est même allé quelques fois au-delà » conclut Massimo.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.