Galiléo avance bien

Galiléo – un système précis et fiable de navigation par satellite
22 juillet 2004

La mise au point et la phase de validation en orbite de GaliléoSat progresse avec satisfaction. L’Agence spatiale européenne (ESA) vient juste de lancer son processus de passation de commandes à l’industrie, preuve s’il en était besoin que le premier système de navigation par satellite entièrement civil est en bonne voie.

La mise en œuvre de Galiléo : par étapes

Le programme s’articule en trois étapes :

  • La phase de définition
  • Le développement et la validation en orbite
  • La mise en service et le fonctionnement complets

La phase de définition s’est achevée en 2003 et a fourni les spécifications de base du système.

Contracts signed for the development of GSTB satellites
Contrats signés pour le développement des satellites C GSTB

La phase de développement et de validation en orbite a démarré fin 2003. Cette phase a pour but de valider le système en orbite à partir d’une constellation réduite de quatre satellites ce qui est le chiffre minimum pour assurer des données de positionnement fiables et une bonne synchronisation avec les sites de test.

Hydrogen maser clock
Le Maser à hydrogène

Au début de cette phase, un satellite expérimental sera également lancé pour vérifier les données de fréquence de Galiléo, s’assurer des orbites à utiliser par les satellites à variation orbitale et vérifier certaines technologies essentielles comme les horloges atomiques.

Galileo System Test Bed (GSTB) launch contract signed
Signature du contrat pour le lancement du banc d’essai du système Galiléo (GSTB)

Le satellite expérimental sera lancé avant la fin de 2005. La validation en orbite sera terminée avant 2007.

Galileo constellation
La constellation Galiléo

La phase de développement et de validation en orbite sera suivie de la phase de mise en service qui comprend la production et le lancement des autres satellites et l’achèvement du segment sol. Une fois que tous les satellites auront été complètement déployés, l’opération commencera avec la constellation complète de 27 satellites opérationnels et trois de réserve, tous stationnés sur trois orbites circulaires intermédiaires (OCI) à une altitude de 23 222 km inclinées de 56º par rapport à l’Equateur. En soutien, il y aura un réseau étendu de stations au sol ainsi que des centres de service locaux et régionaux.

Pour sa part, l’Entreprise conjointe Galiléo, fondée en commun par la Commission européenne et l’ESA, a commencé le processus de sélection du futur concessionnaire. Cette société, qu’il faut encore créer et dont le nom sera ‘Société opérationnelle Galiléo’, se chargera des derniers déploiements puis de la phase opérationnelle.

Galiléo : une dimension mondiale et une coopération internationale

En parallèle avec ces étapes techniques, les aspects politiques du programme avancent avec l’accord passé entre l’Union européenne et les Etats Unis. Cet accord a été signé en juin 2004 lors du sommet UE-US de Dublin. Il permet d’envisager concrètement la compatibilité et l’interopérabilité Galiléo /GPS avec tous les avantages que cela comporte pour tout le monde. Galiléo et le GPS, sans oublier le système russe GLONASS, devraient devenir la norme mondiale de radionavigation par satellite. Ceci souligne la dimension mondiale de Galiléo, sans parler d’accords avec d’autres pays comme la Chine, l’Inde, le Canada et Israël qui ont soit déjà signé soit négocient des protocoles.

Toutes les phases de Galiléo convergent vers la mise en œuvre d’un système qui va révolutionner notre vie quotidienne dans bien des domaines, offrant aux Européens ainsi qu’au monde entier, un système de positionnement par satellite précis et sûr.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.