Grâce au MEDES, la réponse sanitaire en Haïti s'améliore

Haïti, après le tremblement de terre
24 octobre 2012

Séismes, tsunamis et ouragans font de nombreuses victimes à travers le monde. Les collectivités locales doivent ensuite se démener pendant des années pour reconstruire, et ce sans accès immédiat à de nombreux besoins fondamentaux, au premier rang desquels la santé. Les satellites aident alors à rendre ces périodes de transition moins pénibles.

Un nouveau système de télémédecine conçu par le MEDES, l’institut français de Médecine et de Physiologie Spatiales de Toulouse, à l’initiative de l’ONG LIGI du Portugal et financé par l’ESA via son programme d’applications intégrées, fournit un accès à la santé en utilisant des téléphones satellites et des satellites de navigation.

Ce système, appelé SAFE, a été mis au point pour les régions où les professionnels de santé qualifiés sont rares et où les moyens de communication sont limités du fait des dégâts provoqués par une catastrophe naturelle, par exemple lorsque tous les câbles téléphoniques ont été rompus, rendant le réseau de télécommunication inopérant.

Safe training in Haiti

Ce système a été utilisé avec succès en Haïti, ou le tremblement de terre de 2010 a laissé des traces durables.

Les centres de santé de nombreuses régions haïtiennes sont rares et distants les uns des autres, et très peu de permanences y sont assurées.

Le système SAFE pallie ces manques en assurant que tout individu peut être formé à décrire précisément les symptômes d’un patient. Le système a recours à une interface spécialement conçue pour fonctionner sur les smartphones, et qui guide l’utilisateur pas à pas afin d’envoyer les informations sous forme de SMS, que ce soit par satellite ou par le réseau terrestre s’il est encore disponible. L’information est alors recueillie par les services de santé locaux et nationaux au travers d’un portail Internet.

Le retour concernant la conduite à tenir vis-à-vis du patient peut être donné en quelques minutes. Si par exemple une attention médicale particulière doit être apportée au vu du diagnostic, elle est envoyée immédiatement.

Comme les données sont transmises en temps réel, elles peuvent aussi aider à la détection précoce d’épidémies en révélant de grandes tendances dans les symptômes.

Les signaux des satellites de navigation sont utiles pour géolocaliser les symptômes, simplifiant la collecte des données. Cela permet de dresser des cartes épidémiologiques en fonction des symptômes signalés. La géolocalisation peut aussi aider à mettre les patients en contact avec le centre de soins le plus proche.

Safe training in Haiti 2

Un essai de 5 mois s’est déroulé à Carrefour, une commune défavorisée du département de l’Ouest dans l’arrondissement de Port-au-Prince, où 10 enseignants de zones rurales et urbaines ont été formés à utiliser l’interface.

Plus de 4300 déclarations de symptômes ont ainsi été transmises, permettant aux professionnels de santé de diagnostiquer et de prendre quasiment sur le champ les décisions concernant les traitements. « Nous avons montré que l’interface est simple à utiliser, et que des gens qui ne sont pas des professionnels de santé peuvent être formés à s’en servir » se réjouit Susana Frazao Pinheiro, porte-parole de l’ONG LIGI.

« Le système peut tendre à l’universalité des soins de base en permettant une utilisation plus efficace et moins chère des ressources, de l’information et du savoir. »

l’ONG LIGI et le MEDES vont dorénavant étendre le système SAFE à d’autres régions enclavées d’Haïti.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.