L’astronaute belge de l’ESA Frank De Winne de retour sur Terre

La capsule russe Soyouz
1 décembre 2009

La capsule russe Soyouz TMA-15 qui ramenait sur Terre l’astronaute de l’ESA Frank De Winne, le cosmonaute russe Roman Romanenko et l’astronaute de l’Agence spatiale canadienne Robert Thirsk, a atterri sans problème au Kazakhstan à 08:15:34 heure de Paris (13:15:34 heure locale).

Cet atterrissage marque la fin d’OasISS, deuxième mission de longue durée de l’ESA à destination de la Station spatiale internationale (ISS). A la faveur de cette mission de six mois, Frank De Winne, de nationalité belge, a été le premier Européen à prendre les commandes du plus grand complexe spatial habité jamais assemblé dans l’espace. A leur arrivée à bord de l’ISS en mai 2009, Frank De Winne, Roman Romanenko et Robert Thirsk avaient rejoint les trois astronautes qui occupaient alors la station, pour former le premier équipage permanent de six personnes, offrant la possibilité de réaliser un plus grand nombre d’expériences scientifiques.

En août 2009, Frank De Winne a accueilli à bord de l’ISS l’astronaute de l’ESA Christer Fuglesang, de nationalité suédoise, arrivé sur le vol 128 de la navette spatiale dans le cadre de la mission Alissé, de 14 jours. Christer Fuglesang a participé à deux sorties dans l’espace avant de rentrer sur Terre avec la première charge utile externe récupérée sur une plateforme du laboratoire européen Columbus. Cette charge utile européenne de recherche technologique (EuTEF), exposée au vide spatial depuis février 2008, a fourni une moisson d’échantillons et de données à des équipes de recherche internationales.

Six mois à bord de l'ISS

L'équipe Soyouz TMA-15 : F. De Winne, Roman Romanenko et Bob Thirsk

Pendant ses six premiers mois à bord de l’ISS, Frank De Winne a joué un rôle-clé dans des activités robotiques destinées à raccorder le vaisseau de ravitaillement japonais HTV 1 à l’ISS et à installer les charges utiles externes du laboratoire japonais Kibo.

Avec les membres des expéditions 20 et 21, Frank De Winne a conduit différentes expériences scientifiques. Une impulsion a été donnée aux recherches de pointe sur les matériaux avec la mise en service du Laboratoire de sciences des matériaux (MSL), qui abritait deux expériences de solidification d’alliages métalliques conçues pour contribuer à l’optimisation de certains processus industriels. Des expériences sur la croissance des cristaux de protéines ont par ailleurs été menées pendant plus de trois mois et demi dans l’Installation de diagnostic pour la cristallisation de protéines (PCDF) de l’ESA. Des cristaux stables et de bonne qualité ont été rapportés aux équipes de recherche étudiant ce phénomène de croissance.

Expériences à bord de la Station

F. De Winne travaille sur l'expérience RadSilk

Frank De Winne et son équipage ont réalisé plusieurs expériences de physiologie humaine visant à mieux comprendre les adaptations du système cardio-vasculaire dans l’espace, la rétention de sel dans l’organisme et les changements intervenant dans la perception tridimensionnelle en microgravité. L’expérience Yeast installée dans le Biolab de l’ESA avait pour objet d’étudier la formation de structures cellulaires organisées.

Frank De Winne a de nouveau utilisé la Boite à gants pour la recherche en microgravité (MSG) de ESA, dont il s’était déjà servi lors de sa première mission ISS en 2002. Cette fois-ci, il y a installé l’Instrument de diagnostic optique sélectionnable et réalisé une expérience concernant les effets des vibrations sur la diffusion dans les liquides.

« Cette mission OasISS de l’ESA a été couronnée de succès »

Soyuz TMA-15 crew patch
Patch de la mission

« Cette mission OasISS de l’ESA a été couronnée de succès. Nous avons pu atteindre tous les objectifs que nous nous étions fixés au début de la mission en termes de recherche scientifique, d’opérations spatiales, de projets éducatifs et d’activités de sensibilisation », a déclaré Simonetta di Pippo, Directrice des vols habités à l’ESA, qui a assisté à la retransmission de l’atterrissage au Centre russe de contrôle des missions, près de Moscou. « La présence d’un astronaute européen à bord de l’ISS nous permet d’améliorer considérablement notre capacité à réaliser des expériences scientifiques et à exploiter la station. L’Europe devrait pouvoir envoyer au moins un astronaute par an vers l’ISS. Les missions OasISS et Alissé de 2009 témoignent avec éclat de la qualité de notre programme d’exploitation et préparent le terrain à la confirmation de la participation de l’Europe à la prolongation de l’exploitation de l’ISS. J’attends avec impatience le lancement des deux prochaines missions européennes à destination de l’ISS, programmées pour 2010, ainsi que celles qui suivront», a ajouté Simonetta di Pippo.

Pour l’ESA, le prochain vol vers l’ISS est celui de l’astronaute Roberto Vittori, de nationalité italienne, qui participera à la mission STS-134 en juillet 2010 afin d’installer le Spectromètre magnétique Alpha (AMS). Les astronautes Paolo Nespoli, également italien, et André Kuipers, néerlandais, partiront ensuite dans l’espace pour un séjour de six mois chacun, le premier en tant que membre d’équipage des expéditions 26/27 en 2010-2011 et le second dans le cadre des expéditions 30/31 en 2011-2012.

L’élément de jonction n°3, dernier module pressurisé européen de l’ISS, sera acheminé vers la station en février 2010, à l’occasion du vol STS-130, en même temps que la coupole, pôle d’observation en forme de dôme, de fabrication européenne, qui offrira aux astronautes une vision panoramique de la Terre et facilitera l’exécution de certaines activités en dehors de la station.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.