L’enquête se poursuit après la perte de contact avec Envisat

Envisat vu par Pléiades
20 avril 2012

Des observations optiques, radar et laser du satellite Envisat indiquent que celui-ci se trouve toujours sur une orbite stable. Les efforts pour rétablir le contact avec le satellite se sont poursuivis depuis le 8 avril, date à laquelle il a soudainement cessé de communiquer avec la Terre.

Afin de déterminer si Envisat s’est placé dans un mode de sauvegarde automatique – ce qui fournirait un point de départ pour une récupération – l’équipe de sauvetage travaille sur toutes les sources d’information disponibles.

Un soutien appréciable a été apporté par plusieurs partenaires européens et internationaux. La nouvelle mission française d’observation de la Terre, Pléiades, fournit habituellement de l’imagerie à très haute résolution, mais il a également permis d’observer Envisat pour éclaircir le mystère de la situation du satellite.

Le 15 avril, le CNES, l’agence spatiale française, a manœuvré son satellite Pléiades pour qu’il puisse photographier Envisat lorsqu’il est passé à environ 100 km de lui. Cet exploit a été rendu possible grâce à l’extrême agilité du satellite Pléiades.

Les experts et les ingénieurs de vol utilisent ces images pour déterminer l’orientation du panneau solaire, source d’énergie du satellite.

Si le panneau est orienté de manière à assurer une exposition suffisante au Soleil, il génère alors suffisamment d’énergie pour placer le satellite en mode de sauvegarde automatique, ce qui pourrait permettre de restaurer les communications avec la Terre.

« Nous sommes vraiment très reconnaissants au CNES de nous offrir la capacité d’obtenir des images d’Envisat grâce à leurs satellites Pléiades et Spot, » a déclaré Volker Liebig, directeur des programmes d’observation de la Terre de l’ESA.

Image radar d’Envisat

« Des observations additionnelles sont réalisées tout autour du monde et illustrent combien la communauté spatiale internationale a fait bloc pour suivre ce vétéran de l’observation de la Terre. »

L’Institut Fraunhofer de physique des hautes fréquences et des technologies radar à Wachtberg (Allemagne) fournit également des images pour aider à déterminer l’orientation d’Envisat.

Les images du radar terrestre de poursuite et d’imagerie TIRA (Tracking and imaging radar) montrent le corps du satellite, son panneau solaire et son antenne radar.

« Ces images exceptionnelles vont nous permettre d’analyser l’orientation d’Envisat, qui nous indiquera s’il est possible de rétablir le contact avec le satellite, » explique Manfred Warhaut, directeur du département des opérations de missions à l’ESA.

Les informations sur l’orbite d’Envisat sont fournies par le JSOC (Joint Space Operations Center) américain. De plus, de nombreuses stations sol de mesure par laser fournissent des informations pour vérifier la stabilité de l’orbite du satellite.

La soudaine interruption des services Envisat a causé une rupture dans l’approvisionnement en mesures de la communauté internationale des utilisateurs d’observation de la Terre, très dépendante de la continuité des données.

Le lancement de la série suivante de satellites Sentinel en cours de développement dans le cadre du programme GMES (Global Monitoring for Environment and Security) est devenu encore plus urgent.

Les satellites Sentinel vont fournir les données nécessaires à l’amélioration de la gestion de l’environnement, ainsi qu’à la compréhension et la prévention des effets du changement climatique pour assurer la sécurité civile.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.